Home Culture Le testament poétique de Philippe Jaccottet


Le testament poétique de Philippe Jaccottet

"La Clarté Notre-Dame" et "Le Dernier Livre de Madrigaux", Gallimard, 2021

Le testament poétique de Philippe Jaccottet
Philippe Jaccotet, décembre 1990 © DESPATIN & GOBELI / Opale / Leemage via AFP

Deux titres posthumes pour un des plus grands poètes de langue française disparu le 24 février.


Le volume de la Pléiade consacré en 2014 au poète et critique Philippe Jaccottet avait permis une passionnante rétrospective de son œuvre. Je dois dire que c’est à cette occasion que j’ai vraiment découvert cet auteur essentiel, d’origine suisse, mais réfugié depuis toujours à Grignan dans la Drôme, où il goûtait une solitude qui l’inspirait. J’avais été alors très frappé par La Semaison, ses carnets de notes quotidiennes dans lesquels il décrivait son univers de poète. Deux livres brefs avaient également retenu mon attention, dans cette Pléiade : L’Obscurité, récit de 1961, et l’extraordinaire Bol du Pèlerin (Morandi), court texte qui réussissait l’exploit, à travers un motif simple, de nous parler de la plus grande spiritualité. Jaccottet aurait pu être un moine zen japonais du XIIe siècle.

La lucidité transparente du grand âge

Il me semble que c’est à cette catégorie d’ouvrage qu’appartient La Clarté Notre-Dame, qui a paru de manière posthume, quelques jours seulement après le décès de Jaccottet, fin février 2021. On pourrait dire, à bon droit, que ces quelques notes, chapitre ultime de sa Semaison, forment un testament poétique d’une magnifique précision. J’ai été littéralement soufflé par ces pages, d’une puissance littéraire intense, au cours desquelles Jaccottet ne se départit jamais de la sobriété de celui qui, après beaucoup de péripéties diverses, est arrivé à la lucidité transparente du grand âge.  

Jaccottet y raconte comment, se promenant dans la campagne, il entend soudain tinter “la petite cloche des vêpres à la Clarté Notre-Dame” (un couvent de religieuses). À partir de ce tintement cristallin, qu’il reconnaît comme la quintessence de sa poésie, son imagination va vagabonder de sensation en sensation. Il repense à des poèmes qu’il a écrits, étant jeune, mais surtout à ceux des autres, ces grands auteurs avec lesquels il a vécu, trouvant chez certains, par exemple Goethe, “un instant de paix suprême”, et peut-être “l’entrevision du plus haut”. Jaccottet cite aussi Hölderlin, bien sûr, qu’il a traduit, ou encore un fragment du Tête d’Or de Claudel, “acheté en 1942, longtemps su par cœur”.

Jaccottet ne s’enferme pourtant pas exclusivement dans la sublimité de la poésie. Il est attentif à “ce qui, en moi, cohabite avec la lumière pour, dirait-on, la détruire, la bafouer, la salir, la retourner, non pas en de la nuit, ce serait trop beau, mais en un leurre à vous faire vomir”. Une information vue à la télévision, par exemple, le hante durablement, à propos de prisonniers syriens qui subissent la torture. “J’ai pensé aussitôt, écrit Jaccottet, que je ne pourrais jamais chasser cette scène de mon esprit…”

A lire aussi, Frédéric Ferney: Philippe Jaccottet, sans faste et sans frime

Est-ce pour lutter contre cette angoisse que Jaccottet, dans ce texte, multiplie les allusions à la spiritualité ? Non seulement le tintement de la cloche à la Clarté Notre-Dame, mais aussi, au hasard, le temple grec de Ségeste, en Sicile, et encore bien d’autres lieux religieux, même “anodins“, “avec, à chaque fois, le sentiment vraiment central du sacré”, ajoute-t-il. 

Pour Philippe Jaccottet, il l’a souvent exprimé, la mission du poète est de recueillir les “signes” qui se présentent. C’est presque une entreprise métaphysique. La vieillesse arrivant, la mort se profilant doucement, il se soumet toujours avec détermination à ce processus, qui se transforme en de longues funérailles, dont il ne sait s’il doit complètement les réprouver. Il se rappelle alors un poème de jeunesse, intitulé Requiem, qui préfigure son état actuel, avec ce vers qu’il cite : “chantant la gloire de la terre pour ne plus voir”. 

Renaissance spirituelle

Jaccottet est sceptique face à la sagesse humaine. Seule la poésie, selon lui, permet de dire quelque vérité, c’est-à-dire toute l’ambiguïté de notre nature, entre bien et mal. Et donc de repartir, à nouveau, écrit-il à la toute fin, en guise de conclusion, “en direction de quelque chose qui indéniablement était la Clarté Notre-Dame”. De ce “signe” magistral qui lui fut donné, à ce moment de sa vie, Jaccottet fait une sorte de renaissance spirituelle – une façon de rester fidèle à la poésie jusqu’au bout, et de souligner la cohérence globale d’une vie vouée à quelque chose de mystérieux. “Comme, maintenant, si tard dans ma vie, cela me devenait clair et profond !”

Philippe Jaccottet, La Clarté Notre-Dame. Éd. Gallimard. Du même auteur, paraissent également : Le Dernier Livre de Madrigaux, éd. Gallimard, ainsi que Bonjour Monsieur Courbet. Artistes, amis, en vrac (1956-2008), éd. Le Bruit du Temps.

La Clarté Notre-Dame

Price: 10,00 €

17 used & new available from 5,89 €

Le dernier livre de Madrigaux

Price: 9,00 €

17 used & new available from 2,25 €

Bonjour, Monsieur Courbet: Artistes, amis, en vrac : 1956-2008

Price: 39,00 €

7 used & new available from 39,00 €


Previous article Alertez les bébés!
Next article Plus dure sera la chute
Jacques-Emile Miriel, critique littéraire, a collaboré au Magazine littéraire et au Dictionnaire des Auteurs et des Oeuvres des éditions Robert Laffont dans la collection "Bouquins".

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération