Un récent article de Causeur insistait sur le caractère inaudible de certains arguments récurrents dans la bouche des opposants à l’ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes. Le discours de ceux qui militent en faveur de cette mesure me semble également présenter de grosses faiblesses. Je vais les aider un peu.

Même pas le soutien des médias…

Je suis assez surprise de constater avec quelle timidité les médias soutiennent cette nouveauté. Ils ne font pas de zèle. C’est-à-dire qu’ils ne font pas bloc contre des opposants qui seraient désignés comme « réactionnaires », « conservateurs » ou comme « refusant cette évolution ». Dans le cas du mariage gay, ils avaient fait correctement leur boulot. Vous, les militants de la cause, n’aviez pas besoin de courir les plateaux. Les journalistes faisaient tout le travail : rappel constant des enquêtes d’opinion indiquant une « évolution des mentalités » et interviews sévères des opposants à cette loi.

Pour l’instant, rien de tel. Et je vais vous dire pourquoi.

D’abord, cela va trop vite. Entre le PACS et le mariage dit « pour tous », nous avions eu le temps d’oublier et les journalistes aussi. Oublier qu’à l’époque, on nous avait dit qu’il ne serait jamais question de mariage unissant des personnes de même sexe. Cette fois-ci, les gens n’ont pas eu le temps d’oublier et les journalistes non plus. Ils s’entendent encore rétorquer eux-mêmes aux militants de la Manif Pour Tous qu’il ne serait jamais question de PMA pour les lesbiennes. Alors, forcément, dire l’inverse si tôt est une posture difficilement tenable. Il faut les comprendre.

Suicide rhétorique

Deuxième point, la GPA. Ce sont les journalistes (confirmant donc la validité de ce que je viens de dire) qui soulèvent la question : au nom de l’égalité entre couples d’hommes et couples de femmes, après la PMA, réclamerez-vous la GPA ?

A ce jour, je n’ai vu aucun de vos militants répondre correctement à cette interrogation.

Vous donnez même le bâton pour vous faire battre, puisque vous fournissez vous-mêmes à vos opposants des objections faciles et énormes. C’est du suicide rhétorique :

      • Joël Deumier, président de SOS homophobie déclare qu’il n’est pas question de réclamer la légalisation de la GPA parce qu’elle est illégale en France. Ok, mais la PMA pour les lesbiennes est tout aussi illégale en France et pourtant, il…

Lisez la suite de l’article sur le blog d’Ingrid Riocreux

Lire la suite