La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a déclaré que les ministres étaient à l’image de la société. Autant dire pas seulement des « technos blancs de 40 ans ». Décryptage du TOC (Trouble obsessionnel compulsif) qu’est l’obsession de la couleur de peau.


La porte-parole du gouvernement, à l’instar de Christophe Colomb, est une grande découvreuse. Il y avait le « vieux mâle blanc ». Un personnage abject et arrogant. Il avait commencé sa carrière aux États-Unis et avait traversé l’Amérique pour porter le malheur chez nous. Il opprimait les femmes et en particulier les femmes noires.

Comptage des ministres

Mais il avait beaucoup servi et était devenu vieux, très vieux. La très perspicace Sibeth Ndiaye s’en aperçu et décida qu’il lui fallait trouver un remplaçant. Plus frais, plus jeune.

Dans une déclaration à la télévision, elle fit part de sa trouvaille aux populations ébahies et émerveillées. « Notre gouvernement est à l’image de la France : il n’y a pas que des technos blancs de 40 ans » !

Pour les 40 ans, c’est plutôt bien vu. En effet, depuis que Gérard Collomb a regagné Lyon, la moyenne d’âge du gouvernement a sensiblement baissé. Mais pour les « technos blancs », elle pèche beaucoup par optimisme. Nous avons passé en revue tous les ministres d’Édouard Philippe. Rien que des « technos blancs ». Même la ministre des Outre-mer, Annick Girardin…

Un peu de légèreté

Certes, il y a Sibeth Ndiaye ? Mais, avec tout le respect qui lui est dû, elle n’est quand même que porte-parole. Il est vrai qu’elle se met en quatre pour faire nombre. Et par sa faconde – qui est incontestable – efface les bien trop nombreux ministres blancs. Qu’elle en soit remerciée.

Nous, on l’aime bien Sibeth Ndiaye. En ces temps de grève, moroses et lourds, elle apporte à notre quotidien, une délicieuse touche de légèreté. Et puis – et ce n’est pas négligeable – elle a remplacé un sinistre « techno blanc » qui s’est mis en tête de devenir maire de Paris. Lui, banal leucoderme, il ricanait sans conviction. Elle, elle rit et elle fait rire.

On peut toutefois, et sérieusement, se demander pourquoi elle et tant d’autres sont obsédés par le mot « blanc ». « Vieux mâle blanc », « Techno blanc de 40 ans »… La réponse est dans les manuels de psychiatrie. On y trouve la définitions des TOC (Troubles Obsessionnels Compulsifs). Ils se caractérisent par la présence récurrente de pensées inclusives et répétitives…

Lire la suite