L’auteur du Grand Remplacement et de tweets cinglants est poursuivi pour injure raciale par des associatifs qui n’ont jamais lu ses livres. Selon lui, s’il est un proscrit, c’est pour voir et dire que le changement démographique détruit la culture et la civilisation des Européens d’Europe. Entretien (1/2)


Causeur. Le 25 novembre, vous avez comparu au Tribunal de Paris pour « injure publique envers un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion » pour le tweet suivant – que vous appelez « tweet banquise » : « Une boîte de préservatifs offerte en Afrique, c’est trois noyés en moins en Méditerranée, cent mille euros d’économies pour la CAF, deux cellules de prison libérées et trois cm de banquise préservée ». Vous cherchez les ennuis ? Le regrettez-vous ?

Renaud Camus. Oh, pas du tout ! Absolument pas. Le regretter serait me reconnaître coupable. Or il s’agit d’une plaisanterie tout à fait innocente, où n’entre pas, faut-il le dire, la moindre haine, ni même la moindre animosité, et qui est tout juste un peu caricaturale par endroits : mais le président de la République n’a-t-il pas déclaré récemment que la caricature était un des droits immarcescibles de notre tradition nationale ? Ce n’est pas ce tweet qui est jugé, c’est lui, malgré son insignifiance, ou à cause d’elle, qui juge ses juges, les officines de délation qui le poursuivent, et l’état désolant de la liberté d’expression dans notre pays aujourd’hui, en plein Grand Remplacement.

Bien sûr, vous mettez les rieurs de votre côté mais, outre le fait qu’il y en a de moins en moins, je peux vous expliquer ce qui peut être soupçonné de racisme : tous les Africains seraient de futurs délinquants…

Voilà bien le délire antiraciste, et ses généralisations accusatoires abusives. Ce malheureux tweet ne dit absolument pas ni n’implique le moins du monde que tous les Africains seraient de futurs délinquants. Il énumère certains des avantages qu’il y aurait à une décroissance démographique, africaine en l’occurrence, certes, mais dans mon esprit générale, je l’ai très souvent exprimé d’autre part. Que maintenant il y ait des Africains parmi les incarcérés à tort ou à raison (ce n’est pas moi qui parle de « délinquants »), ce n’est absolument pas douteux, et on peut en dire autant de n’importe quel fragment de la communauté humaine.

À lire aussi, Élisabeth Lévy: L’assimilation: une dernière chance pour la France

Vous revoici donc en procès, après votre condamnation en 2014. Dans la France de 2020, vous considérez-vous comme un dissident ?

Comme un dissident, certainement : un marginal, un exclu, un banni, un paria. Mais après tout c’est une situation qui a quelques avantages, puisque je pourrai dire, comme le Maître de Santiago, « je n’ai participé en rien aux affaires des Indes ». Moi, en ma qualité d’exclu, je ne suis en rien mêlé à la colonisation et à l’occupation de notre pays et de notre continent, au changement de peuple et de civilisation, au génocide par substitution, à ce que j’appelle le génocide à l’homme, c’est-à-dire au moyen de l’homme, sous l’homme, sous la masse humaine en mouvement, par submersion migratoire, comme on a dit génocide au gaz, génocide par balles ou génocide à la machette. Songez : je n’ai jamais été invité à « On n’est pas couché » ou « Chez Hanouna », comme je crois qu’on dit – on se sent tout de même plus propre…

Renaud Camus ne regrette pas le tweet banquise: « Ce serait me reconnaître coupable »

Ah vous recommencez ! Ne croyez-vous pas que le terme génocide, même par substitution, est inadapté quand on pense aux génocides réels du xxe siècle ? Un génocide suppose une entreprise consciente, volontaire d’extermination d’une population. Le changement démographique n’est pas l’extermination des Européens de souche.

Le changement démographique n’est pas l’extermination des Européens de souche, encore qu’il commence à y avoir beaucoup d’attentats, de massacres, d’égorgements et de décapitations. Le changement démographique est la destruction de la culture et de la civilisation des Européens d’Europe, comme ont été presque détruites celles des Juifs d’Europe, et notamment le Shtetl. L’expression de génocide par substitution est due à Aimé Césaire, qui l’appliquait, lui, à l’afflux exagéré, selon lui, des métropolitains dans les Antilles franç

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Janvier 2021 – Causeur #86

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite