Le nouveau ministre doit promouvoir un retour à une instruction classique. On le traitera de réac’, mais c’est ce changement-là qu’attendent des profs, massivement lassés par le bla-bla progressiste.


« Bon alors, le conseil préconise-t-il le redoublement enfin, je veux dire le maintien en seconde ? » Il s’est bien rattrapé, mais cela fait au moins trois ou quatre fois depuis le début du conseil de classe que notre proviseur semble oublier le vocabulaire officiel et la novlangue de la bienveillance. Est-ce l’effet Blanquer ? Sitôt en poste, notre nouveau ministre a déclaré qu’il souhaitait à nouveau autoriser le redoublement en classe de seconde, que Najat Vallaud-Belkacem avait décidé de bannir des conseils de classe au profit d’un « maintien » en classe de seconde, suggéré et non plus imposé à la famille. J’observe les subtils effets de la nouvelle rhétorique ministérielle sur le discours pédagogique en vigueur.

En attendant les nouvelles mesures qui prendront effet à la prochaine rentrée, nous nous en tenons aux dispositions imposées par la ministre sortante. Avec une moyenne de quatre en français, deux en maths, cinq en histoire et trois en SVT, l’élève dont nous achevons d’examiner le cas sera orienté en fonction des vœux d’orientation qu’il n’a même pas pris la peine de formuler. La famille a clairement fait savoir lors du trimestre précédent qu’elle ne tiendrait aucun compte des préconisations du conseil de classe pour un « maintien » en classe de seconde au vu des résultats. N

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Septembre 2017 - #49

Article extrait du Magazine Causeur