Divisée entre deux camps rivaux soutenus par des puissances étrangères, la Libye est devenue un nouveau front de la guerre mondiale contre le djihadisme. Profitant du conflit pour remettre un pied en Afrique du Nord, la Turquie espère faire main basse sur le gaz offshore.


 

« Je considère aujourd’hui que la Turquie joue en Libye un jeu dangereux et contrevient à tous ses engagements pris lors de la conférence de Berlin. » C’est par cette formule on ne peut plus directe qu’Emmanuel Macron a exprimé le mécontentement de la France après l’intervention militaire turque dans ce pays en proie à la guerre civile depuis la chute de Kadhafi en 2011. En septembre de cette même année 2011, un autre président français, Nicolas Sarkozy, premier chef d’État occidental à faire le voyage à Tripoli depuis la chute de Kadhafi, avait été accueilli en grand vainqueur et acclamé par la foule. Sarkozy pensait alors que la France allait cueillir les fruits de son intervention militaire, menée six mois plus tôt en plein printemps arabe, pour soutenir les rebelles et sauver leur bastion de Benghazi.

Avec l’approbation des Nations unies, l’OTAN était intervenue pour empêcher l’armée de Kadhafi de détruire Benghazi. L’aviation de l’OTAN, essentiellement franco-britannique, avait accompli rapidement sa mission. Sans mettre en doute la probabilité du massacre annoncé, son empêchement fut probablement le seul et unique succès de la coalition dirigée par la France. L’espoir d’un monde arabe rompant avec l’autoritarisme et rejoignant l’Occident démocrate et libéral s’est brisé sur les dures réalités géopolitiques et anthropologiques. La Russie avait accepté à contrecœur de soutenir une intervention humanitaire qui a tourné à l’opération de changement de régime. Elle a retenu la leçon. En Syrie, Moscou a dit niet aux Occidentaux et lancé une intervention aérienne aussi brutale qu’efficace pour sauver le régime d’Assad. Quant à la population de Benghazi, sauvée in extremis en février 2011, elle a ensuite payé un lourd tribut aux guerres fratricides entre milices, sans parler de l’attaque de la mission diplomatique américaine locale en septembre 2012, un an presque jour pour jour après la visite triomphale de Sarkozy.

Tripoli contre Benghazi

Aujourd’hui, la Turquie de Recep Tayyip Erdogan soutient l’administration de Tripoli de Fayez al-Sarraj, qui dirige formellement le GNA (gouvernement d’union nationale). Formé en 2016 sous l’égide de l’ONU pour sortir de la deuxième guerre civile libyenne, il s’agit d’une coalition instable de groupes islamistes, d’autonomistes régionaux originaires de la ville côtière de Misrata et de la minorité berbère, ainsi que de milices urbaines qui ressemblent à s’y méprendre à des gangs criminels.

Erdogan est en train de « syrianiser » la moitié de la Méditerranée

Face au GNA, les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite, l’Égypte, la France et la Russie soutiennent Khalifa Haftar – ancien bras droit de Kadhafi depuis le coup d’État de septembre 1969 devenu son pire ennemi – et une Assemblée nationale rivale installée à Tobrouk. L’« armée nationale libyenne », sous le contrôle de Haftar, est constituée de membres de tribus cyrénaïques ainsi que de mercenaires du Soudan et du Tchad. Elle est soutenue par la Russie, à travers des mercenaires et probablement de l’aviation.

À lire aussi : 

Pourquoi la France a-t-elle décidé de soutenir Haftar ? L’artisan de cette alliance, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense lors de l’intervention française au Mali, à partir de 2013, était très sensible à la question migratoire, surtout après la crise de 2015. Les Français connaissaient déjà Haftar, qui leur semblait être l’homme de la situation, une personne capable de rassurer aussi bien militairement que sur le plan économique et politique.

Le maréchal libyen est soutenu par le président égyptien Sissi, un bon client de l’industrie militaire française (surtout des Rafale, dont Le Drian a joué un rôle important dans la vente à l’Égypte). Autre ami commun : les Émirats arabes unis, partenaire stratégique de Paris, de Haftar et de l’Égypte. Petit à petit, le vieux maréchal arrive à s’imposer comme l’homme de Paris en Libye, seul à même d’unifier et de pacifier le pays en mettant

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Été 2020 – Causeur #81

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite