Home Culture Cinéma français: les quinquas sont fatigués

Cinéma français: les quinquas sont fatigués

Le Daim, de Quentin Dupieux (sortie le 19 juin) et Yves, de Benoît Forgeard (sortie le 26 juin)

Cinéma français: les quinquas sont fatigués
Photo: Atelier de production

“Le critique de cinéma, c’est l’inspecteur des travaux finis” disait François Truffaut. Jean Chauvet nous parle de deux chantiers en cours : Le Daim, de Quentin Dupieux et Yves, de Benoît Forgeard


Est-il bien raisonnable de parler de deux films en même temps ? Oui ! D’abord parce qu’ils faisaient tous deux partie de la très chic « Quinzaine des réalisateurs » au récent Festival de Cannes. Ensuite, et surtout, parce que ces deux films français se ressemblent comme deux gouttes d’eau, expression d’un semblable dandysme dont on peut penser qu’à la longue, il pourrait bien être mortifère. Le Daim, écrit, filmé, monté et réalisé par Quentin Dupieux, raconte l’histoire de Georges (Jean Dujardin) qui tombe amoureux d’un blouson en daim. Dans Yves, écrit et réalisé par Benoît Forgeard, « Jérem » (William Lebghil) prend chez lui « Yves » un réfrigérateur intelligent, censé lui simplifier la vie.

L’absurde au cinéma a toute sa place. De Drôle de drame du tandem Carné-Prévert jusqu’à Buffet froid de Bertrand Blier, en passant par Coup de torchon de Bertrand Tavernier et quelques autres, les réussites ne manquent pas, même si l’on sait l’exercice périlleux. Il repose en partie sur l’écriture au cordeau, en partie sur un casting étoilé. On peut à chaque fois parler de « petit miracle » cinématographique, tant l’équilibre entre la folie douce, le déjanté et le vraisemblable malgré tout s’avère difficile à trouver. Dupieux et Forgeard lorgnent assurément vers cette tendance. Le premier avait un bon atout dans sa poche avec Dujardin, toujours parfait en crétin des Alpes prêt à dézinguer la terre entière pour être le dernier des Mohicans en blouson de daim. Or, c’est un peu court pour tenir un long-métrage écrit à la va-comme-je-te-pousse. Reste une esthétique globalement « vintage », à l’image de cet amour pour les blousons en daim frangé : tout le film baigne dans une lumière entre marron et gris et plus encore dans une sorte d’entre-soi qu’on dirait tout droit sorti d’un vieux numéro d’Actuel de Jean-François Bizot. À force de ressortir du placard les vieilles fringues des années 1970, on finit par sentir la naphtaline, c’est fatal. Il est fort probable que pour réussir en Absurdie, il faut cultiver l’intemporalité.

 

Si Dupieux regarde dans son vieux rétro, Forgeard, en bon lanceur d’alerte moderne et forcément visionnaire, emprunte le chemin inverse pour dénoncer la dictature des machines. Il échoue tout autant. Attention, les machines vont prendre le pouvoir sur nous : dans le cas présent, un réfrigérateur colonise la vie quotidienne et artistique d’un musicien raté. On annonce une réflexion quasiment philosophique sur le devenir de l’humanité au siècle des robots qui pensent et l’on aboutit à une petite farce potache propre sur elle. Forgeard, comme Dupieux, oublie qu’un film, c’est en amont une écriture et que l’idée de départ ne suffit pas. À moins de rester dans l’exercice du court-métrage, format parfaitement adapté à ces deux petites nouvelles étirées à l’excès. Avec en outre une esthétique étrangement rétro pour parler de notre futur supposé. On se croirait souvent dans une vieille pub de Darty, l’efficacité narrative en moins, l’humour lourdingue en plus.

Il est tout de même fâcheux que des critiques de cinéma chinois, par exemple, aient parcouru des milliers de kilomètres en avion pour se rendre au dernier Festival de Cannes et découvrir ces deux objets cinématographiques pauvrement identifiables. Ce n’est pas tant leur bilan carbone que la conclusion qui est en cause : les fringants quinquagénaires du cinéma français n’ont que cela à dire, à montrer, à raconter et uniquement de cette manière tristement répétitive. Ces films de pure posture jouent la carte du clin d’œil avec le spectateur que l’on drague à la manière d’un sketch sur Canal+. Bien loin par conséquent de ces voyages en Absurdie évoqués plus haut, mais qui nécessitent ce qui semble manquer le plus à Dupieux et Forgeard : le goût de l’écriture pour l’image, exercice préalable avant tout film, comme la préparation d’une expédition lointaine.

Leurs films ressemblent à des petits voyages en voiture électrique, entre deux portes du périphérique parisien, le temps de deux ou trois petites blagues et puis voilà.

 

Juin 2019 - Causeur #69

Article extrait du Magazine Causeur


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Dino Risi, la comédie italienne à son sommet
Next article Xi Jinping : rester le maître chez soi
Critique de cinéma. Il propose la rubrique "Tant qu'il y aura des films" chaque mois, dans le magazine

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération