Home Culture Voyage dans la galaxie Mitterrand


Voyage dans la galaxie Mitterrand

"Les Mitterrandiens, portraits de groupe" de François Broche, chez Pierre-Guillaume de Roux

Voyage dans la galaxie Mitterrand
Francois Mitterrand dans la Nièvre en 1993 © CHAM/SIPA Numéro de reportage: 00252160_000026.

L’historien François Broche passe Les Mitterrandiens en revue dans un ouvrage captivant


Il faut bien admettre que le dernier Président de la Vᵉ République fut François Mitterrand. Sa stature pharaonique malgré sa taille modeste, sa brutalité byzantine, son goût des livres et du secret, sa parfaite connaissance de la province chardonnienne et de ses paysages désolés, son autorité naturelle comme si l’Élysée lui était dû et que nous étions ses sujets redevables à vie, son appétit pour les belles femmes et les oiseaux protégés, sa fidélité corrosive et ses manières de prince vénitien le plaçaient hors-catégorie, dans une galaxie à part.

Stratégie et talent

Après lui, nous n’avons connu que des ébauches, des personnages en pointillé n’incarnant pas totalement le rôle et la mission d’un Président élu au suffrage universel direct. Mitterrand, sur le modèle gaullien, a fait du romanesque, le squelette de son ascension politique. Il a écrit une fable, s’arrangeant avec la vérité et les faits, brusquant le réel, le tordant afin qu’il entre dans ses rêves d’adolescent.

A lire aussi: François Sureau immortel

Les idées sont accessoires dans une démocratie, les débats trop ennuyeux, les journalistes idiots, les militants un mal nécessaire, l’argent un moyen comme un autre dans cette quête absolue du pouvoir, le seul être qui compte demeure l’électeur, cet anonyme dans la foule. C’est vers lui que l’énergie et la persuasion sont orientées, c’est pour lui que la stratégie et le talent se mettent en action. On lui raconte n’importe quoi et il le sait pertinemment. Une élection est un jeu de séduction, de dupes aussi, il faut être deux pour y participer.

Cet électeur réagit comme un lecteur d’Alexandre Dumas, il souhaite s’extraire de son état de citoyen, il veut croire lui aussi aux forces de l’esprit, à la beauté d’une épopée. Se rendre dans l’isoloir un dimanche pluvieux, c’est un moyen de transcender son existence, d’enjoliver un triste quotidien. Alors, cet électeur attend de l’exceptionnel, de l’inattendu, des mots qui blessent, de la dramaturgie, des enfants cachés, des zones d’ombre, des rebondissements, des échecs à la limite de l’infamie et des retours de flamme, de flambe même.

Libéral déguisé sous les oripeaux du socialo

Cet électeur en a marre des doublures en tissu synthétique et des remplaçants en carton-pâte, il a encore en tête le froissé de la soie sauvage à la sortie d’un conseil des ministres et le visage d’un aigle dans l’hémicycle, prêt à dépecer son adversaire. Un type qui impose par sa simple présence, le silence et le respect, la crainte et l’émotion gamine. Malgré un bilan plus que mitigé et une haine tenace des deux bords, on reproche encore aujourd’hui à Mitterrand d’avoir été le fossoyeur de la Gauche et de la souveraineté, l’allié objectif du Front National, le libéral déguisé sous les oripeaux du socialo, le démago de l’antiracisme, le droitard maquillé en progressiste, le démarcheur de la mondialisation ou le technocrate câblé, peu importe les appellations disgracieuses, car, même ses plus féroces détracteurs regardent cette vie politique folle, démarrée au stalag jusqu’à sa scénarisation au Panthéon comme une tapisserie du moyen-âge.

A lire ensuite: L’esprit du « Piéton » de Paris (Léon-Paul Fargue)

Chacun se dit que l’époque actuelle est bien terne, bien décevante, insipide et terrible, elle ne peut faire émerger que des premiers de la classe. Charles Pasqua regrettait que la classe politique qui n’a pas connu les affres et les émotions intenses de la guerre ne puisse rien comprendre à l’âme humaine. La nouvelle génération manque de repères, de toucher et de hargne, d’instinct et de flamboyance. Nous sommes à l’ère des ânonneurs officiels et non plus des meneurs au charme vénéneux. Pour se remémorer un tel destin qui nous semble déjà si lointain, Les Mitterrandiens viennent de paraître aux éditions Pierre-Guillaume de Roux. François Broche, historien spécialiste de la France libre et du général de Gaulle, auteur notamment de L’Armée française sous l’Occupation (2002-2003) ou du Dictionnaire de la Collaboration (2014) nous fait voyager dans le temps. « Cinquante ans durant, il ne nous a jamais laissés indifférents. Quoi qu’on ait pensé de lui, cela ne pouvait que créer des liens que la mort ne pouvait rompre, ni même distendre » écrit-il dans son avant-propos.

Cartographie des miterrandiens

François Broche, par son don de la synthèse et la précision de son regard cartographie les Mitterrandiens, il y a les Charentais, les étudiants du 104 de la rue de Vaugirard, les prisonniers, les vichystes, les vichystes-résistants, les résistants, les hommes de la IVème, les journalistes, les femmes, les écrivains, les hommes de l’ombre et même les médecins. Par ses entrées multiples, on est fasciné par l’épaisseur du personnage Mitterrand qui a constitué des cercles étanches tout au long de sa carrière, sans jamais ne rien retrancher de son passé, sorte de mille-feuilles politico-sentimental abyssal. Sous la plume plaisante de François Broche, le monde d’avant prend forme, il se met à s’animer devant nos yeux, nous entendons résonner des noms sortis des douves de l’histoire tels que Claude Roy, Pierre de Bénouville, François Dalle, Georges Dayan, Paul Guimard ou François de Grossouvre. Et les 350 pages de ce solide ouvrage se lisent d’une seule traite.

Les Mitterrandiens de François Broche – éditions Pierre-Guillaume de Roux  


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Je ne serai pas au rassemblement place de la République aujourd’hui
Next article Le Madoff kazakh ou un martyr de la dissidence politique? Retour sur la mise en examen de Moukhtar Abliazov
Journaliste et écrivain. Dernier ouvrage paru : "Ma dernière séance : Marielle, Broca et Belmondo", Pierre-Guillaume de Roux Editions, 2021

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération