Alors que la majorité s’étrille sur le sujet des femmes voilées lors des sorties scolaires, le Président travaillerait « à bas bruit » contre l’islam séparatiste qui gangrène la France. La parole du Président est attendue comme le Messie.


N’allez pas penser qu’Emmanuel Macron n’a pas d’avis sur l’épisode de la mère voilée qui a créé le scandale au Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté…

Si l’on en croit les propos rapportés par le Canard Enchaîné, la première réaction du Président de la République a été de se défausser sur son Ministre de l’éducation. Pour ne pas avoir à se prononcer sur les mères voilées, il se place au-dessus de la mêlée.

Blanquer naïf?

“Il faut être bien naïf pour se laisser embarquer dans une polémique qui a pour origine la provocation d’un conseiller régional RN !” aurait déclaré Emmanuel Macron auprès de son entourage, croit savoir le journal satirique du mercredi. Notre étourdissant Président aurait même ajouté : “La personne visée accompagnait des enfants pour leur faire découvrir le fonctionnement d’une assemblée régionale, ce qui est une marque d’intérêt pour notre vie démocratique”… En se retenant de rire, rappelons que celle que les journalistes ont pudiquement baptisée “la maman voilée” s’est depuis réfugiée dans les bras de l’association frériste CCIF.

A lire aussi: Entretien avec Julien Odoul: « Une accompagnatrice scolaire voilée, ce n’est pas la République »

A propos de l’islamisation de la France, le Président a jusqu’à présent passé son temps à noyer le poisson… Un discours très attendu sur la laïcité est reporté depuis deux ans! Au point que certains pensent désormais qu’il ne sera jamais prononcé. Pendant ce temps, la majorité s’étrille.

Mais étant donnée la place que l’islam a pris dans le débat national et la récurrence des problèmes posés au pays (attentats islamistes, incidents et polémiques permanentes) et à notre modèle de société républicain, il fait peu de doute que le Président a sûrement bien son avis. Seulement, par peur de devoir faire des choix difficiles ou par calcul électoral, il ne pipe mot. Pire, il charge son Ministre de l’éducation nationale : “Il y en a qui parlent trop. Il faut savoir se taire, on gagne souvent à se taire”. Et à laisser parler son adversaire préféré, le Rassemblement national.

Intenable « en même temps » 

La semaine passée, le débat sur les mères accompagnatrices voilées enflammait télés, radios et instituts de sondages. Christophe Castaner et Sibeth Ndiaye ne voient aucun problème ? Ne peut-on pas les éloigner des micros ? Bruno Le Maire et Aurore Bergé décident de soutenir Jean-Michel Blanquer ? Silence, j’ai dit !

A lire aussi: Yassine Belattar: l’entrepreneur identitaire près du dépôt de bilan

Macron a rapidement sommé tout le monde de la boucler.

Quitte à humilier au passage son impudent Ministre en mettant ses déclarations sur le voile (“pas souhaitable dans la société”) au même niveau que celles d’un petit député communautariste.

Depuis des mois, je travaille à bas bruit sur l’organisation d’un islam de France, son financement et nos relations avec un certain nombre de pays. Nous progressons. Je m’exprimerai à ce sujet dès la mi-novembre…

“Cela fait un moment qu’on se traîne des difficultés de ligne sur ce sujet. L’actualité des derniers jours nous l’a encore rappelé” affirme Stanislas Guérini, chef du parti LREM. Le malheureux est sommé de jouer au yo-yo et a la lourde charge d’arbitrer entre les pro-Blanquer et les pro-Taché.

Il est fort embarrassé que le vrai chef des Marcheurs lui ait confié cette tâche ingrate qui ridiculise Blanquer…

Finalement si, c’est son affaire

Que tout le monde se rassure, toujours selon le Canard Enchaîné, le Président aurait laissé passer un message à ses troupes: “Il faut éviter les amalgames entre les questions d’immigration, de radicalisation et le débat sur la laïcité. Depuis des mois, je travaille à bas bruit sur l’organisation d’un islam de France, son financement et nos relations avec un certain nombre de pays. Nous progressons. Je m’exprimerai à ce sujet dès la mi-novembre”. Inch’ Allah !

En attendant ces déclarations fracassantes, 8 Français sur 10 se disent inquiets pour la laïcité. Alarmant. Aussi, le Président doit rencontrer le CFCM dès ce lundi. Une visite qui peut surprendre, de plus en plus de voix plaidant pour sa mise à l’écart. Cette institution moribonde et opaque (brassant des millions), même Castaner la néglige, tant son incurie est patente ! 

Au micro de RTL, Macron affirme ce matin être déjà à la tâche pour “lutter contre le communautarisme” et révèle que, dans certains endroits de notre République, “il y a un séparatisme qui s’est installé”. Il observe aussi une “volonté de ne plus vivre ensemble, de ne plus être dans la République, et au nom d’une religion, l’islam, en la dévoyant.” On ne le savait pas théologien. 

Lire la suite