« Le cri d’alarme d’un ancien principal de Marseille », titrait La Provence du samedi 26 août, rendant compte du livre de Bernard Ravet, tout récemment paru (éd. Kero). Et le reste de la presse, du Figaro à l’Express en passant par Valeurs actuelles, a fait chorus (et il est invité sur BFM TV à l’instant même où je mets en ligne cet article, mercredi 30, 19h et des broutilles) Curieusement (non, je blague), je n’ai rien trouvé dans les journaux de gauche, ce qui doit peiner l’auteur, qui n’a guère de sympathies pour la Droite — sans doute sans l’étonner. La Gauche serait-elle dans le déni ? Je ne peux le croire.

Les territoires (toujours) perdus de la République

Je me suis souvent demandé ce qui fait qu’un livre arrive à l’heure — à l’heure où il sera lu. Il ne faut pas arriver trop tôt, c’est sûr — sinon on entre a posteriori dans la catégorie du « prémonitoire », sous-rubrique « Cassandre » : ceux qui parlent mais que l’on n’entend pas. Depuis les Territoires perdus de la République (2002 — quinze ans déjà, coucou les revoilà !), combien d’oiseaux de malheur ont dénoncé la mainmise de l’islam sur la société française en général et l’Ecole en particulier ? Le rapport Obin, dont Bernard Ravet parle longuement parce que le collège dont il était alors principal (« qui porte ce nom totalement improbable, « Versailles » — dans le XIVe arrondissement de Marseille) a été visité par Jean-Pierre Obin, avait été enterré par François Fillon, et il avait fallu toute une équipe, sous la direction de mon ami Alain Seksig, pour l’éditer (l’Ecole face à l’obscurantisme religieux, 2006) en l’étayant d’articles qui corroboraient le propos alors « inaudible » (dit Ravet) de l’Inspecteur général — dont un essai sur les filles musulmanes à l’école, paru peu avant sur Bonnet d’âne. Des filles dont Bernard Ravet fait grand cas (« la seule bouée de secours dont s’emparent certaines de ces jeunes filles, dit-il des jeunes Comoriennes, c’est la réussite scolaire »), mais dont il a vu, au fil de sa carrière, les minois obscurcis par les voiles : pour ne pas être emmerdées par les suppôts d’Allah qui font régner l’ordre, c’est-à-dire le désordre, et aussi pour grignoter le terrain. Leurs voiles les protègent et nous assiègent.

Parce que tout est question de territoire — les islamistes accroissent leur empire, les caïds (qui sont parfois les mêmes) définissent leur secteur de vente (où la police n’entre pas), et même le Principal, présent à la grille le matin, « marque son territoire, tous les jours ». « Le sas matérialise le fait qu’on pénètre dans un territoire où prévalent d’autres règles que celles du quartier ». Fort bien. Demandons-nous comment envahir l’espace des caïds et du wahhabisme. Comment les éradiquer.

Il y avait « urgence » il y a quinze ans

Mais on peut arriver trop tard, et c’est le cas du bon livre de Bernard Ravet, auquel Emmanuel Davidenkoff, jadis pilier journalistique du pédagogisme triomphant, mais revenu pour l’essentiel des meirieuseries de sa jeunesse, a donné un coup de main. Ce qu’il dénonce, parce qu’un Principal retraité a récupéré son droit de parole, c’est ce qui est dénoncé depuis plus de quinze ans — y compris par moi-même avec Une école sous influence (2007). Le cri d’alarme est un dernier cri de détresse.

Que dit notre beau moustachu ? Qu’« il y a urgence » — c’est la première phrase. Ah oui ? Il y avait urgence il y a quinze ans — et tout ce que nous avons déduit de cette urgence, c’est une loi sur les signes religieux ostensibles mi-chèvre mi-chou, conçue pour ne pas empêcher la déferlante islamiste dans les universités (ou dans les hôpitaux). Comme le remarquait il y a quelques jours notre envoyée spéciale en Pédagolie, Jennifer Cagole, le personnel de l’Education nationale est soumis à la neutralité la plus stricte. Mais les élèves, les parents, le quartier, Marseille tout entier et le reste de la France ont le droit de proférer des menaces ou d’éructer des mots d’ordre, de boycotter les minutes de silence, de manifester leur fanatisme et d’étaler leurs superstitions. De voiler Voltaire.

Notre Principal moustachu se voit en « défenseur du territoire ». À ses côtés, des enseignants débordés, régulièrement agressés parce que certaines osent porter une jupe ou avoir les bras nus, le Conseil général de Jean-Noël Guerini (comme quoi on peut être un homme politique aux finances douteuses et un élu responsable), et des flics, ses seuls interlocuteurs pendant toutes ces années de violence sociale et confessionnelle (dans cet ordre). Parce que de l’institution Education Nationale, rien à attendre. Il a consciencieusement signalé tous les faits et méfaits, des années durant, quitte à faire passer ses collèges successifs pour des refuges de terroristes en devenir, sans que cela n’émeuve qui que ce soit au rectorat ou plus haut. « Pas de vagues » est le leitmotiv de tous ces couards écouillés qui occupent la hiérarchie du système éducatif.

En ZEP, le va-et-vient des enseignants atteint « 30 à 40% »

Il y a des propositions dans ce livre. Raser ces collèges « enkystés dans des zones impossibles à réhabiliter ». J’ai adopté cette solution il y a 12 ans, lorsque dans la Fabrique du crétin je parlais des Zones d’Exclusion Programmée, et des ces ghettos éducatifs élevés au milieu des ghettos sociaux (mais il a fallu « attendre dix ans pour qu’un Premier ministre, Manuel Valls, ose appeler un chat un chat et parler d’apartheid »). « On y vieillit deux fois plus vite qu’ailleurs, J’allais découvrir qu’à Versailles, on vieillissait quatre fois plus vite. » Il faut réorganiser le premier cycle à l’intérieur des lycées de centre-ville, en organisant une carte scolaire en tranches d’orange — comme autrefois. Sinon, on continuera à avoir, à Versailles, à « Izzo » ou à Manet, des collèges sociologiquement purs — 100% barbares. Sinon les familles (maghrébines ou comoriennes) les mieux informées continueront à exfiltrer leur progéniture dans le privé — qui fonctionne bien mieux, figurez-vous, parce qu’il rassemble des enfants qui ont choisi, et non la lie de la boue.

On y vieillit d’autant plus vite que, comme je l’ai expérimenté dans mes 12 années de ZEP aux Ulis et à Corbeil-Tarterêts, le turn-over des enseignants, d’une année sur l’autre, est impressionnant. « 30 à 40% », dit Bernard Ravet. Il subsiste un noyau dur de missionnaires en terrain hostile, mais les p’tits jeunes capotent rapidement. Alors cessons d’imaginer que des enseignants expérimentés viendront spontanément se faire caillasser (c’est l’anecdote de départ du livre) dans ces sites de gestion des désastres. Il faut envoyer les mômes là où sont…

Lisez la suite de l’article sur le blog de Jean-Paul Brighelli