« Le critique de cinéma, c’est l’inspecteur des travaux finis » disait François Truffaut. Jean Chauvet nous parle de deux chantiers en cours : Le Daim, de Quentin Dupieux et Yves, de Benoît Forgeard


Est-il bien raisonnable de parler de deux films en même temps ? Oui ! D’abord parce qu’ils faisaient tous deux partie de la très chic « Quinzaine des réalisateurs » au récent Festival de Cannes. Ensuite, et surtout, parce que ces deux films français se ressemblent comme deux gouttes d’eau, expression d’un semblable dandysme dont on peut penser qu’à la longue, il pourrait bien être mortifère. Le Daim, écrit, filmé, monté et réalisé par Quentin Dupieux, raconte l’histoire de Georges (Jean Dujardin) qui tombe amoureux d’un blouson en daim. Dans Yves, écrit et réalisé par Benoît Forgeard, « Jérem » (William Lebghil) prend chez lui « Yves » un réfrigérateur intelligent, censé lui simplifier la vie.

L’absurde au cinéma a toute sa place. De

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Juin 2019 - Causeur #69

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite