Lors d’un débat télévisé, le chef des travaillistes Jeremy Corbyn a prononcé de manière suspecte le nom de l’agresseur sexuel Jeffrey Epstein. Ce clin d’œil à un vieux cliché antisémite aggrave sa réputation de laxisme face aux dérives judéophobes. Les Britanniques juifs s’inquiètent de sa possible victoire.


Deux hommes en costume cravate sont debout derrière des pupitres à une distance de deux mètres l’un de l’autre. Ils sourient de temps en temps, mais l’atmosphère est quelque peu tendue. Des projecteurs sont braqués sur eux et un public, qui assiste en direct aux échanges entre les deux messieurs, applaudit, rit ou hue selon les interventions des orateurs. Nous sommes le 19 novembre et il s’agit du premier débat télévisé entre Boris Johnson, leader du Parti conservateur, et Jeremy Corbyn, chef des travaillistes. Le 13 décembre, l’un des deux sera Premier ministre du Royaume-Uni. À un moment donné, l’animatrice du débat leur pose une question à propos de Son Altesse Royale, le prince Andrew, fils de la reine qui s’est trouvé mêlé à l’affaire Jeffrey Epstein. Celui-ci, rappelons-le, est le pédocriminel et maître-chanteur américain qui, incarcéré pour avoir organisé un trafic de jeunes filles mineures destinées à être exploitées comme esclaves sexuelles, se serait pendu dans sa cellule au mois d’août dernier. M. Corbyn se lance immédiatement dans un vibrant plaidoyer pour les jeunes victimes de ce véritable ogre moderne, et puis, soudain, il se produit un phénomène très étrange… Ce nom de famille, Epstein, qu’on entend presque quotidiennement dans les médias, se prononce toujours à l’américaine, c’est-à-dire « ep-stine » (si l’on reproduit la prononciation selon les principes de l’orthographe française), mais, inexplicablement, Jeremy Corbyn le prononce d’une tout autre manière: ce qui sort de sa bouche, c’est « ep-schtaine ». Tout le monde sait que ce nom de famille assez courant est juif. Le génial sculpteur, Sir Jacob Epstein, créateur par exemple du tombeau d’Oscar Wilde au Père-Lachaise, était juif. Que vient faire cette prononciation bizarre au milieu de ce débat, si ce n’est pas souligner la judéité de cet ogre – si ce n’est pas pour rappeler que les juifs, ce sont des ogres. Bref, en deux syllabes, M. Corbyn insuffle une nouvelle vie à un vieux fantasme raciste.

A lire aussi,Cyril Bennasar: Mon affaire Epstein

Nous savons depuis longtemps que le Parti travailliste a un

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite