Home Société Le taux de vaccination est un marqueur social


Le taux de vaccination est un marqueur social

Une analyse du docteur Laurent Alexandre

Le taux de vaccination est un marqueur social
Centre de vaccination contre le Covid-19, parc des expositions de Nice, juin 2021 © SYSPEO/SIPA Numéro de reportage : 01023739_000020

Défenseur de la vaccination, le médecin et entrepreneur Laurent Alexandre commente les cartes de la vaccination. Il observe des phénomènes para-sectaires et des adhésions quasi-religieuses chez ceux qui refusent le vaccin, sur lesquelles les arguments de raison ont peu de prise.


La crainte d’une quatrième vague du Covid liée au variant delta a poussé Emmanuel Macron à rendre le vaccin quasi-obligatoire. Le débat vaccinal est d’autant plus passionnel que les Français ont longtemps cru au protocole Raoult, ce qui les a rendus réticents à l’égard de la vaccination : pourquoi se faire vacciner si il existe un traitement simple et efficace à 100 % ? Une équipe de chercheurs a découvert le mécanisme expliquant que certaines molécules, déjà commercialisées, dont l’hydroxychloroquine et l’azithromycine soient efficaces contre le Covid-19 en éprouvette, mais pas chez les malades. L’étude publiée dans la prestigieuse revue Science le 22 juin montre que ces molécules perturbent la fabrication et le transport des lipides dans les cellules. Hélas, cet effet est toxique pour les cellules humaines. L’effet observé sur des cellules en éprouvette est obtenu à des doses tellement toxiques qu’on ne peut les administrer aux patients. 

A lire aussi: Enquête: Covid-19, le mystère des origines

En l’absence de médicaments antiviraux efficaces, il ne reste donc que deux solutions à la crise sanitaire : le vaccin ou le confinement. L’économiste Olivier Babeau soutient la vaccination obligatoire dans le Figaro en raison des conséquences sociales de l’épidémie : « Nous n’avons pas encore bien mesuré combien la pandémie que nous traversons met notre société à l’épreuve. Les pays qui s’enliseront dans les marais de confinements à répétition en sortiront exsangues, plus que jamais dépendants des autres pays. »

81% des Français favorables à la vaccination

Plus les anti-vaccins s’agitent, plus les Français veulent être vaccinés. Entre décembre et juin, le taux de Français voulant se faire vacciner a augmenté de 1,5% chaque semaine passant de 42% en janvier 2021 à 81% aujourd’hui. Toutefois, il existe de troublantes disparités des taux de vaccinations entre régions, catégories sociales et niveau de formation. 

La corrélation entre le revenu, la catégorie sociale et le taux de vaccination est spectaculaire. Alors même que le vaccin est remboursé à 100%, les riches plus diplômés et moins sensibles aux thèses complotistes se précipitent sur le vaccin tandis que les pauvres ont peur du vaccin. Entre les communes françaises les plus aisées et les communes défavorisées, le taux de vaccination varie de 1 à 3. En région parisienne, les disparités sont caricaturales entre la banlieue ouest, les arrondissements chics et les zones populaires. Cela n’est pas spécifique à la France. Aux États-Unis on retrouve de très fortes différences y compris entre communautés raciales. Du fait des politiques destinées à diminuer les écarts intercommunautaires, les statistiques ethniques y sont généralisées ce qui permet de mesurer l’adhésion au vaccin selon les groupes raciaux. Mi-juin, le taux de vaccination était de 62% pour les Asiatiques, 47% chez les Blancs, 39% chez les Hispaniques et 34% chez les Afro-Américains. Cette hiérarchie vaccinale recoupe les inégalités académiques et socio-économiques interraciales. Les statistiques gouvernementales américaines, publiées par le United States Census Bureau, montrent que les foyers Asiatiques gagnent 81431 dollars par an, contre 65041 pour les Blancs, 47675 pour les Hispaniques et 39490 pour les Noirs. Les Asiatiques gagnent donc deux fois plus que les Noirs et nettement plus que les Blancs et les taux de vaccination y sont proportionnels.

Raoult s’est rallié au vaccin

En France, la dynamique antivaccin reproduit les mêmes oppositions que l’affaire Raoult. Sur les réseaux sociaux, les groupes de Gilets jaunes massivement pro Raoult sont désormais des caisses de résonnance antivaccin. Après avoir affirmé dans Paris-Match le 9 mai 2020 : « Trouver un vaccin pour une maladie qui n’est pas immunisante… c’est même un défi idiot… Honnêtement la chance qu’un vaccin pour une maladie émergente devienne un outil de santé publique est proche de zéro », Didier Raoult s’est rallié au vaccin. Mais ses admirateurs sont restés anti-vaccins.

L’anarchisme méthodologique de Didier Raoult a rencontré un immense écho dans les classes populaires et chez les complotistes : selon l’IFOP, 80% des sympathisants Gilets jaunes sont pro-Raoult. On a vu se dessiner un pôle populiste pro-Raoult et antivaccination obligatoire qui reproduit les clivages observés lors de la crise des Gilets jaunes. La France est frappée par la « Gilet-jaunisation » de la médecine qui généralise le complotisme et fait paniquer l’opinion. 

A lire aussi: Didier Raoult: “On ne peut pas créer un virus, c’est du cinéma!”

La polémique autour de Didier Raoult et de l’hydroxychloroquine ou autour de l’efficacité des vaccins traduit la bataille entre les rationalistes et les promoteurs de la post-vérité scientifique. Nous assistons à des phénomènes para-sectaires, des adhésions religieuses, sur lesquelles les arguments de raison n’ont pas de prise, car nous sommes sortis du rationnel. Alors que la médecine devient ultra-complexe, les choix thérapeutiques sont désormais décidés en fonction de l’Audimat et des likes sur les réseaux sociaux. Jean-Marie Bigard, ou bien encore Frigide Barjot, dispensent désormais des cours de virologie dans les médias. La « Twitter School of Medicine et la Facebook University of Science » délivrent instantanément des diplômes de Docteur en virologie. Dans cette période hystérique, bien des scientifiques ont pris peur et ont renoncé à expliquer le monde. Ils ont déserté l’arène politique et laissé le charlatanisme et le complotisme se déployer. En outre, les experts rationnels n’osent plus contredire les thèses complotistes à part quelques praticiens courageux comme le professeur Gilbert Deray. Et ce sont les catégories sociales les plus précaires qui sont le plus facilement manipulables. 

La découverte de l’ARN messager qui est la base des nouveaux vaccins par les Français Jacques Monod et François Jacob a été récompensée par le prix Nobel en 1965 mais la France est l’un des pays les plus opposés à la vaccination. Il est urgent de réformer l’Éducation nationale afin de développer la culture scientifique des jeunes Français pour les protéger du complotisme et pas seulement médical. 

L'IA va-t-elle aussi tuer la démocratie ?

Price: 18,00 €

26 used & new available from 1,98 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article “Titane”: un cinéma fluide et inclusif? Plutôt hilarant et grotesque, oui
Next article Nous n’irons pas en Arizona
est un chirurgien-urologue, essayiste, travaillant notamment sur le transhumanisme.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération