On connaissait les bourreaux-victimes, les islamistes modérés et les sarkozystes de gauche ; on sait même grâce au pénible accent hollandais qu’il existe des juifs antisémites : les ashké-nazies. Mais l’intelligence contemporaine nous avait encore épargné les « pédés homophobes » ; une bête curieuse révélée par la « maladresse » du comique Julien Cazarre en marge d’un match.

Homophobe, comme ils disent…

Soupçonné d’en être par les supporters de Marseille, il a ironiquement repris les quolibets chantés des tribunes pour parer l’attaque en répétant « Julien Cazarre, pédé ! » sur l’antenne de Canal + Sport, dans l’émission « J+1 ». Ce que lui a reproché le CSA dans une mise en demeure pour « propos homophobe à l’antenne ».

Récapitulons. Julien Cazarre, dont la sexualité n’est pas en cause, se trouve donc sous le coup d’une sanction du CSA pour s’être laissé traiter de « pédé » par des « ultras » phocéens. Homophobie, comme ils disent à Paris… On savait Cyril Hanouna en délicatesse avec l’association LGBT Le Refuge à cause de ses canulars lourdingues et voilà qu’un humoriste footballistique est à son tour menacé.

« Paris, Paris, on t’…. ! »

Or, le CSA l’ignore mais en marseillais, « pédé » se traduit par « parisien ». Et « parisien » se traduit dans la même langue par « hostile à l’OM ». C’est souvent maladroitement que le stade Vélodrome assouvit ses pulsions en s’exclamant : « Paris, Paris, on t’encule ! »

Si le CSA avait demandé l’aide de traducteurs franco-marseillais, il n’aurait pas commis pareille méprise et épargné Julien Cazarre. Odieux colonialisme audiovisuel !

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
est étudiant et pigiste.