Le tranquille Sud-ouest est rattrapé par l’ensauvagement de la société française et le laxisme de notre justice. Un fait divers emblématique, selon notre rédacteur en chef web.


Si Causeur ne donne qu’assez rarement dans le fait divers, l’histoire qui suit mérite peut-être d’être connue du plus grand nombre. La colère qui monte est terrible.

On est samedi, Paris s’éveille

Ce samedi, le Sud-ouest du pays se réveille sous le choc, après le décès du conducteur de bus agressé la semaine dernière à Bayonne. Philippe Monguillot était à un an de la retraite. À la suite du lynchage abject dont il a été victime, commis par quatre voyous, il est décédé à l’hôpital de la ville ce vendredi 10 juillet vers 17h30. 

Il y était hospitalisé dans un état comateux après la lâche agression intervenue dimanche 5 juillet. La presse régionale rapporte qu’il était en état de mort cérébrale depuis. “Aucune issue viable n’était possible, nous avons donc décidé de le laisser partir en paix” a déclaré sa femme Véronique.

Doit-on encore parler de sauvageons?

Philippe Monguillot est mort dans l’exercice de ses fonctions de chauffeur de la Chronoplus. Le véhicule dont il avait la charge se trouvait alors quartier Balichon. 

A lire aussi, Gil Mihaely: Darmanin et les islamistes: jeux de dupes

Des policiers n’ayant pas pu retenir leur parole, les réseaux sociaux croient savoir qu’il a été tabassé par Mohamed C., Mohammed A., Moussa B. et Sélim Z. Il était alors descendu de son bus. Il aurait reproché à l’un des usagers ci-dessus mentionnés de ne pas avoir de titre de transport, et à deux autres de ne pas se plier à la règle du port du masque pour lutter contre le coronavirus. Des remontrances apparemment insupportables! L’enquête est en cours. Les suspects auraient été placés en garde à vue depuis.

En revanche, de son côté, la presse nationale ne trouve rien de mieux que de relayer ce matin les manifestations féministes au ridicule bien connu de nos lecteurs. Les militantes des causes gagnées voient ces jours-ci dans la nomination de Gérald Darmanin et d’Eric Dupond-Moretti une prétendue promotion de la “culture du viol”. Les personnes informées sont elles effrayées par le destin terrible de leur concitoyen bayonnais.

Darmanin dépêché sur place

Gérald Darmanin est attendu en déplacement dans la ville ce samedi. Le tout nouveau Premier ministre Castex et lui ont beau nous avoir présenté leurs profils les plus sécuritaires depuis leurs récentes promotions, la réalité qui se présente est un féroce rappel à l’ordre.

Vendredi soir, le mot-dièse #laracailletue était parmi les plus cités sur le réseau social Twitter. Certes à ne pas confondre avec la réalité de ce que pense l’opinion du pays, les indignations numériques des habitués de la polémique étaient rejointes, cette fois, par un afflux d’indignations populaires.

A lire aussi: Belloubet: circulaire, y’a rien à voir

Gérald Darmanin vient de remettre à titre posthume jeudi la Légion d’honneur à Mélanie Lemée, la gendarmette ayant été percutée en Lot-et-Garonne par un automobiliste roulant à plus de 130 km/h sans permis (Yassine E.). Ce dernier refusait de se plier à un contrôle routier, parce qu’il était sous l’emprise de stupéfiants, et possédait sur lui de la cocaïne. Il a pris la fuite, mais a pu être interpellé. Les risques du métier pour une jeune officier de gendarmerie ? Peut-être. Mais doit-on estimer que la mort fait aussi partie des risques du métier d’un simple chauffeur de bus dans notre pays ?! 

Laxisme insupportable

Quelles que soient les conditions du drame survenu à Bayonne que les enquêteurs et la justice devront établir, le bon sens rappelle qu’on ne se met pas à tuer du jour au lendemain pour de si futiles motifs, pour des rappels aussi élémentaires aux règles. 

Quel est le parcours des agresseurs de Philippe Monguillot dans notre société ? Au-delà des prénoms supposément arabes des suspects que ne manquent pas de relever de nombreux citoyens indignés, les suspects qui seront présentés à la justice seront-ils effectivement emblématiques de cette immigration incontrôlée et des échecs de l’intégration, même dans les régions les plus paisibles de l’hexagone ? Quel est leur parcours scolaire ? Ont-ils déjà eu maille à partir avec les services de police ? Et dès lors, quelles réponses judiciaires ont-été apportées à ces profils ?

A lire aussi, Stanislas François: Nomination d’Éric Dupond-Moretti: une mauvaise nouvelle pour les féministes

“Cet acte odieux et lâche ne doit pas rester impuni” écrit Darmanin. “La République ne l’oubliera pas” abonde Castex. Chiche.

Mais quel est l’avis de Monsieur Dupond-Moretti, dont l’institution judiciaire est placée sous le contrôle depuis lundi ? Le niveau des violences quotidiennes apparait comme insupportable, les citoyens sont indignés et révoltés. Sans polémiquer, la majorité d’entre eux souhaite évidemment qu’on cesse de lui parler de “privilège blanc”. L’heure n’est ni à la résignation ni au renoncement, face à ces Français de papier qui frappent en bande, peut-être encouragés par une institution judiciaire qu’ils savent pleine de mansuétude. Darmanin, Castex et le « tonton flingueur » nommé à la Chancellerie par Emmanuel Macron seraient bien inspirés de nous parler d’autre chose que de vivre ensemble.

Hep! Vous appréciez Causeur ? Vous venez de lire un article gratuit. Pour nous soutenir, procurez-vous notre dernier numéro.

Lire la suite