Entretien avec Jean-François Colosimo, historien, théologien et directeur des éditions du Cerf, auteur d’Aveuglements: religions, guerres, civilisations.


Peut-on selon vous parler de « cathophobie » en France ?

Non. Cette idée relève d’une forme de concurrence victimaire et de rivalité mimétique avec les juifs et les musulmans. Une frange identitaire a pris cette option, mais son poids réel chez les catholiques est inversement proportionnel à sa présence sur le terrain. Vous ne croisez pas dans les paroisses ces cathos identitaires. Leur conception religieuse, muséale, est un repli sur le « blanc manteau d’églises » de la France millénaire – en oubliant au passage que nous devons les cathédrales à un mouvement de foi et pas à un souci de conservation du patrimoine.

Les catholiques pratiquants sont néanmoins minoritaires.

La France n’est plus seulement catholique, certes, mais elle est impensable sans le catholicisme. Et c’est un chrétien orthodoxe qui vous le dit. Il y a une érosion de la pratique, mais le catholicisme garde une importance politique, économique et sociale qui n’a aucun équivalent dans les autres confessions. Si demain les écoles, les maisons de retraite et les associations caritatives d’inspiration chrétiennes et en premier lieu catholiques cessaient de tourner, l’État français se trouverait face à un abîme budgétaire insurmontable. Le catho

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Avril 2019 – Causeur #67

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite