Monsieur Spleen est un objet littéraire insolite, inclassable et exquis, comparable à un bibelot invraisemblable dont le luxe serait réservé à une société secrète de raffinés. En somme, il répond parfaitement aux critères d’un ouvrage symboliste. En effet, la succession de chapitres mi-chronologiques mi-thématiques que l’auteur consacre à Henri de Régnier (1864-1936), poète, romancier, cocu magnifique, gentilhomme, académicien, mondain réservé et gloire du mouvement symboliste aujourd’hui totalement oubliée, se lit comme un enchaînement ciselé de proses, méditations subtiles et anecdotes rares, bien davantage que comme une simple étude universitaire.

Monsieur Spleen, Bernard Quiriny, Seuil, 2013.

* Photo: Portait de Baudelaire, par Gustave Courbet

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
est journaliste littéraire et co-animateur du Cercle Cosaqueest journaliste littéraire et co-animateur du Cercle Cosaque
Lire la suite