Home Économie Comment nos sous-marins ont été torpillés


Comment nos sous-marins ont été torpillés

Loïk Le Floch-Prigent analyse l'annulation de la commande de sous-marins par l'Australie

Comment nos sous-marins ont été torpillés
Emmanuel Macron aux côtés du premier ministre australien Malcolm Turnbull, Sydney, 2 mai 2018. © (Photo by BRENDAN ESPOSITO / POOL / AFP)

L’annulation de la commande de sous marins par l’Australie sous la pression américaine a rappelé à nos dirigeants comment les Etats-Unis traitent leurs amis en matières de commerce et d’industrie. Notre pays se remettra de cet affront. Dans la course à l’armement nucléaire, nous ne sommes pas les plus mal placés.


La presse et la classe politique regorgent d’avis définitifs sur la rupture du contrat des sous-marins entre l’Australie et la France, sujet devenu brûlant. Rajouter sa pierre à cette profusion d’opinions, de compétences et d’incompétences est dangereux, d’autant que la campagne électorale ne va pas manquer de poursuivre l’exégèse de cet événement. Il faut donc tenter d’aider le citoyen à comprendre un peu mieux cette rencontre délicate entre le commerce international, la politique et la géopolitique.

L’éternelle stratégie d’ingérence des Américains

Toute commande importante d’armements se fait avec l’autorisation de fait des États-Unis, puissance dominante du camp occidental qui grâce à son arsenal législatif peut arrêter une vente de matériel, dès qu’il y a facturation ou présence d’un seul composant d’origine américaine. Tout le monde le sait, sauf les naïfs ou les aveugles. C’est ainsi que l’avion Rafale a vu son expansion internationale arrêtée de nombreuses fois, mais les exemples sont nombreux et mettent à mal notre orgueil souverainiste.

Le contrat avec les Australiens n’a pas été remporté contre les Américains, mais contre les Allemands et les Japonais. Il ne s’agissait pas pour les Australiens d’acheter des sous-marins fabriqués en France, mais de fabriquer des sous-marins en Australie avec l’aide de Naval Group et des transferts de technologie. En conséquence, la vie de Naval Group ne dépendait pas du contrat australien. Mais celui-ci permettait à la France et à l’entreprise de montrer leur compétitivité.

Le choix de sous-marins classiques, et non à propulsion nucléaire, s’explique par deux raisons : d’abord le souhait de la puissance américaine de ne pas disperser la technologie nucléaire et d’autre part le souci des Australiens de réduire la dépense.

A lire aussi: Les dindons de la farce!

Les États-Unis n’ont pas envie de voir toutes les nations disposer de technologies nucléaires. Il y a une douzaine d’années, le Canada voulait acheter à la France des sous-marins nucléaires, les Américains s’y sont fermement opposés, menaçant de mettre fin à tous les accords commerciaux nord-américains. Il y a quatre ans, ils ont donc laissé le champ libre aux Australiens pour sélectionner un dispositif non nucléaire au Japon ou en Europe.

Pour les Australiens, il n’y avait alors aucune urgence à disposer de l’atome. Tout d’abord ils sont utilisateurs et vendeurs de charbon, et souhaitent le rester pendant les années qui viennent, et d’autre part ils sont conscients de l’effort considérable nécessaire pour devenir une nation compétente dans le nucléaire. Comme me le disait un cousin sous-marinier qui a passé de longs mois à l’Île Longue près de Brest dans notre grand centre sous-marinier nucléaire, construire, maintenir et faire fonctionner des engins à propulsion nucléaire ne s’improvise pas. Un sous-marin nucléaire, c’est une centaine d’hommes regroupés autour d’une petite centrale nucléaire associée à une turbine de production électrique, une usine à oxygène, des torpilles et, dans le cas de mon interlocuteur, des missiles nucléaires. Cela nécessite une longue formation aux consignes de sûreté et de sécurité, ce qui se chiffre en milliards. Ne pas avoir construit de centrales nucléaires pendant des années a abouti à une érosion des compétences scientifiques, techniques et industrielles françaises que nous avons mis plusieurs années à rebâtir, et nous ne sommes pas au bout de notre peine !

On ne peut pas espérer développer notre nucléaire militaire tout en sortant du nucléaire civil

Le contrat passé entre les Australiens et Naval Group était donc clair, à la fois dans les intentions et dans l’ordre de grandeur des coûts pour les uns et pour les autres.

Le changement d’appréciation géopolitique des Australiens et des Américains s’explique par l’analyse de la menace chinoise que l’on se fait sur les deux continents. Certes, les sous-marins de conception française disposent d’un rayon d’action important (et c’est d’ailleurs ainsi que Naval Group a gagné), mais encore nettement inférieur à ce que souhaitent les Américains aujourd’hui. Naval Group a donc proposé des sous-marins nucléaires d’attaque, qui sont sa spécialité. Les Australiens ont répondu qu’ils voulaient des classiques, mais plus performants. Finalement ils reviennent à leur idée première, mais plus avec nous, avec les Américains et leurs complices habituels, les Britanniques.

A lire aussi: Retour de l’inflation: les banquiers centraux serrent les fesses

Reste à comprendre pourquoi. La réponse est simple : ce sont les Américains qui vont devoir payer le différentiel de coût de ce changement stratégique, ce que nous sommes incapables de faire. Nous sommes encore une puissance technique et industrielle, mais nous commençons à faiblir et nous avons besoin de contrats rémunérateurs. Les États-Unis vont « nucléariser » l’Australie à marche forcée en maîtrisant les techniques apportées et ils n’ont pas envie de sous-traiter. Nous sommes désormais en deuxième division dès qu’il s’agit de mettre des milliards sur la table. C’est vrai dans tous les secteurs industriels mais, concernant le nucléaire, le fait d’avoir arrêté Fessenheim, Superphénix et Astrid, puis d’hésiter à relancer le programme électronucléaire civil et de fléchir devant la Commission européenne et l’Allemagne antinucléaire accélère notre affaiblissement économique et industriel. Si nous voulons retrouver notre capacité à vendre des sous-marins nucléaires, il nous faut reconquérir notre réputation nucléaire en montrant la confiance de la nation dans cette technique et résister au lobby antinucléaire qui empoisonne notre industrie depuis des dizaines d’années. Un rapport récent qui a fortement déplu au ministre Nicolas Hulot avant sa démission concluait à la nécessité, pour conserver le nucléaire militaire, de poursuivre le nucléaire civil !

Un mal pour un bien

La moralité de ce début d’aventure n’est pas aussi catastrophique que ce que pensent la presse et les politiciens. Les Américains étant désormais d’accord pour nucléariser les pays amis, nous sommes habilités, après discussion avec nos alliés, à proposer nos sous-marins nucléaires d’attaque aux pays qui le souhaitent, à commencer par l’Inde. Ce sera l’objet obligé de la rencontre entre les deux présidents en octobre.

La population française a enfin compris comment les États-Unis traitaient leurs amis. Les industriels le savent depuis longtemps, mais les politiciens et la presse le cachent. Le sursaut d’orgueil du peuple français fait du bien, après la revendication de souveraineté industrielle née du Covid.

Enfin, Naval Group se porte bien. Ce contrat était si peu vital pour lui que sa direction commerciale ne voulait même pas répondre à l’appel d’offres australien qui semblait acquis aux Japonais. Mais il a mis en lumière la grande compétence de l’entreprise et la nécessité pour les pouvoirs publics de la soutenir « géopolitiquement » en reprenant les principes chers au général de Gaulle, et pas seulement avec de belles paroles.

Pour une france industrielle

Price: 15,00 €

2 used & new available from 15,00 €

Octobre 2021 – Causeur #94

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Les Anglais ont tiré les premiers
Next article Déclin de la France: Onfray pas quelque chose?
Industriel, consultant, auteur, chroniqueur, bloggeur. Dernier ouvrage 'Pour une France Industrielle

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération