Dans le 93 ou les quartiers nord de Marseille, la décapitation de Samuel Paty par un islamiste ne poussera pas les familles juives à retirer leurs enfants des collèges et lycées publics: elles l’ont déjà fait depuis longtemps. Plus personne n’imagine qu’elles y reviennent un jour. 


13 février 2019. Parlant d’intégration et d’islam sur France Info, Éric Ciotti s’exclame : « Est-ce qu’il y a encore un enfant juif dans une école publique de Seine-Saint-Denis ? » Dans les jours qui suivent, plusieurs articles viennent démentir le député LR des Alpes-Maritimes. Il était allé un peu vite en besogne. On en trouve encore quelques-uns. Dans quelques secteurs privilégiés du 93, comme Le Raincy ou Le Pré-Saint-Gervais, l’exercice ambigu consistant à chercher des élèves juifs (pour démonter qu’il n’y a pas de problème) n’est pas totalement vain, ce qui ne change malheureusement rien à la tendance de fond : les juifs ont massivement déserté l’enseignement public dans les banlieues – plus précisément dans celles qu’on appelle « quartiers populaires ». Ils ne fuient pas d’improbables maurassiens en culottes courtes ou l’afflux des élèves chinois (nombreux à Aubervilliers), mais un antisémitisme lié à l’islam. Pour le nier, il faut tout l’angélisme de Radia Bakkouch, présidente de l’association de dialogue interreligieux Coexister. Selon elle, « il peut y avoir de l’antisémitisme dans toutes les écoles, même en milieu rural ». Le propos prêterait à sourire si Coexister n’intervenait pas dans les collèges, avec l’aval du ministère, pour sensibiliser au vivre-ensemble et au dialogue interreligieux. Chez la plupart des interlocuteurs sérieux, l’heure n’est plus au déni de réalité. « Oui, les familles juives ont déserté, entre autres, les lycées des quartiers nord de Marseille », admet sans détour Bernard Beignier, recteur de l’académie d’Aix-Marseille.

Le silence de l’Éducation nationale

Ce n’est pas un scoop. Ancien principal de trois collèges marseillais, Bernard Ravet avait raconté, dans un livre publié en 2017(1), Principal de collège ou Imam de la République, comment il avait dissuadé des parents arrivant d’Israël d’inscrire leur fils dans un établissement dont il avait la charge, leur expliquant qu’il n’était pas en mesure d’y assurer la sécurité d’un élève juif. Le collège en question était Versailles, dans le 3e arrondissement, un des quartiers les plus pauvres de France. En 2004 déjà, Jean-Pierre Obin, inspecteur général de l’Éducation nationale, évoquait, dans son fameux rapport sur les « signes et manifestations d’appartenance religieuse » à l’école, « des élèves d’origine juive, dont la sécurité n’est plus assurée dans nombre d’établissements publics ».

À lire aussi, Jean-Paul Brighelli: Miss Provence et les antisémites

Directeur de l’action scolaire au Fonds social juif unifié, Patrick Petit-Ohayon fait remonter le mouvement de départs « au début des années 2000, sur fond de seconde intifada ». L’antisionisme, vite teinté d’antisémitisme, a commencé à se manifester ouvertement dans les collèges et lycées, sans susciter une réaction institutionnelle à la hauteur. Fidèle à une tradition solidement établie, l’Éducation nationale ne voulait pas faire de vagues. « Nous avons observé les conséquences désastreuses pour les établissements scolaires d’une telle stratégie de la paix et du silence à tout prix… », écrivait Obin. En novembre 2003, le lycée juif Merkaz Hatorah de Gagny (Seine-Saint-Denis) avait été détruit par un incendie criminel. Venus sur place, les ministres de l’Intérieur et de l’Éducation nationale avaient refusé de nommer les agresseurs et les agressés. « La judéophobie est tout aussi condamnable que l’islamophobie » (Nicolas Sarkozy), « Ces incidents intercommunautaires sont graves, il faut aider les communautés à se réconcilier » (Luc Ferry).

Ma vie rêvée au bled, pour éviter les ennuis

La justice n’a pas toujours été beaucoup plus lucide. En 2004, le ministère de l’Éducation a été condamné à dédommager à hauteur de 1 500 euros la famille d’un élève musulman. Avec un camarade, il avait été exclu de son collège pour avoir fait tomber un élève juif dans un escalier, et pour l’avoir ensuite frappé alors qu’il était à terre. Les motivations antisémites n’étaient pas contestées, mais « aucune pièce du dossier n’établit la répétition » des faits, avaient considéré les juges, estimant en conséquence que l’exclusion était une sanction trop sévère(2).

« Les familles juives ont eu l’impression d’être lâchées par l’État », résume Jérémie Haddad, président des éclaireurs israélites de France. « Elles ne sont pas restées les bras ballants, elles ne se sont pas lamentées. Elles ont organisé l’exfiltration de leurs enfants. » Le mouvement s’est poursuivi à bas bruit pendant plus de 15 ans, sans sursaut de l’État. Il mesurait pourtant le phénomène. Dans sa réponse à une question écrite posée par le député RN Louis Aliot, le gouvernement adm

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Décembre 2020 – Causeur #85

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite