Une intervention de la néerlandaise Eva Vlaardingerbroek, enregistrée dans un congrès du parti conservateur de Thierry Baudet, le FVD, est devenue virale. Cette vidéo apporte la démonstration que dans les pays européens, le néoféminisme moderne est avant tout le marche-pied de la droite réactionnaire.


Plusieurs de mes amis m’ont montré cette vidéo (voir ci-dessous). Apparemment, elle tourne pas mal sur les réseaux sociaux, et comme ces amis et Causeur me demandent mon avis de féministe repentie, le voici donc.

Ce qui y est dénoncé par la jolie militante du FVD (c’est aussi la petite amie de Julien Rochedy) est le féminisme mainstream, majoritairement de gauche. Disons le tout de suite: la dénonciation est plutôt pertinente.

A lire aussi, enquête: Caroline de Haas, la fortune de la vertu

En effet, le féminisme actuel est une forme de dissonance cognitive hardcore, vu qu’il dénonce en permanence le moindre mot, le moindre regard, mais soutient l’immigration, notamment afro-maghrébine, tout en sachant que la majorité des personnes qui la compose est venue de pays où on ne peut pas dire que niveau égalité et liberté sexuelle, ce soit la panacée…

Le seul exploit du néoféminisme

D’ailleurs, dans les affaires de viol collectif, de guet-apens d’homosexuels, de mariage forcé, de crime d’honneur, de viol punitif ou d’excision, force est de constater que cela vient un peu toujours des mêmes. Mais les néoféministes n’ont aucune réflexion sur ce que le multiculturalisme comporte de rétrograde ou de problématique, particulièrement sur le sujet qui les intéresse pourtant : le sexisme. Aussi, ce féminisme est effectivement l’une des plus immenses impostures actuelles qui soit.

Mais, de l’autre côté de l’échiquier politique, par effet de balancier, on a ce genre de militante qui émerge, et qui passe évidemment pour quelqu’un de très sensé et de très pertinent. Voilà ce que réussit le féminisme : rendre la droite identitaire pertinente ! 

A lire aussi: Féministes: et maintenant, sus au patriarcaca!

En réalité le féminisme, ou plutôt cette critique acerbe du féminisme permet de faire passer la droite identitaire comme la garante des « droits des femmes ». C’est une belle entourloupe intellectuelle. Regardez comment à droite des gens sont devenus incroyablement favorables à l’égalité hommes / femmes et à la liberté sexuelle ces dernières années, dis donc ! Cela leur permet de montrer qu’ils sont civilisationnellement parlant supérieurs à tous ces immigrés qui nous envahissent et transforment nos pays en les rendant dangereux pour nos valeurs et pour nos femmes.

Bien sûr comme il y a une part de vrai, ils marquent des points.

À choisir…

Mais personnellement, je me sens bien plus en phase avec une Zineb El Rhazoui ou un Hakim El Karoui qu’avec un Damien Rieu. Je me sens plus en phase avec un “maghrébin” ex-musulman qu’avec un “petit blanc” de chez Civitas !

Que l’on écoute les néoféministes ou Eva Vlaardingerbroek, en réalité, des deux côtés le sujet est bien le multiculturalisme. Celui-ci doit être abordé sans aucun tabou, sans la peur d’être accusé de racisme. Cette accusation menaçante qui continue d’être brandie est devenue pathétique, et il faut choisir de s’en moquer. Dans le même temps, le multiculturalisme doit être abordé sans essentialisation aucune, et en reconnaissant tous ceux (nombreux mais silencieux) qui, parmi les immigrés et les descendants d’immigrés, se bougent pour faire changer les mentalités. C’est compliqué, car quoi qu’on dise on est soit accusé d’être raciste facho, soit accusé d’être laxiste bien pensant. Aussi je me répète : le mieux est donc littéralement de s’en foutre et de dire simplement ce qu’on pense. Que ça plaise ou non.

Lire la suite