Cet autre séparatisme… dont Causeur ne vous parle pas tous les jours


Merci, président Macron, de vous lancer dans cette lutte contre le séparatisme d’une partie de la société française !

Depuis combien de temps gangrènent-ils le vivre ensemble, ces gens qui sont surtout français par leurs papiers mais obéissent d’abord à leur propre Dieu et vont le célébrer en pèlerinage dans de petites îles lointaines ? Ces gens qui se sentent plus proches d’étrangers qui croient au même Dieu qu’eux plutôt que de leurs propres concitoyens qu’ils ne veulent plus voir, qu’ils considèrent même comme des ennemis ?

Depuis combien de temps n’envoient-ils plus leurs enfants dans les écoles publiques mais dans leurs propres établissements scolaires où leurs rejetons se retrouvent dans un entre-soi toxique, protégés de l’extérieur,  pour célébrer valeurs opposées à la liberté, l’égalité et la fraternité, ces idées universalistes qui vont à l’encontre de leur foi obscurantiste ?

Depuis combien de temps a-t-il fait sécession, ce petit groupe, car il a fait sécession, ne nous voilons pas les yeux. Non seulement, ils ont leurs propres écoles, mais ils ont aussi, dans certains quartiers, créé leurs propres lois. Ce sont des quartiers protégés par des barrières, des quartiers où il faut montrer patte blanche à des gardiens pour pouvoir entrer, des quartiers où, disons le mot, ne règne plus l’état de droit.

Depuis combien de temps ne respecte-il plus un des piliers de la démocratie qui est le consentement à l’impôt ? Ce groupe a créé une véritable économie parallèle et dissimule l’argent qu’il a gagné dans divers trafics. Ce groupe utilise des procédures opaques et il est impossible pour le fisc français de lui demander des comptes.

Depuis combien de temps ces Français séparatistes ont-il leurs propres magasins, leurs propres marques de vêtements, de bijoux, de voitures qui leur permettent de se reconnaître entre eux au premier regard et surtout de se distinguer des autres, de ceux qui continuent à mener une vie ordinaire, pauvre, triste, loin du vrai Dieu. Oui, ils se reconnaissent au premier regard,  parfois de manière imperceptible car ils pratiquent la dissimulation avec un art consommé, c’est même un des piliers de leur religion. Ils savent qu’ils sont critiqués, souvent détestés par les autres. Ils savent qu’ils sont dénoncés dans certains journaux comme le pire malheur de la France. Heureusement pour eux et hélas pour nous, de puissantes associations les protègent et des journalistes favorables leur laissent la parole et les interrogent de manière complaisante, même quand ils ont été reconnus coupables et viennent de sortir de prison.

A chaque saison de l’année, ils ont leurs endroits réservés pour leurs femmes et leurs enfants. L’été, ils privatisent littéralement les plages  afin de ne pas se baigner avec les pauvres.

Assez habilement, d’ailleurs, quand ils sentent que les gens, à force de souffrance, se révoltent contre leur sécession, ce petit groupe détourne habilement la colère sur d’autres groupes. Ils vont mettre en accusation les Musulmans, les jeunes des cités, ils vont conspuer et faire tirer au LBD sur les gilets jaunes qui réclament une part du gâteau, ils vont dénoncer le pouvoir occulte des syndicats qui font descendre dans la rue des centaines de milliers de personnes refusant les régressions sociales comme la réforme des retraites. Des réformes uniquement mises en place pour sauver leurs propres privilèges et leur propre foi dans le seul vrai Dieu qu’ils connaissent : le Profit.

Alors, oui, monsieur le Président, merci ! Et entrez vite en croisade contre le séparatisme qui nous menace tous : le séparatisme des riches.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Jérôme Leroy
Écrivain et rédacteur en chef culture de Causeur. Derniers livres parus: Nager vers la Norvège (Table Ronde, 2019), La Petite Gauloise (Folio Policier, 2019)
Lire la suite