Quantcast
Home Culture Les philosophes plutôt que les virologues


Les philosophes plutôt que les virologues

Le billet du vaurien

Les philosophes plutôt que les virologues
Olivier Véran, le ministre de la Santé © GAILLARD/Pool/SIPA Numéro de reportage: 00993861_000046

Le billet du vaurien


Il vaut mieux prêter attention aux philosophes qu’aux virologues : les premiers ont une vision holistique du monde, les seconds adoptent la position du docteur Knock, quand ils ne se prennent pas tout simplement pour le père Ubu. Quiconque a lu Jean Amery ou l’enquête du docteur Lifton sur les médecins nazis n’aura pas manqué d’être surpris par l’inhumanité dépourvue de toute idéologie, hormis sanitaire, des carabins réquisitionnés par le Troisième Reich pour faire l’ignoble travail qui répugnait même aux SS les plus convaincus. 

Un pays sans visage

J’y songeais en lisant le manifeste d’un des philosophes les plus importants de ce siècle, Giorgio Agamben, manifeste passé presque inaperçu et qui s’intitule: Un pays sans visage. Il débute par une citation de Cicéron: « Ce qu’on appelle un visage ne peut exister chez aucun animal excepté l’homme et il exprime le caractère. » Ce que le visage exprime, n’est pas seulement l’état d’âme d’un individu, c’est avant tout son ouverture, sa manière de s’exposer et de se communiquer aux autres hommes. « Il est le lieu même de la politique », insiste Agamben. 

A lire aussi, Stéphane Germain: Covid: tout ça pour une poignée de boomers!

Intuitivement, dès lors que le masque a été imposé, j’ai aussitôt pensé avec Agamben qu’un pays qui renonce à son propre visage et oblige de couvrir avec des masques – autrement dit : des muselières – en tout lieu le visage de ses propres citoyens est, alors, un pays qui a effacé de soi toute dimension politique : Olivier Véran en est l’illustration parfaite. Sans aucune preuve scientifique de son efficacité et de son innocuité, le masque a effacé toute trace d’humanité dans un espace vide soumis à chaque instant à un contrôle sans limites. 

Préserver ses illusions

Que nous reste-t-il maintenant sinon à adresser des messages à des hommes sans visage ? On en vient à se demander si la mort ne serait pas préférable. Les optimistes se raccrochent à l’idée que demain ou après-demain, avec l’arrivée des vaccins, on pourra à nouveau vivre comme avant. Ce qui caractérise les optimistes, c’est qu’ils se raccrocheraient à la queue d’un serpent pour préserver leurs illusions. Eux aussi devront déchanter, le monde de demain ne sera pas le même que celui d’hier « en un peu pire », selon la formule de Houellebecq. Il sera sans âme. 

À titre personnel, je refuse de vivre dans un pays sans visage.

Quoi qu’il m’en coûte !

Homo Sacer (1997-2015): L'intégrale

Price: 39,00 €

13 used & new available from 39,00 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article René Fallet, Bourbonnais d’honneur
Next article Un siècle de fer

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération