Alors que nous l’interrogions sur l’ « incident » survenu mardi soir à l’Assemblée nationale, la députée de Marseille nous a accordé un long entretien. Elle dénonce un certain laxisme de la macronie sur les questions de laïcité, propose de refuser les athlètes voilées aux prochains Jeux olympiques et regrette le flou entretenu par le gouvernement sur les retraites des Français.


Martin Pimentel. Vous participiez avant hier à l’Assemblée à une séance consacrée à la création de l’Agence nationale du sport et à l’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de 2024. Nous allons évoquer l’incident qui s’y est produit. Mais de quoi s’agissait-il dans cette séance ? Par ailleurs, pour nos lecteurs parisiens pas tous fans de sport, a-t-on obtenu des informations sur d’éventuelles restrictions de circulation ou autres difficultés à prévoir dans la capitale pendant les Jeux ?

Valérie Boyer. L’Agence nationale du sport fait suite à la disparition programmée du Centre National pour le Développement du Sport (CNDS), établissement public en charge du financement des politiques du sport. Cette agence aura comme objectifs de favoriser le sport de haut niveau et la haute performance sportive et de développer l’accès à la pratique sportive (deux compétences essentielles de la politique publique du sport).

Nous validions un court texte qui définissait les missions et la création de cette « super » agence que nous concocte Roxana Maracineanu, ministre des sports, et ses équipes. Les restrictions à venir en 2024 à Paris, aucune idée ! On n’en est absolument pas là. Ce n’était pas le sujet pour l’instant, nous avons arrêté les grands principes pour l’organisation de cette compétition. Ce texte prévoit seulement de transférer les pouvoirs de police, aux autorités étatiques. En Ile-de-France, cela se fait au bénéfice du préfet de police, dans les autres départements au préfet de la zone de sécurité et de défense. Cette loi permettra également à ces autorités de déterminer par arrêté les voies ou portions de voies qui permettront d’assurer le délestage des voies réservées par décret et celles qui concourront au déroulement des jeux en raison des incidences ou de l’utilité qu’elles peuvent avoir sur la circulation des voies réservées.

Tous ceux qui ne pensent pas exactement dans le même sens que LREM sont accusés d’instrumentaliser la laïcité ou je ne sais quoi…

Toutefois, ce n’est pas vraiment les JO en tant que tels qui m’indignent aujourd’hui, mais bien l’attaque personnelle du député François Cormier-Bouligeon…

Causeur. J’y viens ! Je vous interroge en effet car la petite croix autour du cou que vous arborez a fait parler d’elle, une nouvelle fois. Alors que vous interpelliez la majorité sur les menaces que l’islamisme fait peser dans le monde du sport, le député François Cormier-Bouligeon s’en est pris à vous. Que s’est-il passé ?

Valérie Boyer (un peu indignée). Écoutez, je porte ce bijou depuis octobre 2011 ! J’ai acheté cette croix alors que je me suis rendue en Arménie à cette date, avec le Président de la République Nicolas Sarkozy. J’en ai eu bien d’autres avant. J’en ai toujours porté une, aussi loin que je me souvienne. Vous pouvez le voir sur mes vieilles affiches électorales ou les anciennes photos de moi. Ce n’est pas un “trucage” récent ! Je n’y prêtais d’ailleurs pas attention. Mais cette croix a fait tellement couler d’encre que je suis allée fouiller dans les photos de ma vie de famille pour vérifier (rires). Je ne la retire jamais, et elle fait moins d’un centimètre !

Cette croix est un bijou, au même titre que la main de fatma ou la croix de David. L’ancien président de l’Assemblée nationale, François de Rugy avait d’ailleurs précisé que ce n’était pas un signe ostentatoire. LREM fait preuve de sectarisme quand François Cormier-Bouligeon stigmatise ma croix et m’attaque. Plus grave encore, la Ministre et ses collègues se sont tus.

Ce sectarisme est le symbole d’une instauration de la terreur par la pensée à laquelle je ne peux pas me résoudre. Tous ceux et celles qui ne pensent pas exactement dans le même sens que LREM sont accusés d’instrumentaliser la laïcité ou je ne sais quoi. Pour rappel, il y a quelques jours, François-Xavier Bellamy a été violemment chahuté sur les réseaux sociaux pour avoir cité Charles Péguy au Parlement européen. Je pense qu’il faut arrêter avec ces comparaisons d’un autre temps pour décrédibiliser l’opposition, c’est purement anti-démocratique et cela révèle surtout un manque de connaissance de l’Histoire de France et du monde.

Au-delà de son caractère personnel et inélégant, l’attaque du député François Cormier-Bouligeon à mon égard était choquante. On me dénie d’avoir une opinion et d’être sincère, d’abord. Je peux comprendre que l’on ne soit pas d’accord avec moi – c’est le propre de la vie publique – mais je ne vois pas pourquoi on me fait ce procès en insincérité sur ces sujets. Je suis constante sur ces questions de laïcité. Je me suis exprimée à de nombreuses reprises et ce depuis de nombreuses années. Par exemple, le 27 avril 2016, j’avais posé une question au Gouvernement sur le « Hijab Day » et la généralisation du voile. Mardi, je demandais simplement que la future Agence Nationale du Sport fasse respecter les principes de la laïcité dans les manifestations sportives. Et voilà que l’on compare ma petite croix au burkini ! Les bras m’en tombent, je dois dire. Trop c’est trop.

Dénoncez-vous un relativisme ?

C’est pire que cela.

Je dénonce une complicité en France vis-à-vis d’une barbarie qui consiste à éloigner des yeux du monde la moitié de l’humanité. Voilà le vrai sujet : pourquoi faut-il que se cachent les femmes voilées, finalement ? C’est parce que selon les islamistes les hommes ne savent pas se tenir…

Je le dis peut-être un peu vivement, ce qui a énervé le député LREM. Quand une femme se baigne en burkini, qu’est-ce que cela veut dire ? Cela signifie que les autres femmes sont impudiques. Donc le problème avec le burkini, c’est que cela atteint bien la liberté des autres. Je suis française. Est-ce un défaut ? Je crois aux valeurs universelles des droits de l’homme. Les droits de l’homme et de la dignité humaine, je considère que cela ne se négocie pas. En France en particulier. Le voile n’est pas un problème de religion, ce n’est pas un problème de droite ou de gauche. Il s’agit d’un problème de dignité humaine. Burqua, tchador, abaya, niqab, hijab, peu importe le nom, ils constituent un enfermement dans le sexe, une négation de la personne, un interdit de liberté, un interdit d’égalité, un interdit de fraternité !

Je rappelle les propos de la Ministre des Sports : “Ce n’est pas en interdisant ou non aux femmes voilées la pratique du sport que la cause des femmes va progresser”. Est-ce la vision de la laïcité d’Emmanuel Macron ? Je rappelle que le Premier Ministre considère que dans les piscines « aucune conviction religieuse ne peut déroger aux règles ».

Ce n’est pas parce que je porte une croix, que je me trempe dans l’eau bénite tous les matins !

Quand on a l’occasion justement de promouvoir la liberté et la dignité, c’est maintenant qu’il faut avoir le courage politique et qu’il faut prendre notre bâton de pèlerin (si je puis dire) et défendre nos valeurs. Dire qu’en France, les JO respecteront les valeurs de l’olympisme, simplement !

Le député François Cormier-Bouligeon vous accuse d’instrumentaliser la laïcité. Le philosophe Raphaël Enthoven n’est pas tendre avec vous dans nos colonnes non plus… Que répondez-vous à ceux qui vous accusent d’instrumentalisation ?

En fait, quand vous êtes catho, que vous êtes une femme et de droite de surcroit, c’est comme si vous étiez exclue du débat. Mais ce n’est pas parce que l’on a une religion que l’on ne peut pas parler de laïcité… Contrairement à ce que certains peuvent penser ce n’est pas parce que je porte une croix, que je me trempe dans l’eau bénite tous les matins!

Ces questions ne sont pas difficiles, contrairement à ce que LREM prétend. Ce sont des questions simples d’affirmation de ce que nous sommes et de dignité humaine.

Que je sois catholique ou pas ne devrait regarder que moi. Je m’exprime en tant que députée, élue de la République laïque. Il se trouve que comme des millions de Français, j’ai été baptisée et que je porte une croix. Cette croix, je l’ai déjà dit, n’est en aucun cas un signe ostentatoire. De plus, j’ajoute qu’une croix n’est pas un signe d’oppression, c’est au contraire le symbole des opprimés. Reprenez les statistiques de l’ONG Portes Ouvertes : elles montrent que ce sont les Chrétiens qui sont la minorité la plus opprimée dans le monde. 1 chrétien sur 9 est persécuté en raison de sa foi dans le monde. En Afrique, cela se dégrade à une vitesse incroyable. Au Nigéria, par exemple, c’est dramatique. Et l’on n’en parle jamais. J’ai déposé pas plus tard que ce matin une question écrite sur les enlèvements des jeunes filles égyptiennes par les groupuscules extrémistes islamiques qui maintiennent un climat de terreur pour les 9,9 millions de chrétiens coptes d’Egypte. Cette méthode d’enlèvement vise non seulement à humilier et terroriser les chrétiens mais aussi à convertir de force les jeunes chrétiennes. On peut imaginer que s’en suivent violences, mariages forcés… Il s’agit d’une véritable forme d’épuration religieuse dont on ne parle pas. Et comment ne pas parler des 276 lycéennes enlevées en 2014 par Boko Haram au Nigéria, des femmes yézidies vendues, violées, massacrées…

Faut-il refuser aux sportives iraniennes ou saoudiennes de se présenter aux Jeux voilées en 2024?

En 2012, les Saoudiennes ont été forcées de porter le voile pour participer aux JO. Pendant que des femmes se battent pour l’enlever dans la région, je pense notamment aux iraniennes, je trouve cela abject. Aussi, je réitère et rappelle mon soutien à l’avocate iranienne Nasrin Sotoudeh. J’avais d’ailleurs rédigé un courrier à l’attention de l’Ambassade d’Iran. Je veux également saluer le courage des iraniennes du mouvement « White Wednesday » qui retirent leur voile tous les mercredis !

Je trouverais absolument dramatique que la propagande à laquelle se livrent les pétromonarchies ou pétro-théocraties (N’oublions pas l’Iran!) s’expriment pleinement en France. Cette propagande est maintenant connue – je pense à Pierre Conesa -, elle dure depuis plusieurs décennies. Des milliards ont été déversés.

Il ne faut pas céder au chantage. On nous dit : soit les sportives viennent voilées, soit elles ne viennent pas. Les JO sont souvent le théâtre de bras de fer politiques et ne doivent pas être le théâtre d’une propagande politico-religieuse.

Nous prônons la laïcité et le creuset républicain ici, pas le communautarisme. Les JO se déroulent en France en 2024, pays qui a porté le plus haut les valeurs des droits de l’homme ou du féminisme ! On n’est pas dans n’importe quel pays. Souvenons-nous que c’est dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale que la loi de 1905 a été débattue et votée, nous ne pouvons pas dénigrer ainsi le principe fondamental que la loi apporte : la liberté. Et quelle plus grande négation de la liberté que l’imposition d’un voile lors des jeux olympiques ?

Ces questions ne sont pas difficiles, contrairement à ce que LREM prétend. Ce sont des questions simples d’affirmation de ce que nous sommes et de dignité humaine. Je pense qu’une femme qui fait le “choix” de porter le voile est le symbole le plus sexiste qui soit. Il enferme les femmes dans leur genre et sous l’emprise des hommes, alors que notre laïcité est au contraire un principe d’émancipation qui garantit le principe d’égalité entre les hommes et les femmes. Nous devons unanimement dénoncer cet uniforme d’invisibilisation des femmes.

