Avec le Covid-19, comme hier avec la crise financière, les experts précautionnistes nous emmènent dans le mur. La pensée de Nassim Nicholas Taleb nous aide à comprendre comment l’aversion au risque, désormais principe de base du progressisme, laisse nos sociétés à la merci de l’État paternaliste et du Big Brother de la Silicon Valley.


« Ceux qui essaient de nous aider sont souvent ceux qui nous font le plus mal. » Au regard des efforts historiques que produisent nos gouvernements pour nous protéger du Covid, cet axiome talébien prend un relief particulier. Tout ce bien qu’on nous veut a des parfums d’autoritarisme qu’il semble donc légitime de vouloir explorer en sa compagnie. Les concepts de Nassim Nicholas Taleb fournissent en effet une grille de lecture originale et pertinente de la crise actuelle. Un type qui vous explique qu’il y a statistiquement plus de piétons tués parmi ceux qui traversent gentiment dans les clous que chez ceux qui les ignorent mérite qu’on s’intéresse à ses idées.

Pour Nassim Nicholas Taleb, obnubilés par la prévention de tous les risques, même minimes, nous nous exposons à des cataclysmes – des cygnes noirs : la crise des subprimes en 2008 ; en 2020 le Covid et ses répercussions inouïes, sérieuses menaces pour nos libertés démocratiques

Spécialiste des probabilités – déformation professionnelle, au restaurant il choisit ses plats au hasard –, c’est lui qui a popularisé la notion de « cygne noir ». Échappant justement à la prévision probabiliste, ces crises rares se révèlent de nature à bouleverser l’ordre du monde – et on peut sans barguigner affirmer que celle du Covid fait partie de la famille des Anatidae sombres. Depuis, ce professeur d’ingénierie du risque à l’institut polytechnique de New York a travaillé sur notre rapport à l’aléa et mis en évidence ce principe central du progressisme : l’aversion au risque. Pour ceux qui en douteraient, relire la Constitution française et son principe de précaution (intégré via la Charte de l’environnement en 2015). Ce dernier demeure incompatible avec l’un des traits fondamentaux de l’évolution des sociétés humaines : le principe essai/erreur. Au nom de l’aversion très récente que nous éprouvons pour les conséquences désagréables de l’erreur, nous mettons en cause la légitimité même de l’essai. Rétroactivement, ce principe aurait empêché Clément Ader de monter dans son avion – d’ailleurs les écolos se sont mis en tête de nous en faire descendre. Taleb décrit parfaitement notre préférence désormais établie pour « des gains faibles, mais visibles », payés au prix d’effets différés, graves, irréversibles, mais qu’on s’attache à rendre invisibles – les mouvements migratoires entre l’Afrique et l’Europe offrant une assez bonne illustration de ce jeu de dupes. Plus récemment, à l’occasion du lock-out de l’Éducation nationale de mars à septembre, combien de jeunes gens ont perdu tout espoir de faire des études ? Ces « décrocheurs » malgré eux paieront pendant cinquante ans un confinement qui ne visait nullement à les protéger, mais à épargner leurs grands-parents. Curieuse société qui choisit de sacrifier froidement son avenir afin de sauver ses anciens, sans d’ailleurs y parvenir – tous ces Ehpad confinés à mort ! L’assouplissement quotidien de la doctrine relative à la fermeture des classes en cas de Covid démontre bien que l’on était allé trop loin, mais les dégâts demeurent irrémédiables. Dans un autre registre, on ne se soucie guère non plus des enfants non conçus cet été en raison de la fermeture administrative des boîtes de nuit. Des géniteurs potentiels se sont heurtés à la porte close du Macumba 2000 du Crotoy, et c’est un drame silencieux autant que méprisé.

Nassim Nicholas Taleb © Leonardo Cendamo/Leemage
Nassim Nicholas Taleb © Leonardo Cendamo/Leemage

Prétendre éviter tous les dangers, même les plus infimes, conduit des organisations apparemment stables à faire preuve d’une grande fragilité au moment où une imprévisible catastrophe d’ampleur s’abat sur elles. Une cocotte-minute ne montre aucun signe de faiblesse jusqu’à ce qu’elle explose

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Octobre 2020 – Causeur #83

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite