Allié à l’extrême droite, le nouveau chancelier conservateur Sebastian Kurz a su rassurer Bruxelles par son europhilie. Après avoir profondément réformé son parti pour le mettre à son seul service, ce jeune trentenaire pèsera de tout son poids pour que l’Union européenne résiste à la pression migratoire.


L’émotion provoquée par le retour au pouvoir du FPÖ, le sulfureux parti d’extrême droite autrichien, comme junior partner d’une coalition dirigée par le conservateur Sebastian Kurz, a fait long feu. En 2000, l’Union européenne avait sanctionné Vienne après la formation d’un gouvernement de coalition rassemblant l’ÖVP (droite chrétienne-démocrate) et le FPÖ de Jörg Haider. Vingt ans après, Bruxelles et les principales capitales européennes se sont vite estimées satisfaites des proclamations europhiles du nouveau chancelier, bien connu de tous ses collègues depuis son accession, en 2013, à l’âge de 27 ans, aux fonctions, occupées jadis par le prince de Metternich, de chef de la diplomatie autrichienne. Certes, l’Autriche d’aujourd’hui n’est pas la Double Monarchie du temps de sa splendeur, mais ceux qui raillaient en coulisses un pays donnant à un gamin s

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Avril 2018 - #56

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite