Les campagnes #Balancetonporc, les cris d’indignation contre Tex, miss France et Antoine Griezmann ne sont qu’un début. Lorsque tout le Mal aura été expurgé de notre société, notre beau pays pourra enfin respirer. Bienvenue dans la France d’après, féministe, égalitaire et parfaite.


9h. Au dernier étage du Conseil supérieur de l’audiovisuel, esplanade Johnny Hallyday, face à la Seine, un opérateur est au maximum de sa concentration. Un animateur de jeu télévisé vient de faire une blague sexiste. Un drone est immédiatement envoyé dans le studio en question afin de pulvériser le coupable. Le public est maintenant habitué. Depuis que le CSA a obtenu des pouvoirs très élargis, on ne badine plus avec l’humour. A la télévision, d’ailleurs, la plupart des animateurs ont été remplacés par des androïdes ayant les traits de Michel Drucker.

10h. Dans le métro parisien, le service de la Pudeur s’active. Plusieurs usagers ont dénoncé sur Twitter des publicités nauséabondes. En ligne de mire : une pub DIM sur laquelle on voit une femme légèrement vêtue, l’annonce d’une expo Picasso au Louvre sur laquelle on peut distinguer des seins, et une affiche pour un régime amincissant, ciblée par une asso anti-grossophobie.

14h. Petite révolution : c’est aujourd’hui qu’entre en vigueur l’interdiction du jambon-beurre-cornichon. Sous la pression d’une association hygiéniste, le beurre a été banni au nom du principe de précaution. Sous l’influence d’une association musulmane, la viande de cochon a été interdite. Une association féministe a obtenu l’interdiction des cornichons, dont la forme phallique avait une emprise néfaste sur la jeunesse. Le jambon-beurre se négocierait déjà 1,5 bitcoin sur le Dark Net.

16h. A Neuilly, un lycéen est exclu de son établissement pour avoir utilisé à trois reprises le passé simple dans des dissertations. Pour les deux premières infractions, l’e-prof l’avait seulement sermonné en envoyant des décharges dans son clavier.

21h. Un jeune homme timide a enfin invité sa collègue à dîner. Comme c’est un premier rendez-vous, les deux jeunes gens sont escortés par des agents du service de Prévention du harcèlement. Si tout se passe bien, ils iront peut-être au cinéma. Cette semaine à l’affiche : une comédie musicale inclusive racontant le combat d’un groupe de sourds-muets pour le bien-être animal et contre la vaccination obligatoire. Ça fera une bonne soirée.

Lire la suite