« Ce n’est pas facile d’en parler » témoigne Barbie. La poupée Mattel à la plastique parfaite explique soutenir le mouvement Black lives matter


C’est une vidéo devenue virale dans un pays secoué par de régulières manifestations organisées par le mouvement Black Lives Matter. Dans un des récents épisodes de l’émission Web Barbie, la célèbre poupée internationalement connue a rappelé l’importance de la lutte contre le racisme dans le monde et abordé la question du « privilège blanc ». Une prise de position qui a suscité quelques interrogations aux États-Unis.

Son vlog sur le réseau social YouTube compte pas moins de 10 millions d’abonnés. La poupée Barbie est devenue une véritable influenceuse virtuelle qui s’adresse à un public de tout âge, race et sexe. Elle y discute très sérieusement de divers sujets  mais sur un ton qui lui est propre. Intitulée « Barbie et Nikki discutent de tout », l’émission a été un buzz inattendu le 7 octobre dernier. La poupée a expliqué à ses followers que « des millions de personnes s’étaient levées dans le monde entier afin de lutter contre le racisme et l’injustice », précisant que même si « ce n’était pas facile d’en parler, il fallait justement l’évoquer au nom de tous ces gens blessés par d’autres à cause de leur couleur de peau ». Et pour appuyer le tout, la poupée Barbie s’est adjoint les services de son amie, Nikki, une afro-américaine qui n’a pas hésité à partager ses propres expériences en matière de racisme ordinaire. « Barbie et moi avions organisé un concours de vente d’autocollants sur la plage le mois dernier. Nous nous sommes séparées afin de voir laquelle de nous deux en vendraient le plus et je me suis fait arrêter trois fois par la sécurité de la plage » raconte Nikki. L’amie de Barbie regrette de devoir toujours faire face aux préjugés, même lorsqu’elle démontre qu’elle est aussi capable de remporter des concours que n’importe quelle personne blanche, « sans avoir bénéficié de passe-droits ». S’attaquant ici à la question délicate du privilège blanc dénoncé quotidiennement par le Black Lives Matter. 

A lire aussi: Megan Rapinoe: la footballeuse « progressiste » qui défie Donald Trump

Plus d’une fois attaquée pour ne pas montrer assez de diversité au sein de l’univers Barbie, la société Mattel, qui commercialise la poupée, a publié un communiqué expliquant que le « but de cet épisode mis en ligne, avait été pensé pour aider les jeunes filles à comprendre les raisons de la naissance de cet énorme mouvement de lutte contre le racisme. Et de les inciter à en apprendre plus sur l’histoire des afro-descendants ou de susciter des débats avec leur famille ». 

L’histoire ne nous dit cependant pas ce que pense Ken, le compagnon de Barbie, de cette prise de position assumée par la poupée à la plastique parfaite.

Lire la suite