Soucieuse de mon bilan carbone, je ne suis pas allée au CES (Consumer Electronic Show) de Las Vegas cette année. Ni l’année dernière d’ailleurs.


Il faut dire aussi que personne ne m’y a jamais invitée.

Et que je n’ai donc demandé à aucune agence de payer, ni à aucune future ministre, d’organiser mon déplacement. J’avoue, je me suis contentée de fureter sur la toile, telle une araignée en RTT.

Comme chaque année, les 4 500 exposants ont rivalisé d’inventivité. Il est difficile (et risqué) d’imaginer quels sont, parmi les produits présentés, ceux qui feront partie de notre quotidien de demain ou d’après-demain. Qui aurait parié ne serait-ce qu’un kopek sur Facebook ou Instagram en 1967, année du premier CES ?

La technologie nous a l’œil

Passons sur l’écran de télévision qui se roule et passe de l’horizontale à la verticale, le smartphone qui se plie, l’appli qui transforme n’importe quelle surface en clavier. Tout cela fait déjà presque partie de notre vie et ne nous émerveille même plus. Passons sur tous ces objets connectés destinés à assurer notre sécurité.

Je ne sais pas si cela vous fait le même effet, mais le tapis de bains Mateo (France) qui permet de « suivre l’évolution du corps de chaque membre de la famille et donc d’adapter ses habitudes alimentaires et sportives » me fait légèrement flipper. Les petits excès tout de suite repérés et étalés au grand jour, je ne suis qu’à moitié tentée ! A quand l’analyse d’urine, chaque fois que l’on passe au petit coin ?

A lire aussi: Code informatique, algorithmes des GAFA: désamorcer la machine infernale

A ce propos, un accessit d’honneur au fabricant de papier toilette Charmin (Wisconsin, USA) qui a songé aux petits étourdis. En cas d’oubli, le mignon petit robot Rollbot vient à la rescousse pour apporter le rouleau salutaire. A condition que nos distraits aient leur smartphone sur eux, que le robot soit rechargé et la porte ouverte. Ce n’est pas gagné…Charmin a aussi dévoilé cette année le SmellSense, capteur à odeurs qui indique l’état de fréquentabilité des lieux d’aisance. Ouf ! ça nous manquait.

Vous ne dépensiez pas assez d’argent pour vos animaux de compagnie…

À remarquer que nos compagnons à quatre pattes font l’objet de beaucoup de sollicitude. D’abord les innovations pour chats. La litière LavvieBot (Corée du Sud) se tamise toute seule. Elle élimine les diverses déjections et rajoute régulièrement et à bon escient la litière manquante. Une application dédiée permet même de déclencher la commande avant rupture du stock.

LavvieBot se couple à Purrsong, application dont vous ne pourrez plus vous passer. Elle vous permet de vérifier et de suivre, gramme à gramme, le poids de votre chère petite bête ainsi que la fréquence de son passage dans la litière. La gamelle Mookie (Italie) est dotée quant à elle d’un système de reconnaissance faciale. Seul, le chat en titre peut profiter de ses croquettes. Tant pis pour les potes qu’il aurait invités en votre absence. Ils feront ceinture.

A lire aussi, du même auteur: Tendance été 2020: tous au glamping!

Passons aux chiens. Le harnais Inupathy (Japon) capte les battements de cœurs canins. Grâce à un code couleur, vous pouvez enfin savoir si votre chien est heureux, intéressé, excité ou stressé. Le traqueur WAGR (Inde) est aussi bien utile. Outre la fonction GPS qui vous permet de le retrouver si vous l’avez égaré, ce petit appareil vous dit tout sur son hygiène de vie. Fait-il assez d’exercice, mange-t-il trop, sa promenade est-elle adaptée ? Deux ans de bonus vous sont (presque) garantis grâce à l’existence saine qu’il va enfin pouvoir mener grâce à cette petite merveille.

Foldimate: perfectionnable

S’il fait un truc qu’il ne faut pas, vous disposez aussi d’une alarme et d’un vibreur à distance. Vous pouvez donc rectifier le tir, lui envoyer un signal et le stopper dans ses agissements illicites.

L’année dernière, j’avais craqué (virtuellement, toujours) sur le Foldimate (Californie, USA), robot capable de plier vingt-cinq vêtements en cinq minutes et s’adaptant automatiquement au type et à la taille de ceux-ci. Sans doute était-ce un choix un peu ringard puisque je n’ai pas trop noté qu’on en reparlait cette année. Peut-être quelques mises au point sont-elles encore nécessaires ? À vrai dire, j’étais quand même un peu déçue que ce bijou de technologie, un rien encombrant, ne repassât pas. D’après la communication Foldimate, c’est dans le « roadmap ». Patience et longueur de temps !

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Lire la suite