Sur LCI, Eric Zemmour a osé dire qu’il n’y avait plus « d’enfants juifs dans les écoles publiques de Seine-Saint-Denis ». Heureusement, l’équipe de fact-checkeurs de TF1 a enquêté. Vous pouvez être rassuré: elle en a trouvé « quatre ou cinq ». 


Après les insultes antisémites – ou « antisionistes », les avis étant partagés – contre Alain Finkielkraut en marge d’un énième « acte » des gilets jaunes, la présentatrice du JT de TF1, Anne-Claire Coudray, semble ne pas avoir apprécié que le journaliste Eric Zemmour ne participe pas au grand rassemblement parisien contre l’antisémitisme. Ce dernier ne souhaitait plus se joindre à ce qu’il voit de plus en plus comme une farce, la résurgence de l’antisémitisme français n’ayant pas les origines diverses et variées qu’on lui donne le plus souvent devant les micros et dans les gazettes. Sur LCI, l’auteur à succès affirmait sans prendre de gants le mardi 19 février : « Vous savez, il ny a plus denfants juifs dans les écoles publiques de Seine-Saint-Denis. » Le député LR, Eric Ciotti, l’avait précédé sur Franceinfo en feignant de s’interroger : « Est-ce quil y a encore un enfant juif dans une école publique de Seine-Saint-Denis ? On sait bien pourquoi. »

« Ce n’est pas si simple »

Cette phrase, nous dit le fact-checkeur qui a fact-checké, revient à chaque fois qu’il y a résurgence de l’antisémitisme. Alors, « est-ce vrai ? » lui demande Anne-Claire Coudray. « Ce n’est pas si simple », répond Antoine de Précigout, le journaliste de la rubrique « Factuel » de TF1. Difficile de répondre à la question car, en France, il n’existe aucune statistique ethnique ou religieuse autorisée, mais notre journaliste se propose tout de même d’y répondre. C’est sa noble mission d’information.

A lire aussi: L’émission de « fact-checking » qui vous dit quoi penser sur l’immigration

Il interroge d’abord une responsable d’association de parents (la PEEP, Fédération des Parents d’Elèves de l’Enseignement public), qui, après avoir évidemment confirmé la présence d’élèves juifs, s’empresse de regretter des « propos totalement injustifiés ». Monsieur Ciotti n’habitant même pas en région parisienne, il est prié de s’occuper de la Côte d’Azur, semble vouloir dire l’élégante représentante du syndicat, qui se déclare « extrêmement choquée ». Voilà un premier indice invitant Anne-Claire Coudray et tous ses téléspectateurs à penser qu’on nous a bien menés en bateau.

Pas d’inquiétude, c’est comme ça partout

Deuxième indice : le témoignage d’Hannah, laquelle a souhaité rester anonyme (on se demande bien pourquoi). Elève juive de Terminale dans le 93, bien scolarisée dans le public, elle aurait confirmé au journaliste que son petit frère, comme trois de ses cousins,  le seraient également. Une vraie petite colonie ! Conclusion d’Antoine de Précigout : « Bref, les élèves de confession juive nont pas disparu des écoles publiques de Seine-Saint-Denis ». La preuve, TF1 en a trouvé « quatre ou cinq ».

« Alors Antoine, une fois qu’on a dit ça, force est de constater quil y a une tendance dans les familles juives à quitter le public pour le privé », doit concéder Anne-Claire Coudray. Repli communautaire, qu’il faudrait chercher à expliquer. Son confrère « fact-checkeur » s’exécute. La direction du plus important des « cinq groupes scolaires » juifs de Seine-Saint-Denis le lui a confirmé : elle enregistre à chaque rentrée un « afflux » d’élèves du public. « En cinq ans, les effectifs ont augmenté de 30%. La direction va d’ailleurs construire un nouveau bâtiment. » Seulement voilà, inutile de s’alarmer : c’est un phénomène national. Les élèves juifs quittent le public pour trois raisons principales : la sécurité, la nourriture casher, le niveau scolaire. « Sur ce point, tous les parents ont les mêmes préoccupations. »

La « victoire » de Belattar

Eric Zemmour peut donc dormir tranquille. Aucun journaliste de TF1 ou de l’AFP (qui participe au fact-checking de la 1) n’est parvenu à vérifier ses inquiétudes lors de son enquête de terrain. « On nous a expliqué que lislam est une religion de paix et damour alors quon sait bien que cet antisémitisme-là est le produit dune culture islamique qui vient de très loin », affirmait-il pourtant sur LCI, provoquant la démission de Yassine Belattar, l’humoriste préféré d’Emmanuel Macron.

« Zemmour est nul, cest un menteur », avait-il pesté en claquant la porte de la chaîne. Tout le monde sait maintenant que c’est vrai. « Merci TF1 », s’est réjoui sur Twitter l’offusqué. Sa vérité a triomphé.

Lire la suite