Je soutiens Julien Aubert pour la Présidence de LR!

Ces sujets devraient dépasser les clivages politiques. Comme veut-on vivre ? Où place-t-on le curseur de la dignité humaine ?

Quand la droite était aux responsabilités, elle n’a pas empêché le communautarisme et l’islamisme de progresser dans la société française. Thierry Mariani a rejoint le RN. Ne serait-il pas plus simple pour les électeurs que des gens de droite comme Valérie Pécresse ou Xavier Bertrand rejoignent En Marche à l’image déjà d’Alain Juppé ou Franck Riester et que quelqu’un comme vous, attaché aux questions d’identité, s’en dissocie ?

Le choix de Mariani est un choix personnel. Ce n’est pas le mien.

Il y a certes chez LR différentes sensibilités. Mais sur les questions que nous avons évoquées aujourd’hui, il y a une unanimité. Charge à nous de nous faire entendre, nous ne sommes pas là pour imiter les autres.

Je soutiens Julien Aubert pour la Présidence de LR à l’automne. Je lui ai donné mon parrainage. J’apprécie toutefois aussi Guillaume Larrivé et Christian Jacob. Au sein de notre mouvement politique, il est important que l’on montre que l’on sait débattre correctement. Montrons que nous savons avoir des nuances entre nous et que nous parvenons à nous entendre !

Je suis contente de voir que nous avons en plus du Président de groupe Christian Jacob deux jeunes députés volontaires qui ont la tête bien faite et réfléchissent à nos propositions. Je suis contente de constater que les Républicains ne sont pas caporalisés comme LREM avec une seule voix : le Président de la République. Nous ne manquons pas de talents à droite, nous pouvons en être fiers.

Une députée comme vous ne craint-elle pas de s’enfermer dans cette fichue question du voile ?

(Rires) C’est vous qui m’interrogez là dessus. Et de toute façon, la question de la liberté des femmes est une question importante. Je m’exprime sur plein d’autres questions, mais c’est vrai qu’on me tend plus volontiers le micro sur les questions identitaires ! Je suis également rapporteure sur le budget « immigration » sur la loi de finance 2020, j’espère que nous en parlerons prochainement…

Le véritable âge de la retraite, c’est l’âge de la retraite à taux plein.

Les retraites, la vieillesse et les EPHAD seront sûrement l’un des grands sujets de la rentrée. Sans entrer dans le détail, quelle est votre position sur ce sujet de la retraite à la française ?

Maman était assistante sociale et les questions de santé ont longtemps eu ma préférence! C’est important de rentrer dans le détail, car c’est dans les détails que se trouvent les difficultés liées au régime des retraites. Ne prenons pas les Français pour des idiots. Si on recule l’âge de la retraite des Français, il faut leur dire. Le véritable âge de la retraite, c’est l’âge de la retraite à taux plein [le gouvernement entendrait laisser l’âge de départ à 62 ans, mais un âge d’équilibre serait instauré à 64 ans NDLR]. Parler de bonus ou malus, ce n’est pas faire preuve de sincérité envers les Français. Il faut être franc et loyal. La retraite est le fruit d’années de cotisation, elle fait partie du contrat social français, qu’il ne faut surtout pas ébranler. Chez nous, les célibataires cotisent pour les familles, les biens portants cotisent pour les malades etc. Les actifs cotisent pour les retraités. Ce principe de la Sécurité Sociale est le pilier de l’unité française, à ne toucher que d’une main tremblante.

Sauvons le régime des retraites, mais, face aux deux écueils possibles (diminuer les pensions, ou augmenter l’âge de départ de la vie professionnelle), il faut dire la vérité aux Français de ce que l’on entend faire. Avec le principe du bonus / malus, je constate que le gouvernement reste dans le flou sur l’âge de départ, ce qui est anxiogène.

Lire la suite