Home Édition Abonné Couper des arbres tue des gorilles, pas forcément le climat


Couper des arbres tue des gorilles, pas forcément le climat

La déforestation n'est peut-être pas une cause de réchauffement climatique

Couper des arbres tue des gorilles, pas forcément le climat
©Jean-Yves Grospas / Biosphoto / AFP

Incontestablement néfaste à la biodiversité, la déforestation est aussi dénoncée comme une cause majeure de réchauffement climatique. Arguments scientifiques à l’appui, le professeur de chimie atmosphérique Nadine Unger conteste ce lien de cause à effet. A ses risques et périls. 


Toute cause a ses symboles. Une réalité qui n’est pas si difficile à comprendre sur le plan cognitif. L’action militante étant très gourmande sur plein d’aspects (économique, énergétique, affectif, etc.), tout ce qui peut en minimiser les coûts et maximiser les bénéfices est bon à prendre. Investir un emblème, c’est mettre sa cervelle sur pilote automatique, s’épargner les scories de l’esprit critique, avoir des éléments de langage à portée de bouche et des images pour galvaniser l’enthousiasme des foules.

Conscience sans science n’est que ruine…

Du côté de la cause environnementale, le trope d’une nature non humaine en voie d’agonie avancée fait florès depuis ses origines et a pu ainsi s’incarner dans l’ours blanc rachitique ou les forêts « poumons verts » de la planète frôlant le collapsus. Mais là où le catastrophisme et le manichéisme sont effectivement de redoutables carburants à prise de conscience – pour ne pas dire à pénitence –, ils s’avèrent bien plus pernicieux en matière d’action politique, condamnée à n’être jamais efficace si elle n’est pas scientifiquement informée. Ce qui exige une prise en compte de la complexité des données et une saine mitigation de l’agit-prop.

A lire aussi: “Le lien entre les dérèglements climatiques et l’activité humaine n’est pas clairement démontré”

Le cas des forêts est à ce titre éloquent. L’idée que la déforestation serait l’un des pires péchés de la civilisation industrielle et la couverture forestière, à l’inverse, l’un des souverains biens de la protection de l’environnement, semble désormais relever de la certitude. Dans ce sens, en 2015, le sommet climatique de Paris (COP 21) allait être le premier à comptabiliser les initiatives nationales visant à compenser par les forêts – la protection des anciennes et la plantation de nouvelles – les émissions de CO2 générées par les énergies fossiles. La Chine promit de reboiser un million de kilomètres carrés et, en Europe, on s’engagea à débourser plusieurs milliards de dollars pour financer la préservation de la forêt tropicale. De même, lors de la COP 19 à Varsovie deux ans plus tôt, les félicitations avaient fusé autour d’un « accord historique » visant à soutenir l’exploitation forestière durable. Et les États-Unis, la Grande-Bretagne ou la Norvège avaient fait de gros chèques à des pays moins économiquement avantagés pour qu’ils luttent contre la déforestation tropicale.

“Nous avons de bonnes raisons de craindre un effet radicalement inverse”

Sauf que les liens entre forêts et changement climatique pourraient ne pas être aussi simples, comme le laissent entendre les recherches de Nadine Unger, professeur de chimie atmosphérique à l’université d’Exeter (Royaume-Uni). La scientifique met en garde contre une confusion devenue courante dans les discours écologistes : l’amalgame entre les effets (indéniablement bénéfiques) de la forêt en matière de biodiversité et ceux (plus ambigus) qu’elle aurait sur un plan climatique. Ce qu’elle résumait en ces termes en 2014, dans une tribune publiée par le New York Times : « Planter des arbres et lutter contre la déforestation offrent des bénéfices certains à la biodiversité […]. Mais il en va tout autrement de vouloir ralentir ou inverser le changement climatique par la sylviculture. Scientifiquement parlant, dépenser dans l’exploitation forestière les précieux dollars de la lutte contre le changement climatique est une entreprise à haut risque : nous ne savons pas si cela va refroidir la planète et nous avons de bonnes raisons de craindre un effet radicalement inverse. »

En cause, l’un des objets d’étude d’Unger : les composés organiques volatils (COV) émis par les arbres. Parmi eux, l’isoprène, un hydrocarbure susceptible de réchauffer l’atmosphère de plusieurs façons. D’abord en réagissant avec les oxydes d’azote de l’air pour former de l’ozone, connu pour augmenter les températures lorsqu’il se trouve dans les basses couches de l’atmosphère. Ensuite, en ralentissant la dégradation du méthane, autre puissant gaz à effet de serre. Et comme rien n’est jamais simple, l’isoprène possède aussi des effets refroidissant lorsqu’il contribue à générer des aérosols bloquant la lumière du soleil.

A lire aussi: Réponse à ceux qui doutent du changement climatique

Selon les modélisations d’Unger, à l’époque maître de conférences à Yale, le remplacement des forêts par des terres agricoles au cours de l’ère industrielle n’aurait eu que très peu, voire pas d’effet sur le climat. Certes, selon ses calculs, cette disparition des forêts et prairies primitives – représentant environ 50 % de la surface terrestre – a bien libéré le carbone stocké dans les arbres, mais elle a aussi augmenté l’albédo terrestre (à l’effet inverse de l’effet de serre) et diminué les émissions de COV, susceptibles de refroidir comme de réchauffer l’atmosphère.

Plus le temps de penser ?

Des recherches qui n’ont pas plu à tout le monde. En janvier 2019, dans un article de Nature faisant le point sur la « controverse » sur les liens entre valorisation des forêts et changement climatique, Gabriel Popkin relatait les contrecoups bien peu scientifiques qu’Unger avait dû subir après sa sortie du bois. En effet, la chercheuse déclarait avoir reçu des menaces de mort et vu certains de ses collègues lui refuser la plus élémentaire des politesses après la publication de son article. D’ailleurs, quelques jours plus tard, une trentaine de chercheurs avaient signé une contre-tribune déplorant la faiblesse scientifique des travaux d’Unger. Unger était aussi accusée de contrecarrer, sciemment ou non, les très vulnérables réussites de décennies de labeur militant grâce auxquelles l’ampleur de l’urgence climatique commençait tout juste à être saisie par les citoyens et leurs gouvernants. Face à l’imminence de la catastrophe, écrivaient-ils en substance, le temps n’était plus à la réflexion et encore moins à la remise en question d’une sagesse conventionnelle – davantage d’arbres, moins de changement climatique – applaudie dans les grands raouts internationaux. Qu’importe qu’Unger la jugeât « fausse » et présentât des données pour corroborer son jugement.

A lire aussi: Causeur : Contre la religion du climat

Et c’est bien là que le bât blesse. Si la panique est rarement bonne conseillère, elle l’est d’autant moins dans un domaine aussi complexe que la protection de l’environnement. Au début des années 2000, c’est en arguant d’une telle urgence que Luiz Inácio Lula da Silva avait fait adopter au Brésil l’un des programmes de développement des biocarburants les plus ambitieux au monde. Mais parce que son étayage scientifique était inversement proportionnel à son clinquant, près de vingt ans plus tard, sa nocivité environnementale, mais aussi économique et sociale ne cesse de se faire jour.

Peu de certitudes sont peut-être aussi solides que celle-ci : si l’on vous dit que le temps de la réflexion est révolu et que seule doit primer l’action, alors on vous dicte les meilleures recettes de catastrophe. Surtout si votre cause prend des airs de religion et entend réduire au silence, par tous les moyens, les dissidents ne voulant que signaler des accrocs dans votre orthodoxie.

Mars 2019 - Causeur #66

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Quand Le Monde tente de démentir le “grand remplacement”
Next article C’est le marquis de Sade qui devrait former les profs
Peggy Sastre est une journaliste scientifique, essayiste, traductrice et blogueuse française. Dernière publication, "La Haine orpheline" (Anne Carrière, 2020)

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération