Comment expliquer que les écologistes radicaux embrassent à ce point la cause du multiculturalisme?


La planète se meurt. C’est parce qu’il concerne l’humanité entière que l’environnement devrait transcender les clivages politiques. Au Canada, même le Parti conservateur – une formation jugée climatosceptique – a fini par présenter un plan environnemental.

Il existe évidemment un courant écologiste de droite. En France, le Rassemblement national estime qu’il n’y a pas de nation sans terroir, et que ce pays ne serait pas lui-même s’il devait renoncer à ses paysages. Sans eux, la France ne serait plus la France, mais un grand square bétonné et désenchanté. La France ne sera plus la France quand ses vignobles seront recouverts de serres affreuses abritant des poivrons à destination de la Chine.

La gauche veut le monopole de l’écologisme  

Pourtant, l’écologisme continue d’être perçu comme ancré à gauche. Malgré qu’il puisse s’harmoniser avec l’amour de la patrie, l’écologisme dominant demeure profondément antinationaliste. En Amérique du Nord, aucun parti vert n’a encore cru bon de défendre le peuple en tant que tel, sinon pour l’encourager à abandonner l’usage de l’automobile. Le peuple est bon quand il fait pousser des carottes sur le toit de son immeuble, mais dangereux quand il entend protéger sa culture. Le peuple est progressiste quand il réduit sa consommation de viande, mais intolérant quand il se méfie de l’islamisme.

A gauche, les démocrates Ilhan Omar (avec le foulard) et Bernie Sanders. Devant les micros, la démocrate Alexandria Ocasio-Cortez. Le 24 juin 2019 à Washington. © J. Scott Applewhite/AP/SIPA Numéro de reportage: AP22350636_000005
A gauche, les démocrates Ilhan Omar (avec le foulard) et Bernie Sanders. Devant les micros, la démocrate Alexandria Ocasio-Cortez. Le 24 juin 2019 à Washington. © J. Scott Applewhite/AP/SIPA Numéro de reportage: AP22350636_000005

Il existe une explication au préjugé multiculturaliste des écologistes radicaux. Ces derniers détestent l’Occident, qu’ils accusent d’avoir engendré la crise écologique en inventant le progrès. Le progrès sous sa forme technologique, bien sûr, mais aussi sous sa forme idéologique appelant au constant dépassement. Le temps linéaire est visé: il faudrait revenir au temps cyclique des Anciens. De même, le christianisme est pointé du doigt: malgré le virage vert du Pape François, la Genèse inviterait au saccage de la Terre.

Dieu les bénit et leur dit : Soyez féconds, multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la, dominez sur les poissons de la mer, les oiseaux du ciel et tous les animaux qui rampent sur la terre. (Gn 1.28)

Tous les grands théoriciens de l’écologisme radical, ou presque, font de l’anthropocentrisme judéo-chrétien la source ultime de la crise actuelle. Dans son bestseller catastrophique Earth in the Balance (1992), le baptiste Al Gore reconnaissait lui-même la critique adressée à l’humanisme chrétien, tout en s’efforçant de la relativiser. Cette vanité humaine aurait plus tard engendré l’appel du progrès technologique et de la croissance économique. Dieu a fait l’Homme à son image, qui s’est fait Dieu en retour. L’Occident chrétien, capitaliste et matérialiste devrait être remplacé par quelque chose d’autre.

Les immigrés comme sauveurs climatiques

Ainsi, les cultures étrangères ont commencé à être perçues comme des instruments destinés à sauver l’Occident de lui-même. Le marxisme avait fait des immigrés le nouveau prolétariat, l’écologisme en fait le nouvel éco-peuple. L’attrait actuel pour les religions asiatiques comme le bouddhisme s’inscrit d’ailleurs dans cette dynamique. Le multiculturalisme devient une politique écologique, il freinerait la pollution en bloquant l’assimilation de groupes qui n’ont pas encore été infectés par l’Occident prométhéen. Les gens dans le besoin ne peuvent pas surconsommer…

Du même auteur: Greta ne sauvera pas la Terre mais votre âme

Il faut notamment revoir le film Avatar (2009) pour constater à quel point ce mythe est présent dans la culture populaire. En 2154, des méchants Terriens (Occidentaux) débarquent sur la planète Pandora habitée par d’innocents extraterrestres (Indigènes). Le personnage principal, Jake Sully, laissera tomber sa culture productiviste pour trouver l’amour et embrasser l’animisme. On retrouvait déjà une logique similaire dans The Last Samurai (2003). Dans ce film, un militaire américain (Tom Cruise) allait joindre le camp adverse, celui des valeureux Samouraï, pour retrouver la paix intérieure. Entre la paix intérieure et la paix écologique, il n’y avait qu’un pas à faire.

Le retour du bon sauvage

L’écologisme radical, dans son imaginaire irrationnel, essentialise les immigrés qu’il voit comme de potentiels bonhommes écologiques. Au Canada, cette vision xénophile se traduit depuis longtemps par la défense inconditionnelle des Premières Nations (qui ne sont toutefois pas des communautés immigrées). Les Amérindiens seraient naturellement prédisposés à conserver la nature, ils ne seraient au fond que les éternels jardiniers de notre fragile existence. Que les personnes autochtones conduisent maintenant des voitures ne change rien à l’affaire : le mythe du bon sauvage n’est jamais très loin.

Évidemment, il suffit de voyager un peu pour constater à quel point il s’agit d’un énorme fantasme. Le confucianisme est loin d’avoir préservé la Chine de la pollution. La crise écologique ne pourra être réglée qu’en développant des technologies vertes, et non en demandant aux populations de redévelopper des modes de vie austères supposément apparentés à ceux des immigrés, qui au contraire cherchent à améliorer leur sort économique. La solution viendra de l’Occident et non des contrées exotiques. Pour se payer le luxe de l’écologisme, il faut d’abord pouvoir se nourrir convenablement.

Lire la suite