Si l’association L214 publie la répartition de ses ressources via son site internet, les militants radicaux de la cause animale restent cependant bien silencieux sur les objectifs cachés de ses donateurs, et notamment ceux de l’Open Philanthropy Project. 


Lors de la « guerre de la langouste » dans les années 1960 entre la France et le Brésil, le général de Gaulle y voyait le bras long des Américains et déclarait : « Cette guerre de la langouste, c’est encore une histoire d’Américains ». Bis repetita avec la viande cellulaire ?

L’association de défense des animaux L214 est accusée d’être financée par des entreprises travaillant à la création de viande cellulaire. Le sujet n’est pas nouveau, mais une fois n’est pas coutume, France Inter s’est penchée sur cette affaire. Pourtant habituée à multiplier les articles dithyrambiques sur les vaches sacrées de l’époque et à relayer la propagande de l’association, France Inter a, semble-t-il, dérogé aux règles de la bien-pensance.

À lire aussi, Martin Pimentel: Plus de tigres à Fort Boyard, Félindra bientôt au chômage

Ce matin, dans L’enquête de Secrets d’info (chronique diffusée le vendredi 13/11 à 7h15), Maxime Fayolle a pointé du doigt le financement de l’association en rappelant que « plus de 90% proviennent des adhérents via les dons, les cotisations ou encore la boutique en ligne de l’ONG », avant d’ajouter : « 8% de ce budget viennent d’un gros fonds d’une fondation américaine, l’Open Philanthropy Project, qui lui a signé un chèque d’un peu plus d’un million d’euros en 2017 ». À travers ce financement, cette fondation américaine, créée notamment par Dustin Moskovitz, cofondateur de Facebook et généreux donateur de la campagne présidentielle d’Hillary Clinton en 2016, chercherait à déstabiliser notre agriculture et nos éleveurs pour mieux s’emparer du marché de l’alimentation de demain, à savoir celui de la viande artificielle à partir de cellules-souches. Un marché largement financé par les géants technologiques américains et soutenu par la NASA.

À lire aussi, Christian Harbulot : Derrière la défense des animaux, le marché de la viande artificielle

L214, dont les révélations sur la cruauté de certains abattoirs trouvent grâce aux yeux d’Alain Finkielkraut, peut légitimement être considérée comme la marionnette des géants américains. L’enfer est pavé de bonnes intentions…

Lire la suite