Julien Odoul s’est opposé à la présence d’une femme en voile islamique à une séance du conseil régional de Bourgogne-Franche Comté. Sur les plateaux de télévision, dans les journaux et dans les ministères, les bons esprits se déchaînent.


Sur LCI dimanche 13 Octobre, l’émission de débat politique de Damien Givelet nous a montré un amusant panel des différents types de lâcheté devant l’islamisme conquérant. Tout le monde sait désormais que Julien Odoul, élu RN au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, a demandé fort poliment à la présidente de faire ôter son voile à une femme qui accompagnait un groupe scolaire. Mettre les pieds dans le plat quand il y a un consensus mou sur quelque sujet que ce soit demande du courage, mais aussi un sens politique sûr. Sans vouloir écraser Julien Odoul sous la comparaison, on peut penser au général de Gaulle quittant soudain l’Otan où la France somnolait dans le giron américain ou criant à Montréal un “Vive le Québec libre !” que personne n’attendait. Bref, mettre les pieds dans le bon plat au bon moment est tout un art en politique, et ce jeune homme au physique avantageux le possède, il risque d’aller loin.

A lire aussi, interview: Julien Odoul: «Une accompagnatrice scolaire voilée, ce n’est pas la République»

Dans ma typologie des lâchetés révélées par l’émission de LCI, je distinguerai trois groupes. D’abord les réactions gnangnan et pleurnichardes comme celle de l’animateur Damien Givelet, qui aurait mieux fait de s’en tenir au rôle de modérateur : “Oh le méchant, il a fait de la peine au petit garçon en humiliant sa maman voilée en public”.

Infantile et infantilisant, pas du tout à la hauteur des défis lancés à la France par l’islam politique. Marlène Schiappa a servi dans un tweet la même bouillie pour chats châtrés. Second type de réactions : le juridisme. La présidente de Bourgogne-Franche-Comté, qui n’a pas encore rejoint ses congénères au cimetière des socialistes disparus, s’est écriée : “Ce n’est pas dans la loi, ce n’est pas dans le règlement, ce n’est pas dans les textes !” Bien sûr que ce n’est pas dans la loi, mais il est question de légiférer sur le sujet. La fraternité inscrite dans la devise de la République a été utilisée pour suspendre la loi qui punissait ceux qui aident les immigrants illégaux, je dirai plus loin pourquoi le voile islamique s’attaque encore plus gravement au principe de fraternité : si l’on suit le même argumentaire que le Conseil d’Etat, Julien Odoul était juridiquement en droit de demander ce qu’il a demandé.

Une kyrielle de réactions

Troisième type de réactions : ceux qui dans le fond sont du même avis que l’élu régional mais pinaillent pour ne pas lui laisser le beau rôle. La déclaration confuse de Jordan Bardella distinguant le fond et la forme (il était d’accord avec l’un mais réprouvait l’autre, je ne sais plus dans quel ordre) sentait à plein nez la jalousie : le jeune premier du Rassemblement National voit surgir un rival à la langue bien pendue et aux formules bien frappées, et qui sait garder son calme devant les aboiements de la meute bienpensante. Blanquer interviewé ne pouvait pas donner raison à un élu du RN avec qui il est d’accord sur le fond, donc il a sorti un laïus pâteux, puis a déclaré le lendemain que l’interdiction du voile en sortie scolaire était “souhaitable”. Inquiétant. Un ministre efficace ne dirait pas souhaitable, il dirait j’en veux ou j’en veux pas.

A lire aussi: « Le regroupement familial est la première cause de l’échec de l’intégration des réfugiés »

On fait beaucoup de critiques justifiées au voile islamique, et on en oublie souvent une, c’est que la femme qui se voile rompt la communauté nationale en affichant qu’elle refuse d’avance toute séduction de la part d’un non-musulman. C’est bizarre, le métissage nous est vanté à longueur de publicités, et pourtant on ne présente jamais de femme voilée amoureusement lovée dans son canapé avec son mari blond portant une croix discrète dans le cou. J’imagine pourtant très bien le texte d’un tel clip publicitaire : “Avec les canapés X, un vivre-ensemble encore plus moelleux et confortable !” Et pourquoi aucun cinéaste n’a-t-il eu l’idée de tourner un Mais qu’est-ce qu’on a fait à Allah ? où un couple musulman bien installé s’étonnerait de voir ses quatre filles voilées fréquenter des garçons venus de la bourgeoisie catholique des Hauts-de-Seine ou des Yvelines ? Voilà qui ferait plus pour la paix civile que toutes les inepties déversées au public par Aphatie ou Askolovitch. Mais non, ces publicités et ces films n’existeront jamais. Le voile signifie le refus de l’intermariage qui signifie le refus de faire peuple avec l’autre, juif ou chrétien d’origine. Il est donc une rupture de la fraternité inscrite sur nos monuments publics, et sa vocation est de disparaître lorsque reculera l’absurde auto-apartheid que s’infligent une bonne partie des musulmans français. Rappelons que cette fameuse fraternité est le fondement du système français de redistribution des revenus, qui profite grandement aux musulmans. La contrepartie de cet argent serait d’accepter l’union matrimoniale avec les autres Français et Napoléon a eu raison de demander aux juifs de France l’intermariage en échange de la pleine citoyenneté.

Psychologie macronienne et avenir de la France

Le petit jeune homme qui trône à l’Elysée ne s’est pas encore mêlé du débat sur le voile des accompagnatrices de sorties scolaires. Il pérore sur tout, il pourrait aussi donner son avis dans ce débat. Bérénice Levet dans une interview donnée à Atlantico éclaire d’un jour cru la psychologie macronienne grâce à la notion de “perception inutile” qu’elle a trouvée chez le philosophe Clément Rosset : “C’est une perception juste qui s’avère impuissante à faire embrayer sur un comportement adapté à la perception”. François Hollande en a donné un sublime exemple, qui restera pour l’éternité dans les manuels de politique, quand il a déclaré à Davet et Lhomme qu’il voyait en France un danger de sécession des musulmans, sans faire quoi que ce soit pour y remédier, sans se rappeler une seconde qu’il était Président de la République donc doté de pouvoirs assez importants par la constitution française. Perception inutile ! Macron voit très bien les kwassa kwassa chargés de Comoriennes enceintes débarquer à Mayotte, c’est lui qui a appris aux Français le nom de ce type d’embarcation, mais il ne fait rien et le chaos continue dans l’île de l’Océan Indien. Perception inutile ! Macron voit très bien que le lac brûle, qu’on s’entre-assassine entre policiers à la Préfecture de Police, mais il n’a pas une seconde la volonté de restreindre la ruée migratoire sur la France. Perception inutile ! Sur les 250 000 immigrés légaux annuels et sur les 100 000 illégaux estimés, il y a une grande majorité de musulmans qui sont en grande majorité des braves gens et en toute petite minorité, les futurs terroristes islamistes qui feront les mauvais jours de la France de 2030. Il s’en contrefiche.

Suspendre les regroupements familiaux est pour lui impossible : ce serait donner raison à son ennemie du Rassemblement National. Macron préfère sa réélection à l’avenir de la France.

Lire la suite