Quantcast
Home Édition Abonné Le burqini est-il aussi minoritaire qu’on nous le dit? (IFOP)


Le burqini est-il aussi minoritaire qu’on nous le dit? (IFOP)

Les Français sont majoritairement opposés à la décision de Piolle, sauf... les musulmans

Le burqini est-il aussi minoritaire qu’on nous le dit? (IFOP)
Des militants communautaristes de "Alliance citoyenne" réunis pour écouter le vote sur le burqini du conseil municipal de Grenoble, 16 mai 2022 © Mourad ALLILI/SIPA

Les seins nus seront-ils bientôt grand remplacés par les burqinis? On nous dit que c’est une toute petite «minorité» qui réclamerait le burqini. On nous dit aussi tous les jours que seule une infime «minorité» des musulmans n’arriverait pas à s’intégrer en France – où on ne parle plus d’assimilation depuis longtemps.


Ainsi, durant toute la semaine dernière, les lieutenants de la Nupes n’ont eu de cesse de balayer d’un revers de main les critiques concernant le vote du conseil municipal de Grenoble autorisant le port du burqini dans les piscines de la ville. Ce serait un non sujet au regard de la gravité du réchauffement climatique ou de la hausse des prix de l’énergie, ont-ils clamé de concert et à longueur d’interviews, ayant très certainement à cœur aussi de ménager l’électorat musulman qui a voté à 69% pour le leader Insoumis au premier tour des élections présidentielles

L’enquête IFOP qui fait un grand splash

Alors, un non-sujet le burqini ? Les résultats de l’enquête IFOP sortie la semaine dernière (1), où l’on apprend que 72% des Français musulmans sont favorables au port du burqini dans les piscines alors que 69 % de l’ensemble des Français y sont opposés, interpellent. Autrement dit, seuls 28% des musulmans sont opposés au burqini, ce qui revient à dire que la minorité a bien changé de camp. La minorité, ce sont les modérés !

IFOP
IFOP

67% des musulmans s’opposent par ailleurs à ce que les femmes puissent bronzer seins nus dans les piscines. L’argument libertaire du libre choix avancé par Eric Piolle et ses comparses néo-féministes, idiotes utiles des activistes islamistes d’Alliance Citoyenne, ne semble donc pas tenir.

A lire aussi, du même auteur: Mila ira-t-elle nager en Harley Quinn dans les piscines grenobloises?

La tentative de minimiser les faits pour occulter le réel est la chose la mieux partagée par les progressistes iréniques et les gauchistes communautaristes du parti de Jean-Luc Mélenchon. Pour les uns, l’insécurité est un sentiment et l’ultra-violence se résume à des faits divers se limitant à la lointaine banlieue. La baisse du chômage et une économie française qui se relève suffiraient à mettre en sourdine les problèmes engendrés par le communautarisme. Quant aux autres, ils se réfugient donc dans la zone confortable du déni devant l’offensive des affirmations identitaires et du communautarisme islamiste qui entaillent de plus en plus notre laïcité et notre manière de vivre à la française.

Les Français opposés au burqini mais cernés par un discours angéliste

Chez tous ces drôles, au-delà du « circulez y a rien à voir », une autre manière de banaliser le port du burqini consiste à expliquer que seule une infime minorité de femmes musulmanes serait concernée. Ce discours dominant, mâtiné d’angélisme, aussi navrant qu’inconséquent, a pour conséquence d’invisibiliser la progression de l’islamisme radical dans notre pays. Pourtant, sondage après sondage, la montée du radicalisme musulman se confirme.

Le sondage de l’IFOP met également en avant la position ultra rigoriste des plus jeunes musulmans, lesquels sont à 78% favorables au port du burkini, alors qu’il est refusé par 60% des retraités musulmans. Est-ce si surprenant ? En septembre 2020, l’IFOP nous apprenait déjà que 74% des Français musulmans de moins de 25 ans plaçaient la charia avant les lois de la République. Cette radicalisation de la jeunesse musulmane inquiète, et s’illustre également par le souhait d’obtenir des horaires réservés aux femmes musulmanes. Là aussi, les jeunes musulmans plébiscitent à 88% cette ségrégation communautaire, qui est approuvée par « seulement » 75% de l’ensemble des musulmans interrogés. Là, où les Français sont 72% à refuser ces horaires différenciés selon la religion !

Ces jeunes doivent très certainement se retrouver aussi dans les propos de l’influenceuse Rabia, qui, sur le plateau de Jean-Marc Morandini, a lancé en guise de contre argument à un Jean Messiha complètement médusé: « On est une nouvelle génération, une nouvelle mentalité, la France a évolué, cette époque est révolue, cette mentalité là va disparaitre, avec vous d’ailleurs.” Et si, avec ses mots tranchants, Rabia affirmait que le grand remplacement était bien une réalité, à la fois démographique et culturelle, et non une théorie sortie d’un esprit malade gangréné par les fantasmes complotistes ou je ne sais quelle peste brune ?


(1) L’enquête a été menée par l’IFOP pour Le Point auprès d’un échantillon de :
– 2 026 personnes, représentatif de l’ensemble de la population vivant en France métropolitaine âgée de 18 ans et plus.
– 1 017 personnes, représentatif de la population de religion musulmane vivant en France métropolitaine âgée de 15 ans et plus. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne : du 13 au 16 mai 2022 et du 2 au 22 mars 2022.


Previous article A star is born…
Next article Nomination de Pap Ndiaye: quel «message» a voulu envoyer Macron?

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération