« Mieux vaut prévenir que guérir » : la médecine de notre temps a repris à son compte l’adage populaire. Cette préférence pour la prévention semble avoir le bon sens pour elle. Ne vaut-il pas mieux éviter l’apparition de maladies graves par des moyens simples plutôt que déployer tout un arsenal techno-médical une fois ces maladies installées ? Maintenir les gens bien portants plutôt que s’escrimer auprès de malades ? C’est ainsi que la médecine moderne a inventé la notion de « facteurs de risque » : caractéristiques liées à une personne, à son environnement ou à son mode de vie, qui augmentent la probabilité d’apparition de telle ou telle maladie.

*Photo : UrbaneWomenMag.

Lire la suite