Doté de pouvoirs excessifs, opérant depuis sept ans en secret sous la férule d’une hiérarchie centralisée, le Parquet national financier vient de se saborder au terme de l’affaire Fillon.


La femme de César doit être insoupçonnable. Chacun sait pourtant que, dans leur orageuse union, l’État a toujours été le premier à jeter le doute sur les frasques, réelles ou supposées, de sa justice. Ombrageux et jaloux, il n’a jamais pour autant voulu demander le divorce, ni même accepté de la laisser s’émanciper. Il s’est toujours assuré en revanche de la garder sous sa coupe, en lui rappelant ses stricts devoirs d’obéissance et de fidélité. Après avoir jeté sa gourme, à la fin du siècle précédent, dans quelques affaires de corruption, la justice a fini par comprendre ce qu’on attendait d’elle et a appris comment satisfaire quelques-uns de ses propres penchants, tout en servant de rabatteur à son seigneur et maître. C’est ainsi qu’au fil du temps, État et justice sont parvenus à trouver des accommodements qui les satisfaisaient tous les deux. L’opinion publique, témoin muet de leur lunatique relation, a pu d’ailleurs croire – c’était ce qu’on voulait qu’elle crût – que la justice était tranquillement rentrée au bercail.

Poursuites les plus sensibles

Ces quelques lignes pourraient résumer toute l’évolution, depuis trente ans, de notre système judiciaire. Il est loin, le temps où le garde des Sceaux affrétait un hélicoptère pour l’Himalaya en vue de récupérer un procureur en vacances et de sauver la République des initiatives d’un substitut trop zélé(1). Durant toutes ces années, on a pu faire, sans vagues, du juge d’instruction un mort-vivant, ce qui valait beaucoup mieux que d’en faire un martyr. Il n’y a pas eu besoin de lui enlever ses attributions et moins encore de le sacrifier. Il a suffi de donner tout simplement aux parquets, placés sous haute surveillance et qui n’ont de comptes à rendre qu’à leur hiérarchie, des pouvoirs qui concurrencent largement ceux de l’« homme le plus puissant de France ».

A lire aussi, Elisabeth Lévy: Belloubet: circulaire, y’a rien à voir

Seuls quelques « accidents » judiciaires ont pu alors faire éclater encore, ici ou là, un scandale, comme l’affaire Cahuzac, qui allait montrer que le système n’était pas encore assez bien verrouillé. C’est dans ces conditions qu’est né en 2013 le Parquet national financier (PNF), chargé de centraliser les poursuites les plus sensibles qui seraient désormais suivies de près par une poignée de magistrats triés sur le volet. Le PNF a, depuis lors, bien rempli la mission qui lui était assignée. Doté de pouvoirs d’enquête qui valent largement ceux des juge

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Été 2020 – Causeur #81

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite