Dès la rentrée scolaire de septembre 2021, les étudiantes qui se destinent au métier d’enseignantes pourront suivre les cours voilées. Au nom de l’inclusion et de l’intérêt général!


L’idéologie intersectionnelle, de toute évidence, progresse à pas de géants: ce n’est plus le voile qui discrimine les femmes musulmanes, mais l’école qui les exclut en leur demandant de l’ôter ! Et il n’y a aucune raison pour que ce véritable rouleau compresseur s’arrête en si bonne voie.

Neutralité de l’enseignement chez nos voisins du nord

En Belgique francophone, l’enseignement officiel n’est pas laïque, mais neutre. Cette neutralité, définie par décret, concerne l’ensemble de l’enseignement obligatoire et impose aux enseignants la mise à distance de leurs convictions personnelles, qu’elles soient politiques ou religieuses. Bien que ce ne soit nulle part exprimé clairement, c’est de cette exigence de ne pas témoigner de leur préférence pour un système politique ou religieux que découle l’interdiction, pour les enseignants, d’afficher les signes extérieurs de leurs convictions. Les textes légaux ne disent rien, en revanche, de ce qu’il en est des élèves, dont on attend seulement qu’ils ne s’adonnent à aucun acte de prosélytisme.

En trente ans, aucun ministre compétent n’a jamais osé prendre une position générale et de principe concernant le caractère fondamentalement prosélyte du voile, et c’est donc le règlement d’ordre intérieur qui précise si les élèves peuvent ou non afficher des signes convictionnels. Vu les nombreux problèmes que cela posait sur le terrain, les écoles en sont progressivement venues à les interdire dans 95% des cas.

A lire aussi, du même auteur: Molenbeek: le travail de sape du Gai savoir

Mais la décision qui vient de tomber concerne quant à elle l’enseignement supérieur organisé par WBE (Wallonie Bruxelles Enseignement), autrement dit l’enseignement officiel organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Et elle sonne comme une douche glacée après l’avis de la Cour Constitutionnelle qui, en juin dernier, avait estimé que l’interdiction des signes convictionnels dans les Hautes Écoles était légitime(1).

La Cour Constitutionnelle avait en effet été saisie par plusieurs jeunes femmes de confession musulmane qui s’estimaient discriminées par l’interdiction du port du voile dans une Haute École de la Ville de Bruxelles – qui appartient au réseau officiel subventionné, c’est-à-dire le réseau des écoles qui ne sont pas gérées directement par l’entité fédérée elle-même, mais une de ses composantes: commune, ville ou province par exemple. Et la conclusion de la Cour Constitutionnelle avait été que l’instance compétente pour un établissement d’enseignement – à savoir son pouvoir organisateur – était la mieux placée pour juger s’il fallait ou non interdire les signes convictionnels, dans le but de répondre au besoin social impérieux de mettre en œuvre la neutralité sous-tendue par le projet pédagogique, et qu’en tout état de cause cette interdiction n’était pas incompatible avec la conception constitutionnelle de ladite neutralité, ni contraire à la liberté de religion ou à la liberté d’enseignement.

Signal très clair et peu rassurant

Or, s’il y a bien un type d’enseignement supérieur dans lequel l’interdiction des signes convictionnels pouvait se justifier, et d’ailleurs se pratiquait très généralement au sein du réseau officiel, c’était la filière pédagogique. Il semblait aller de soi, en effet, qu’une filière professionnalisante comme celle-là, dont la mission était de former de futurs enseignants qui seraient soumis demain à une obligation de neutralité, exige des étudiants qu’ils développent déjà les compétences attendues en la matière, en commençant par le plus simple : enlever leurs éventuels signes convictionnels dans l’enceinte de l’école, le temps de leur apprentissage.

À l’heure où la valorisation des compétences supplan

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite