On nous présente Marianne comme « la première série d’épouvante à la française ». Huit épisodes plus tard, on se dit que si c’est ça l’épouvante à la française, c’est qu’il y a un problème. Elle n’a pas grand-chose de français et elle n’a rien d’épouvantable sinon le jeu des acteurs qui oscillent entre cabotinage et désespoir de devoir donner vie à des dialogues stéréotypés dans des décors convenus.


Créée, écrite et réalisée par Samuel Bodin, Marianne raconte l’histoire d’une jeune femme, Emma, auteure à succès de romans d’épouvante. Elle est jouée par Victoire Du Bois, ou plutôt surjouée dans le rôle de l’écrivaine destroy qui enfile les shots de vodka et qu’en n’a r

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite