Est-il bien raisonnable de laisser un cinéaste déraisonnable commenter chaque mois l’actualité en toute liberté ? Assurément non. Causeur a donc décidé de le faire. 


«… Je ne suis pas musulman. Ma mère est d’origine algérienne, née en France. Mon père est Français… » Tu soulignes t’appeler en réalité « Mehdi Thomas Maximilien Meklat Prat ». « Pourquoi m’a-t-on étiqueté, enfermé de cette façon ? », gémit Mehdi, le prodige tweeteur de haine de retour avec un livre à vendre et une victimisation à barbe blanche en guise d’explication.

J’me présente, j’m’appelle plus Mehdi

Personne ne t’a enfermé Mehdi. Tu as pensé qu’il était bon pour toi de te présenter en tant que Mehdi Meklat. 

A lire aussi: Mehdi Meklat revient… pour dénoncer le racisme des autres

Et ça a été bon. Cette identité a fait de toi la coqueluche des salons qui n’en revenaient pas d’être « tellement open » qu’ils étaient capables d’encenser un Mehdi. Tu le dis dans la même interview : « Les médias étaient fascinés par un Noir et un Arabe qui savent écrire, qui ne font pas de fautes. » Tu as joué cette carte plutôt que celle de Maximilien Prat, parce que tu la pensais porteuse. Et aujourd’hui, tu nous sors le nom français de ton père, ainsi que le prénom qui va avec. Mais on s’en fout Maximilien ! Ton nom et ton prénom n’ont aucune importance. La littérature et les arts en général se contrefichent des patronymes. Les émissions littéraires reçoivent depuis longtemps de grands auteurs noirs et arabes de toutes nationalités. De Léopold à Tahar en passant par Ibrahim et sa trompette, il y a longtemps que le talent ne se mesure plus à l’aune des origines. C’est en France que les jazzmen noirs trouvaient refuge dans la première moitié du XXe siècle.

C’est Lorànt Deutsch qui y est !

Et ton « y’a pas que moi », quel ridicule infantile !

« Quand on voit quelqu’un comme Lorànt Deutsch qui a écrit euh… pareil, des obscénités sur Twitter, mais là pour le coup vraiment cachées… » et de te plaindre que lui, on lui pardonne.

Erreur, monsieur Prat. Quand bien même Lorànt Deutsch se cacherait sous le pseudo de @lacathelinierre sur Twitter (ce que l’intéressé dément) les propos tenus sur ce compte n’ont rien à voir avec les saloperies que Mehdi a dit. Aussi déplaisants soient-ils parfois, aucun de ces tweets ne fait appel au racisme, aucun ne tombe sous le coup de la loi. Leur éventuelle vulgarité n’arrive pas à la cheville de la haine de Marcelin Deschamps. 

D’ailleurs Mehdi, cette méchanceté, cette vulgarité, n’est-ce pas justement ce qui a fait ton succès auprès de l’intelligentsia ébaubie, qui trouvait ta prose « tellement trop drôle ». Ça ne pouvait être sa composante raciste, machiste et homophobe qui faisait rire ces ayatollahs du bon goût, n’est-ce pas ? Du rire entre gens qui savent et qui sont tellement du côté du

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Décembre 2018 - Causeur #63

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite