Le débat sur les limitations à apporter à l’emploi des phytosanitaires passe souvent par pertes et profits quelques questions élémentaires. En voici cinq, aux réponses souvent inattendues.


Les agriculteurs sont-ils en moins bonne santé que la moyenne de la population ?

Admettons que les phytosanitaires soient vraiment un cauchemar sanitaire. Les agriculteurs et leurs familles étant en première ligne, ils devraient être particulièrement exposés à de multiples maladies. Ce n’est pas du tout le cas. À âge égal, les paysans sont en bien meilleure santé que la moyenne de la population. L’indicateur en la matière, l’étude Agrican, est très fiable. Lancée en 2005 par la Mutualité sociale agricole, elle repose sur l’observation de 180 000 agriculteurs ou conjoints d’agriculteur. Ils apparaissent beaucoup moins touchés par les cancers, en particulier les plus mortels. Moins 50 % pour les tumeurs des voies respiratoires, moins 17 % pour les cancers de l’estomac, moins 39 % pour les cancers de la vessie, etc. Pour quelques types de tumeurs seulement, les chercheurs ont relevé un excès par rapport à la moyenne de la population (myélome et mélanome, plus 25 %).

A lire aussi: Arrêtés contre les pesticides: les 150 m de la discorde

Les phytosanitaires restant en tout état de cause des

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Octobre 2019 - Causeur #72

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite