Pour l’analyste, il y a de bien tentantes analogies à proposer entre Donald Trump et Laurent Wauquiez. L’un comme l’autre sont assaillis par les médias mainstream qui tentent de les ridiculiser, l’un comme l’autre ont maille à partir avec les hiérarques de leurs partis; l’un comme l’autre sont sceptiques sur les accords multilatéraux; et les deux défendent une ligne politique et économique social-souverainiste et affirment œuvrer dans l »intérêt de leurs nations. L’un est issu de l’entreprise industrielle, l’autre de la province, ce qui les enracine dans le pays profond; celui, très largement majoritaire, qui travaille et qui souffre. Et prend en grippe l’establishment.

Trump réussit tout ce qu’il annonce

Il est de bon ton pour certains journalistes grégaires ou alimentaires de moquer Trump sur sa façade un peu kitsch sans réaliser d’une part que cette façade est destinée à son électorat populaire et middle class; d’autre part que Donald Trump vient de réussir presque tout ce qu’il a annoncé, et au-delà même des Républicains puisque Bernie Sanders, rival « de gauche » malheureux de Hillary Clinton, lui a fait des appels de phare pour contrer le libre échangisme commercial qui ruine les Etats-Unis.

Trump a résilié l’accord transpacifique, celui de Paris, remis en cause le Nafta, le Tafta, la politique migratoire. Il a remis à leurs places l’Iran, la Corée du nord, Cuba, le Venezuela, le Mexique, les Palestiniens, le Pakistan… Il continue son poker menteur avec la Russie, la Chine…

Relancer la consommation

Il a réussi en quelques semaines à faire voter et à promulguer sa grande réforme fiscale qui induira certes un manque à gagner budgétaire, mais relancera la consommation des ménages et surtout conduira au retour aux Etats-Unis de nombreuses activités économiques, sans oublier les 600 milliards de rentrées fiscales nouvelles qui découleront du retour des émigrés et fraudeurs fiscaux (on estime l’évasion à 3000 milliards, chiffre médian).

Résultat ? Sa popularité est en hausse (40%), 1,9 millions d’emplois ont été créés sur les onze premiers mois de 20171, le chômage est descendu à 4,1%, le PIB passé à +3,2%, le Dow Jones crève son plafond historique à 25 000 pts… Reste la dette affolante de 20 000 milliards de dollars, dont la moitié causée par Obama. L’impressionnant redécollage économique générera-t-il suffisamment de recettes pour le résorber ? Ou faudra-t-il mettre en place la fameuse Border adjustment tax (protection douanière) à laquelle la maison Blanche continue de travailler discrètement ?

Wauquiez libre de s’en inspirer

Une politique économique qui marche attire l’attention quand celle qui ne marche pas (la nôtre) est discréditée. D’autant que cette politique est fondée sur le bon sens, la liberté et le patriotisme. Des valeurs indémodables.

Laurent Wauquiez, désormais libéré des vieilles tendance molles et décadentes de son parti, saura-t-il (et comment ?) fédérer les forces politiques qui luttent pour la survie de la France et le bonheur des Français ? Alors, mais seulement alors, nous ferons la France à nouveau grande, indépendante, juste, prospère et française.

Lire la suite