Dans les Cyclades, les autochtones fourmillent d’idées pour inventer des traditions aux allures authentiques qui enchantent les touristes.


Les récentes mobilisations en Espagne contre les effets pervers du tourisme de masse ne devraient pas nous faire oublier que nous sommes à la fois des touristes en quête d’un dépaysement et des résidents bouleversés par des gens comme nous venus chercher leurs ailleurs « chez nous ». Cette dichotomie est l’une des grandes schizophrénies contemporaines, avec celle qui oppose en nous le citoyen (patriote économique) et le consommateur (qui veut des prix chinois). Or, dans les deux cas, les tensions s’exacerbent et le « deal » devient moins intéressant : le produit bon marché finit par nous coûter notre emploi et le tourisme de masse nous condamne à une double peine. Notre « chez nous » s’adapte aux touristes, avec ses logements et ses commerces, et notre « ailleurs » ressemble à un mélange de Carcassonne, des Baux-de-Provence et du Mont-Saint-Michel : des extensions d’aéroports dans un décor de cinéma. Pourtant, si dans des ruelles truffées d’ateliers d’artistes e

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Septembre 2017 - #49

Article extrait du Magazine Causeur

Gil Mihaely
est historien et directeur de la publication de Causeur.Né en Israël en 1965, Gil Mihaely a fait des études d’histoire et de Philosophie à l’Université de Tel-Aviv. Docteur de l’EHESS où il a soutenu en 2004 une thèse d’histoire, il vit en France depuis 1999. En 2007 il a créé, avec Élisabeth Lévy ...