Quantcast
Home Société Mila ira-t-elle nager en Harley Quinn dans les piscines grenobloises?


Mila ira-t-elle nager en Harley Quinn dans les piscines grenobloises?

C’est son caprice à elle, parce qu’elle le vaut bien

Mila ira-t-elle nager en Harley Quinn dans les piscines grenobloises?
A Grenoble, Mila a dénoncé le burqini comme une insulte aux Afghanes qui se font "déglinguer à l'acide" juste pour pouvoir enlever le voile islamique © Capture d'écran le Dauphiné Libéré

Invitée à Grenoble vendredi par l’association « Unité laïque » pour s’exprimer sur le burqini, Mila a annoncé qu’elle irait nager déguisée en Harley Quinn, si le conseil municipal de Grenoble donnait son feu vert au port du maillot de bain islamiste dans les piscines de la ville.


C’est aujourd’hui chose faite.
Alors, va-t-on voir débouler la jeune femme menacée dans les piscines grenobloises avec des couettes décolorées, un rouge à lèvres mal étalé, un t-shirt troué, des collants résilles usés et un shorty pailleté, comme elle l’a fait avec panache lors de la conférence ?

A lire aussi, Frederic de Natal: Charia islamique express via Whatsapp au Nigéria

Venez comme vous êtes

Mila sort le grand jeu pour ressembler à l’anti-héroïne la plus célèbre de l’univers Marvel.
Cette tenue bigarrée est une manière de faire un pied de nez à la masse sombre et uniforme du recouvrement islamiste.
Mais c’est surtout par son esprit rebelle que Mila ressemble au personnage déjanté au fort tempérament et à l’humour décalé. En somme, Mila prend au mot l’argument libertaire du « je fais ce qu’il me plait » avancé par le maire écologiste Eric Piolle pour légitimer le port du burkini. Si chacun est libre d’aller comme il veut à la piscine, alors Mila ira en Harley Quinn ! C’est un peu comme avec l’idéologie transgenre, où chacun peut être ce qu’il se sent être vraiment, en dépit de la réalité biologique.  

A lire aussi, Céline Pina: Nupes: peut-on faire lit commun et chambre à part?

Et si on lui refuse le droit d’aller nager habillée en Harley Quinn, alors elle se sentira « oppressée » explique celle qui depuis deux ans est cyberharcelée, menacée de mort et qui ne peut pas mettre un pied dehors sans prendre le risque de se faire agresser. On appréciera son clin d’œil moqueur à la génération dite « snowflakes », tous ces jeunes gens qui s’auto proclament victimes et se sentent perpétuellement offensés sans l’être réellement. « S’ils peuvent faire leur caprice, je peux faire le mien » lance-t-elle.

Caroline de Haas et Alice Coffin en soutien du communautarisme

L’attaque est bien envoyée. Car en poussant le raisonnement des revendications individuelles jusqu’à l’absurde, Mila met en lumière la tyrannie des identités qui entaille le socle de mœurs et de valeurs communes sur lequel repose notre capacité à vivre ensemble.

Le 30 juin 2019 à Grenoble, des militants de “Alliance citoyenne” interpellent les passants devant la piscine. Photo : JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

Dans le viseur de Mila : l’Alliance citoyenne, cette association communautariste qui agit depuis dix ans en sous-marin, à coups de pétitions et de manifestations pour faire avancer le séparatisme islamiste sous le paravent fraternel de l’inclusivité, de la lutte contre les discriminations et l’islamophobie.

Leur dernier coup en date ? Cette tribune publiée sur le club de Médiapart le 11 mai, co-signée par la bande des incontournables néo féministes intersectionnelles – on note la présence des très subtiles Caroline de Haas et Alice Coffin – où le burkini est érigé un symbole d’émancipation féminine et de progrès social, là où il est en réalité le marqueur vestimentaire de la soumission rétrograde à la charia.

A lire aussi, Marie-Hélène Verdier: Un itsi bitsi… tout petit burqini? Vraiment?

L’intervention de Mila dépasse donc le stade de la plaisanterie. Et derrière le rire de la clownerie, il faut entendre résonner la colère de la critique. Si Mila a choisi de se déguiser en Harley Quinn, ce n’est pas par cinéphilie mais parce que ce personnage de Comics n’est rien d’autre que la version féminine post moderne d’Arlequin, le bouffon de la commedia dell’arte, qui utilise ses farces pour dire les vérités difficiles à entendre.

Grenoble-Kaboul, combien d’heures de vol?

Derrière son visage fardé, ses strass et paillettes, entendez la voix de Mila qui tonne ! Elle ne manque pas de nous rappeler qu’au moment où dans le pays des Lumières, on cautionne le voilement sexiste des femmes musulmanes présenté comme « un libre choix », des femmes afghanes se font bruler à l’acide pour refuser de se voiler. « Justice, justice ! La burqa ce n’est pas notre voile » ont scandé une dizaine de femmes afghanes qui manifestaient il y a une semaine à visage découvert dans les rues de Kaboul pour protester contre la décision des Talibans de rendre obligatoire le port du voile intégral. La meilleure arme contre l’obscurantisme reste la dérision. La rédaction de Charlie Hebdo a été décimée pour l’impertinence de la plume ou du coup de crayon. Malgré la fatwa suspendue au-dessus de sa tête depuis cette vidéo virale où elle avait critiqué l’islam en réponse à des invectives proférées à son endroit, Mila ne renonce pas à sa liberté d’expression. Elle l’a prouvé une nouvelle fois avec ce coup d’éclat « quinnesque » !

Le droit d'emmerder Dieu

Price: 10,00 €

30 used & new available from 2,80 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Un itsi bitsi… tout petit burqini? Vraiment?
Next article Les enfants d’abord!

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération