Home Culture Victor Hugo à côté de la plaque


Victor Hugo à côté de la plaque

Le film de Ladj Ly est un hommage dont on peut se passer

Victor Hugo à côté de la plaque
(c) Wild Bunch Germany

Les Misérables, le film de Ladj Ly? Emmanuel Macron s’est dit “bouleversé par sa justesse.” Notre critique y a surtout vu à l’œuvre une logique victimaire tout du long.


On a le Victor Hugo qu’on mérite… Littéralement encensé et promptement récompensé au dernier Festival de Cannes, le film réalisé par Ladj Ly joue de la corde sensible en se plaçant dès son titre sous le parapluie de l’écrivain national : ce sera donc Les Misérables, version 2019. Et du début jusqu’au générique de fin, s’il vous plaît, puisque c’est là, symboliquement, que le cinéaste place une citation du roman : « Il n’y a ni mauvaises herbes, ni mauvais hommes, il n’y a que de mauvais cultivateurs. » Le film relate ainsi la première journée d’un membre de la BAC débarquant dans une cité de la banlieue parisienne.

 Pour Ladj Ly, aucun doute, comme il l’a déclaré à Cannes, après les gilets jaunes, viendra le temps des cités

L’archétype du film de banlieue

Le réalisateur, né à Montfermeil et y vivant encore, bénéficie d’entrée du jeu du label « J’y vis, donc je sais », parfait alibi pour faire taire toute critique venue d’ailleurs. Mais d’abord et surtout pour montrer des « flics » forcément beaufs, à l’exception du petit nouveau dont le film raconte finalement le « bizutage » et l’intégration presque parfaite dans son milieu.
Face à eux, la palette habituelle du film-de-banlieue-de-colère-et-de-haine, c’est-à-dire une cohorte plus ou moins définie de mères navrées, de « grands frères » roublards, de frères musulmans curieusement présents-absents, de Gitans (quota oblige) et d’autres encore. Sans oublier les « sauvageons ». Contrairement à la doxa en cours, Hugo n’aurait pas sursauté au mot employé par Chevènement : le sauvageon en effet n’est pas de la « mauvaise herbe », mais un arbre non greffé qui a poussé spontanément. Cependant, n’allez pas dire à Ladj Ly que le gentil père Hugo aurait été d’accord avec l’ex-premier flic d’une France républicaine désormais révolue, il le croit de son côté.

Il existe comme une malédiction du film dit « de banlieue » en France. Tout ou presque a commencé en 1995, également à Cannes, avec le triomphe absolu du film de Matthieu Kassovitz, La Haine. Le même discours y était déjà à l’œuvre, comme une revanche ricanante du slogan le plus ignoble de Mai 68 : « CRS=SS ». En noir et blanc qui plus est, pour faire chic assurément, mais sans mesurer combien cela faisait surtout binaire et caricatural. Puis ce fut au tour notamment de Jacques Audiard avec son plus mauvais film à ce jour, Dheepan, qui prenait cette fois toutes les couleurs du communautarisme le plus béat en faisant de l’exil londonien final de ses héros banlieusards une sorte d’Eldorado. Ladj Ly reste en France, lui. Mais il situe son film en été, pendant les vacances scolaires, évacuant du coup et les parents et les enseignants du paysage. Ses héros adolescents sont ainsi livrés à eux-mêmes plus encore que le reste du temps. Les esprits chagrins auront noté que pour Hugo, les « cultivateurs » étaient précisément et d’abord les parents et les professeurs. Et assurément pas Javert et sa bande !

A lire aussi : On aurait aimé se contenter de dire du mal du dernier Polanski…

Et voilà comment, on récupère un discours « politique » sur l’éducation en se privant de ceux qui en ont la charge quotidienne. Chapeau l’artiste ! Mais, que voulez-vous, un flic qui commet une sale bavure, comme dans le film, c’est toujours plus vendeur qu’un prof qui rame. On bascule ainsi aisément dans le film d’action pour ados avec moment de bravoure final et points de suspension cinématographiques à l’appui. Car notre penseur-cinéaste rêve évidemment d’une insurrection de la banlieue qui vient… Pour lui, aucun doute, comme il l’a déclaré à Cannes, après les gilets jaunes, viendra le temps des cités. On aimerait lui rappeler ce que disait Bernard Maris, le jour même de son assassinat par qui l’on sait, sur tout ce que l’État faisait chaque jour pour ces cités, en vain. Appeler de ses vœux leur révolte dans ces conditions, c’est donc faire preuve d’un aveuglement désolant, ce qui pour un cinéaste est fâcheux…

Les sauvageons et même les mauvaises herbes auraient besoin d’autres avocats que ces jeteurs d’huile sur le feu et sur grand écran. Mais la logique victimaire est partout à l’œuvre. Alors, on cite Hugo à côté de la plaque, on assigne au maintien de l’ordre des missions de « cultivateur » et on déroule un logiciel où la responsabilité individuelle est niée au profit d’une mise en cause systématique de valeurs collectives fondées sur des droits et des devoirs. Et c’est ainsi que le cinéma français se donne bonne conscience.

miserables

Sortie le 20 novembre.

Les Misérables

Price: 13,90 €

16 used & new available from 13,90 €

Novembre 2019 - Causeur #73

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Une Cruella d’Enfer à la direction du Centre Pompidou-Metz
Next article Le serial tracteur qui rêve de gagner la mairie du 14eme arrondissement
Critique de cinéma. Il propose la rubrique "Tant qu'il y aura des films" chaque mois, dans le magazine

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération