La pasteurisation de la société française continue, les tigres du jeu télévisé Fort Boyard ne seront bientôt plus en cage. Et vous ? La productrice qui a validé la décision préfère enfermer ou affamer les humains, sans que cela ne choque plus personne.


Felindra devrait bientôt allonger la liste des inscrits à Pôle Emploi sur Fouras (Charente-Maritime). Pour tous ceux qui ont eu dix ans au tournant des années 90 et dont l’enfance a été bercée par le jeu télévisé « Fort Boyard », c’est une information qui serre le cœur.

Anticipant la probable interdiction à venir des animaux sauvages dans les cirques itinérants, la production de l’émission a décidé de se séparer de ses félins. C’est le Parisien qui nous apprenait la nouvelle la semaine passée. Le départ sera toutefois progressif. Le tigre Kali, 15 ans, part à la retraite et ne sera pas remplacé. Restent deux derniers fauves dans la salle au trésor. Mais pour combien de temps? Les tigres étaient-ils maltraités? Pas que l’on sache. Ont-ils démérité à surveiller les précieuses pièces d’or? Non plus.

Hugo Clément mauvais joueur

La décision de retirer progressivement les tigres du programme estival semble faire consensus. Tout le monde s’accorde pour dire que Félindra n’avait qu’à pas se lancer dans une carrière d’esclavagiste d’animaux mignons.

Cette décision intervient dans un contexte de montée en puissance de la prise de conscience de la souffrance animale. Alors que les éditorialistes glosent à n’en plus finir sur l’ensauvagement de la société des hommes, cette empathie pour les animaux grandit. C’est plutôt une bonne nouvelle, mais Olivier Minne ne pourra plus clamer son légendaire “Felindra, tête de tigre !” Cette cancel culture écolo mêlée de protection animale aura eu la tête de la dompteuse.

A lire ensuite, Olivier Minne: Hollywood confidential

À l’origine de ce petit scandale télévisuel, nous retrouvons Hugo Clément, l’impayable justicier écolo, ex-ami de Yann Barthès et compagnon d’une de nos Miss France. L’animateur d’émissions engagées avait menacé cet été: tant que les tigres seraient présents, il ne retournerait plus relever les défis du Fort. Sitôt rentré à Paris, il met sa menace à exécution en lançant un vibrant appel sur les réseaux sociaux. “Très engagé pour la cause”, le journaliste demande à ALP [Adventure Line Productions, la boite qui produit le jeu NDLR] d’”évoluer sur la question des animaux”, précise le Parisien.

Alexia Laroche-Joubert dans le sens du vent

Appel entendu par la productric

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Lire la suite