Home Politique Quai des brutes


Quai des brutes

À la Gare de Lyon, une rixe d'une rare violence

Quai des brutes
D.R.

Une rixe d’une rare violence a eu lieu samedi 19 juin au soir à la Gare de Lyon, sur le quai du RER D. La vidéo fait le tour des réseaux sociaux.


Relayée sur les réseaux sociaux, une vidéo filmée gare de Lyon présente des images incroyables. Elle démontre le caractère ultraviolent que peuvent prendre les affrontements entre usagers dans les transports parisiens.

Un quai recouvert de sang

La “baston” généralisée commence dans la rame du RER, puis elle se prolonge sur le quai. L’origine de la bagarre est difficile à déterminer. La rame semble bondée, il faisait très chaud à Paris ce soir-là.

À lire aussi, Jérôme Leroy: Raison et sentiments d’insécurité

Environ cinq hommes se donnent de violents coups. À un moment donné, l’un des participants à la rixe frappe si violemment un autre que son adversaire se cogne contre le RER et tombe au sol, inconscient. Un autre antagoniste finit adossé au mur du quai. Atteint au visage, il perd alors beaucoup de sang.

Pourquoi ces hommes en sont-ils venus aux mains ? Quand la civilité fait défaut, les hommes n’échangent plus grâce à la parole, mais ils échangent des coups. Peut-être ne parlaient-ils pas la même langue ? Pourquoi la sécurité n’est-elle pas intervenue plus rapidement ? Des questions auxquelles la vidéosurveillance et l’enquête devront répondre.

Les policiers pas plus choqués que cela

CNews indique que trois personnes ont finalement été interpellées. Interrogé sur les faits par Romain Desarbres sur CNews ce matin, le secrétaire départemental adjoint des Hauts-de-Seine du syndicat de police Unité-SGP Mickael Dequin se montrait quelque peu fataliste :

« Ces images, qui ont été relayées sur les réseaux sociaux peuvent choquer de par leur degré de violence. Mais avec mes collègues nous ne sommes pas plus choqués que ça. C’est ce niveau de violences auxquelles sont confrontés quasi quotidiennement nos collègues sur le terrain ! » Le syndicaliste ajoutait ensuite : “La police des Transports a été soumise à une restriction au niveau des effectifs ces dernières années. Quand on n’occupe moins le terrain, les gens se permettent beaucoup plus de choses !“ Y compris donc à une heure de grande affluence, y compris dans l’une des principales gares de la capitale.

Et on reparle d’ensauvagement

Cette violence du quotidien ne concerne plus exclusivement nos banlieues et les “territoires perdus” de la République. La France s’ensauvage à vue d’œil, les Français citadins s’y habitueraient-ils ?

À lire aussi, Jean-Paul Garraud : L’augmentation de l’insécurité dans les campagnes est sensible, malgré les confinements!

Sachant son électorat ulcéré sur toutes ces questions, la droite nationale a mené sa campagne électorale dans les régions sur le thème de la sécurité. Assurément, en Île-de-France, les partisans du RN Jordan Bardella ne manqueront pas de continuer de relayer la vidéo cette semaine pour donner à leur candidat un nouvel élan avant le second tour, alors que la patronne a réclamé un “sursaut” après les mauvais résultats enregistrés dimanche. Une des mesures phare du programme de ce parti en Île-de-France est de déployer deux agents de sécurité armés dans toutes les petites gares de la région, et d’investir massivement dans la vidéosurveillance et l’équipement des forces de sécurité ferroviaire.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Le duel Macron/Le Pen, c’est donc fini?
Next article Macron: never explain, never complain!

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération