Home Société Mets ton burkini salope…


Mets ton burkini salope…

25% des Français sont pour !! (IFOP)

Mets ton burkini salope…
Des femmes en burkini à la plage de Sokhna, Égypte, 26 juillet 2019 © Amr Nabil/AP/SIPA Numéro de reportage : AP22482892_000002

La fondation Jean Jaurès vient de demander à l’IFOP de réaliser un sondage très fouillé sur la laïcité. Dans son échantillon, elle accorde une place particulière aux enseignants. Tous les thèmes connus y passent : le port des signes religieux, les repas hallal ou casher, la loi de 1905 etc.


Globalement et à première vue, les résultats sont convenus : une majorité des sondés restent attachés à la loi de 1905 et revendiquent le droit de montrer des caricatures de Mahomet.

Mais à deuxième vue, on s’aperçoit que, comme toujours, le diable se niche dans les détails. Les détails les voici : 25% des sondés se disent favorables au port du burkini, pourcentage qui se monte à 26% chez les enseignants ! Mieux encore : 59% des enseignants de moins de 30 ans plébiscitent le burkini.

À lire aussi, du même auteur : Et Macron parla de « chances pour la France » : sa langue a fourché ou quoi?

C’est à pleurer. Et ça vous donne furieusement envie de mettre vos enfants dans le privé. Il est de bon ton de dire du mal des élèves : médiocres, paresseux, incultes. Certes, mais que valent leurs enseignants ? De quelles écoles sortent-ils ? Ont-ils obtenu le CAPES simplement parce qu’il y avait des postes à pourvoir ?

Il fut un temps où les profs se recrutaient chez les enfants des milieux ouvriers désireux d’une promotion sociale. Aujourd’hui, hélas, on les trouve chez de petits bourgeois déclassés qui psalmodient les niaiseries qui sont dans l’air du temps.

À lire aussi, du même auteur : « Il ne manque que la mer à la Seine-Saint-Denis pour devenir la Californie » (Macron)

Quelques mots encore sur le burkini qui a ses vertus. Ample, très ample, il permet de cacher des chairs flasques, des seins qui tombent et une cellulite abondante. De surcroit, avec son côté structure gonflable, le burkini permet de flotter sans trop de mouvements.

Ce n’est bien sûr pas pour ça que 59% des jeunes enseignants y sont favorables. Ils y voient un sympathique marqueur identitaire. Et ça leur plaît car eux n’ont plus depuis longtemps d’identité.


Eric Piolle sur France Inter
On ne sort de l’ambiguïté qu’à son détriment…

Candidat à la présidentielle, l’impayable maire de Grenoble Eric Piolle était l’invité de France Inter mardi. Les journalistes Léa Salamé et Nicolas Demorand, vaillants républicains, ont tenté de savoir s’il était pour ou contre le port du burkini. Comme il est désormais candidat à l’Élysée, il s’agirait de savoir quel est le risque islamo-gauchiste qui nous menace.

Quand les journalistes lui demandent s’il se revendique d’un féminisme universaliste et laïc ou intersectionnel, évidemment, il ne répond pas. Car il y a deux gauches irréconciliables, et qu’il entend ménager l’une comme l’autre. “Ces mouvements qui luttent pour des discriminations cumulées sont extrêmement importants (…) Nous sommes encore dans une société patriarcale, et donc ces mouvements-là nous font progresser, comme les mouvements du MLF ont fait progresser la cause des femmes il y a 50 ans.” Quand vient la question précise du port du burkini, que des associations communautaristes ont plusieurs fois tenté d’imposer dans les piscines de sa ville, il tourne aussi autour du pot. Piolle a affirmé qu’il avait renvoyé un courrier au Premier ministre Jean Castex le 18 juin à ce sujet. Il a également rappelé qu’il avait déjà refilé cette patate chaude à Edouard Philippe il y a deux ans, puis s’est victimisé au micro, la méchante Marlène Schiappa ayant osé dire qu’il n’était pas au clair sur la laïcité. Alors, oui ou non, le burkini ? “Nous sommes interrogés sur ces sujets de société qui prennent 80% des échanges que l’on a avec nous, c’est un peu étonnant” a regretté le Grenoblois qui préférerait parler du climat et de la fin du monde. “Je n’ai pas à être pour ou contre les burkinis à la piscine. Ce n’est pas une question de laïcité, je n’ai pas à regarder votre maillot : à la piscine, vous vous habillez comme vous voulez tant que vous respectez les règles d’hygiène et de sécurité. Aujourd’hui, ce n’est pas le cas, vous ne pouvez pas rentrer dans une piscine de Grenoble avec un burkini, mais vous ne pouvez pas rentrer non plus avec un maillot qui vous protège du soleil. En fait, je n’ai pas à savoir si votre maillot vous protège du soleil ou si vous portez des manches longues pour des raisons religieuses que je connais, que je présuppose ou que je devine…”  La rédaction.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Plus antiraciste que moi, tu meurs!
Next article Qui est Peter R. de Vries, ce journaliste agressé aux Pays-Bas?
est journaliste et essayiste

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération