Home Culture Raphaël Sorin, l’inoubliable…

Raphaël Sorin, l’inoubliable…

L'éditeur est décédé

Raphaël Sorin, l’inoubliable…
Raphaël Sorin à Saint-Germain des Prés, Paris, 2005 © ULF ANDERSEN / Aurimages via AFP.

L’éditeur, décédé à 78 ans, avait notamment publié Michel Houellebecq, Charles Bukowski, Laurent Obertone ou Jean-Louis Costes.


Ce dimanche 16 mai 2021, Raphaël Sorin est mort.

Ces quelques lignes devraient suffire. Elles réjouiront ceux qui ne supportaient pas qu’il fut devenu le directeur littéraire des éditions Ring, maudites par tous ceux qui ne veulent surtout pas que la littérature devienne un sport de combat. Elles attristeront momentanément ceux qui se souviennent qu’il fut l’éditeur de Bukowski et de Houellebecq. Et peut-être, rien n’est moins sûr, au cas où la littérature survivrait ailleurs que dans les catacombes, son nom sera-t-il encore un signe de ralliement pour les esprits libres.

Il avait mon âge et, à vingt déjà, un premier roman publié par les éditions du Seuil laissait entrevoir une brillante carrière, comme celle de son cousin Elias Canetti. Il préféra rester dans l’ombre, suivant en cela la maxime de Karl Kraus selon laquelle lorsqu’on déborde de talent, ce qui était son cas, il faut plus de caractère pour ne pas publier que pour s’étaler année après année dans les vitrines des librairies.

A lire aussi, Jean-Louis Costes: “Les gilets jaunes que je connais sont des super-héros”

Les plus belles années que j’ai passées au Monde, ce furent celles où, avec François Bott et Raphaël Sorin, toutes les formes de conformisme étaient bannies : seul le style importait. Ce qui nous amena d’ailleurs à collaborer avec Michel Polac, l’ami de toujours, qui avait plus de flair que Bernard Pivot et surtout une indépendance d’esprit dont on ne trouvera plus l’équivalent aujourd’hui sur les chaînes où règnent des pitres du genre Hanouna.

L’élégance, la subtilité, le sens de la nuance, ces mots qui ne veulent plus rien dire, Raphaël Sorin les incarnait. Il n’était pas carriériste pour un sou. Il suivait son bon plaisir. Il aurait pu compter parmi les plus grands, en tant que critique littéraire ou romancier. Il a choisi de n’écrire que pour ses amis. Je suis fier d’avoir compté parmi eux. Non, Raphaël je ne t’oublierai pas.

Produits d'entretiens

Price: 16,00 €

10 used & new available from 9,38 €

21 irréductibles : Nouveaux produits d'entretiens

Price: 16,00 €

11 used & new available from 3,23 €

Les terribles : Autres produits d'entretiens

Price: 19,22 €

6 used & new available from 12,90 €

Le monde d'avant: Journal 1983-1988

Price: 27,90 €

5 used & new available from 22,42 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Taisez ce nom que je ne saurais entendre!
Next article Fenêtre sur rue

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération