Home Médias Plus de tigres à Fort Boyard, Félindra bientôt au chômage


Plus de tigres à Fort Boyard, Félindra bientôt au chômage

On nous retire tout!

Plus de tigres à Fort Boyard, Félindra bientôt au chômage
© ROUSSIER/SIPA Numéro de reportage : 00263431_000007

La pasteurisation de la société française continue, les tigres du jeu télévisé Fort Boyard ne seront bientôt plus en cage. Et vous ? La productrice qui a validé la décision préfère enfermer ou affamer les humains, sans que cela ne choque plus personne.


Felindra devrait bientôt allonger la liste des inscrits à Pôle Emploi sur Fouras (Charente-Maritime). Pour tous ceux qui ont eu dix ans au tournant des années 90 et dont l’enfance a été bercée par le jeu télévisé “Fort Boyard”, c’est une information qui serre le cœur.

Anticipant la probable interdiction à venir des animaux sauvages dans les cirques itinérants, la production de l’émission a décidé de se séparer de ses félins. C’est le Parisien qui nous apprenait la nouvelle la semaine passée. Le départ sera toutefois progressif. Le tigre Kali, 15 ans, part à la retraite et ne sera pas remplacé. Restent deux derniers fauves dans la salle au trésor. Mais pour combien de temps? Les tigres étaient-ils maltraités? Pas que l’on sache. Ont-ils démérité à surveiller les précieuses pièces d’or? Non plus.

Hugo Clément mauvais joueur

La décision de retirer progressivement les tigres du programme estival semble faire consensus. Tout le monde s’accorde pour dire que Félindra n’avait qu’à pas se lancer dans une carrière d’esclavagiste d’animaux mignons.

Cette décision intervient dans un contexte de montée en puissance de la prise de conscience de la souffrance animale. Alors que les éditorialistes glosent à n’en plus finir sur l’ensauvagement de la société des hommes, cette empathie pour les animaux grandit. C’est plutôt une bonne nouvelle, mais Olivier Minne ne pourra plus clamer son légendaire “Felindra, tête de tigre !” Cette cancel culture écolo mêlée de protection animale aura eu la tête de la dompteuse.

A lire ensuite, Olivier Minne: Hollywood confidential

À l’origine de ce petit scandale télévisuel, nous retrouvons Hugo Clément, l’impayable justicier écolo, ex-ami de Yann Barthès et compagnon d’une de nos Miss France. L’animateur d’émissions engagées avait menacé cet été: tant que les tigres seraient présents, il ne retournerait plus relever les défis du Fort. Sitôt rentré à Paris, il met sa menace à exécution en lançant un vibrant appel sur les réseaux sociaux. “Très engagé pour la cause”, le journaliste demande à ALP [Adventure Line Productions, la boite qui produit le jeu NDLR] d’”évoluer sur la question des animaux”, précise le Parisien.

Alexia Laroche-Joubert dans le sens du vent

Appel entendu par la productrice Alexia Laroche-Joubert. L’ex-dirlo de la Star Ac’ (surtout connue du grand public pour se trémousser sottement sur le plateau de Nikos Aliagas) est la patronne de Adventure Line Productions. Elle a déclaré : « nous sommes très soucieux et attentifs au bien être de nos tigres. » Même si les tigres nous manqueront, la protection animale est une noble cause. Mais dans cette affaire, Alexia Laroche-Joubert ne se donne-t-elle pas le beau rôle? Soucieuse et attentive du bien être des tigres? On aimerait qu’elle ait toujours un tel souci éthique. Prendre soin de nos amis les bêtes est bel et bon, mais en est-il toujours de même pour les candidats de ses émissions?

Alexia Laroche-Joubert Photo: DR

Adventure Line Productions produit par exemple Koh Lanta (déclinaison du jeu “Survivor”), où les animaux ne sont pas maltraités, mais où le chacun pour soi est glorifié, et où tous les moyens sont bons pour gagner. C’est simple, c’est la loi de la jungle. Ce programme controversé laisse crever de faim des Occidentaux sur une île, alors que la famine – la vraie – n’est pourtant pas éradiquée dans le monde… Il y est conseillé de comploter contre son prochain, encouragé en ce sens par la voix agaçante de Denis Brogniard, et on y repousse sans cesse les limites physiques. Pour l’image, rien n’est trop beau pour obtenir plus de sueurs, et plus de risques de la part des candidats. Un candidat était mort noyé en 2013 d’une crise cardiaque. Cette année, un candidat est décédé des suites d’un cancer quelque temps après une blessure sur le tournage. Dans la presse et sur les réseaux sociaux, la production en fait des caisses et “capitalise” sur cet évènement tragique. Même si c’est avec l’accord de la famille, ce mélange de divertissement et de mort, c’est un peu comme si nous étions revenus à l’époque des jeux de la Rome antique.

La télé s’ensauvage depuis deux décennies

On ne va pas accabler les producteurs de téléralité. Mais est-on sûr que leurs émissions n’y sont vraiment pour rien dans la déchéance de notre Loana nationale, ou dans le suicide de François-Xavier du Loft? Quand dix personnes perdent la vie en hélicoptère sur le tournage de Dropped (oui, c’est toujours Adventure Line Productions), le jeu s’arrête. Les appareils auraient-ils pris des risques inconsidérés pour obtenir les images les plus spectaculaires ?

Alexia Laroche-Joubert avait fait entrer le loup dans la bergerie en important en France le concept de télé-réalité Big Brother en 2001. Avec un autre “fils de” – Benjamin Castaldi -, elle avait lancé Loft Story sur M6. Malgré les protestations, nombreuses à l’époque, il était devenu normal d’enfermer une dizaine de personnes pour les filmer, les regarder se chercher des poux sur la tête ou s’ébattre dans une piscine. Bascule civilisationnelle majeure ! Même si des psychologues étaient là pour parer à toute dérive, nous rassurait-on alors.

Nous décidons aujourd’hui que les tigres seront bientôt protégés des terribles dresseurs de cirque. En d’autres temps, nous aurions tout aussi bien pu légiférer pour protéger la jeunesse ou la société de spectacles voyeuristes et de jeux aux règles perverses. On peut ne pas aimer la télé-réalité, on ne va pas interdire le mauvais goût à la télévision. Mais les vedettes qui donnent des leçons sur la maltraitrance animale seraient bien inspirées de se pencher aussi sur la question du respect de la personne humaine. Bien surveillés par Felindra, les tigres de Fort Boyard n’ont jamais tué personne.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Val-de-Marne: des petits caïds qui n’impressionnent personne?
Next article Exclusif: les pistes programmatiques d’Eric Piolle pour 2022
Rédacteur en chef du site Causeur.fr

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération