En dépit de ses positions déconcertantes sur les migrants, la chancelière sortante est largement favorite pour les législatives allemandes du 24 septembre. Et l’économie n’explique pas tout.


Un conte populaire allemand des années 1960 met en scène un Scheinriese, un « géant en trompe-l’œil », personnage effrayant vu de loin mais dont la taille rapetisse au fur et à mesure qu’on l’approche. Angela Merkel, pour ses détracteurs dans les rangs conservateurs, est un Scheinriese. Elle a l’air formidable vue de loin (« le dernier défenseur de l’occident libéral », a osé le New York Times), mais plus on la connaît, plus on découvre ses défauts. Parmi ceux-ci, un pragmatisme qui confine à l’opportunisme, un penchant pour l’économie administrée plutôt que pour le libre jeu du marché et surtout, une capacité insolente à bouleverser le cours de sa politique du jour au lendemain. Comme lorsqu’elle décida la sortie du nucléaire après la catastrophe de Fu

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Septembre 2017 - #49

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite