Quantcast
Home Culture Connaissez-vous bien vos voisins?


Connaissez-vous bien vos voisins?

“Only murders in the building”, une série télévisée de Steve Martin & John Hoffman

Connaissez-vous bien vos voisins?
“Only Murders in the Building”, saison 2. De gauche à droite, Steve Martin, Selena Gomez et Martin Short © Disney +

La série de Disney +, “Only murders in the building”, revient pour une deuxième saison, et embarque ses fans dans une réjouissante nouvelle partie de Cluedo dans l’”Arconia”…


Ces trois-là nous avaient manqué ! Charles, Oliver et Mabel sont de retour sur Disney +. La plateforme de streaming américaine met en ligne ce 28 juin les épisodes de la deuxième saison de sa comédie à succès, “Only murders in the building”.

Nous avions laissé nos trois amateurs de faits divers, il y a déjà fort longtemps, alors qu’ils venaient d’élucider le meurtre de Tim Kono, un jeune Asiatique retrouvé dans leur immeuble haut de gamme de l’Upper West Side new-yorkais, l’Arconia. 

Dans la première saison, lorsque le corps de la jeune victime était retrouvé, une balle dans la tête, et alors que la police concluait un peu vite au suicide, nos trois aventuriers se lançaient dans une enquête trépidante dans la copropriété – ils avaient croisé dans l’ascenseur la victime, une heure avant son décès, et elle ne semblait pas du tout avoir d’idées suicidaires.

Une femme-enfant et deux vieillards

L’acteur raté et misanthrope Charles (Steve Martin, 76 ans), le producteur de Broadway fauché Oliver (Martin Short, 72 ans) et la mystérieuse femme-enfant Mabel (interprétée par la chanteuse Selena Gomez), nouveaux amis, se découvraient une passion commune pour les récits d’affaires criminelles, et décidaient de se lancer dans la réalisation de leur propre podcast, consacré au true crime, auquel ils donnèrent pour titre “Only murders in the building”. Charles serait la voix, renouant enfin avec la comédie, et Oliver le producteur, espérant renflouer ses finances. Mabel, elle, observait les deux vieux, et s’amusait à les suivre… Qui était Tim Kono, et qui pouvait bien avoir voulu sa mort ? 

Dans cette série, les rebondissements de l’intrigue criminelle incitent évidemment à enchaîner les épisodes les uns après les autres. Mais le vrai plaisir qu’on éprouve à regarder ce divertissement malin réside essentiellement dans la drôlerie des personnages principaux (Dean et Short sont deux vieux cabotins irrésistibles et toujours tirés à quatre épingles, Gomez campe une jeune adulte à la fois facétieuse et mélancolique), dans le burlesque de la galerie de suspects, et dans la découverte de ce complexe immobilier, luxueuse et labyrinthique maison de poupées.

A lire aussi, Julien San Frax: Balance-ton-patron

Il est également plaisant de découvrir une série américaine qui se contente justement d’être un pur divertissement, et qui ne donne pas de leçons autres que des leçons d’humour, chose rare par les temps qui courent ! Le seul personnage qui aurait par exemple pu faire l’objet d’une édification woke de la part des scénaristes de Disney, l’agent Williams, une grosse flic noire lesbienne, ne se plaint même pas de grossophobie ou de difficultés d’avancement professionnel imputables à son genre, alors…

Réjouissant whodunit

Durant la première énigme, on découvrait très vite que pas grand monde ne pouvait encadrer ce pauvre Tim Kono dans l’immeuble. Commençait alors un réjouissant whodunit, où toutes les vieilles commères, aussi louches les unes que les autres, étaient écartées de la liste des suspects les unes après les autres.

Était-ce Howard, le voisin propriétaire d’un chat mort le même jour qui avait fait le coup ? Était-ce Idoko, l’Africaine en boubou qui veut faire main basse sur le bien immobilier qu’occupait Kono ? Était-ce le fils sourd et étrange de Teddy, richissime propriétaire d’une chaîne de delicatessen ? Ou bien encore, le chanteur Sting, qui s’amusait à jouer son propre rôle de voisin antipathique ? Nous laisserons le lecteur découvrir par lui-même, en rattrapant son retard. En lui signalant qu’il n’est pas exclu, non plus, que Mabel elle-même, ou Charles, puissent avoir quelque chose à voir dans le drame. Mabel n’a-t-elle pas exactement le même âge que Kono ? Charles n’interprétait-il pas un détective dans une série télévisée, par le passé ? Quant à Oliver, nous l’avons déjà dit, il a vraiment un besoin d’argent suspect – et ce podcast, finalement, quelle opportunité en or pour régulariser les charges fort élevées dont on lui réclame paiement pour son appartement si cossu…

Dans ce second volet de la série, le trio est de nouveau dans la tourmente, nos enquêteurs amateurs étant les principaux suspects du meurtre de Bunny, la présidente du syndic des habitants de l’immeuble déjà croisée en saison 1. Au générique de cette saison 2, à la bande annonce haletante, les stars Tina Fey et Amy Ryan (déjà vues, également, en première saison), mais aussi Cara Delevingne, Amy Schumer ou Shirley MacLaine : les nouveaux épisodes seront vite visionnés, on a hâte !

Sur Disney +


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Le poids des morts, le choc des photos
Next article La politique, le retour…
Rédacteur en chef du site Causeur.fr

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération