Home Politique La dissolution des associations en lien avec l’islamisme radical: une lutte contre le double discours


La dissolution des associations en lien avec l’islamisme radical: une lutte contre le double discours

En partenariat avec la revue "Conflits"

La dissolution des associations en lien avec l’islamisme radical: une lutte contre le double discours
Marche contre l'islamophobie, Paris, 10 novembre 2019 © Philippe Labrosse/Hans Lucas/AFP

Après l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine et l’assassinat ignoble de Samuel Paty le 16 octobre 2020, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a décidé de dissoudre les associations qui auraient des liens avec l’islamisme radical. Cette procédure est-elle nouvelle ? Et peut-on apporter des limites à ces associations au sein d’un État de droit ?


Quelques heures après l’attentat contre le professeur Samuel Paty, Gérald Darmanin avait annoncé que « 51 structures associatives verront toute la semaine un certain nombre de visites des services de l’État et plusieurs d’entre elles, sur ma proposition, se verront dissoudre en Conseil des ministres ». Qu’en est-il dans la réalité ?

Un lent processus de dissolution engagé depuis 2012

Un processus (certes lent) de dissolution des associations liées au radicalisme islamiste a commencé depuis 2012. Le premier groupement de fait dissous (par le décret 2012-292 du 1er mars 292) fut « Forsane Alliza », appelant à l’instauration du califat et incitant les musulmans à s’unir en vue de participer à une guerre civile présentée comme très probable, et en préparant ses membres au combat et à la lutte armée.

Trois associations furent ensuite dissoutes le 24 janvier 2016: « Retour aux sources », « Le retour aux sources musulmanes », et l’« Association des musulmans de Lagny-sur-Marne » (bel et bien dissoute après un recours devant le juge administratif)[tooltips content=”Décret du 6 mai 2016 portant dissolution d’une association.”](1)[/tooltips]. Puis, ce fut au tour de l’association « Fraternité musulmane Sanâbil (Les Épis) » le 24 novembre 2016, de l’« Association des musulmans du boulevard National » (AMN Assouna), le 31 août 2018, ou encore de l’association « Killuminateam – Les soldats dans le sentier d’Allah » le 26 février 2020.

Plus proche de nous et à la suite de l’attentat de Conflans Sainte-Honorine, le 21 octobre 2020, l’État a dissous le collectif « Cheikh Yassine » (du nom de Cheikh Ahmad Yassine, cofondateur du Hamas, le mouvement islamiste palestinien).

“Cheikh Yassine”: un collectif proche du Hamas

L’homme qui accompagna le parent d’élève venu se plaindre du professeur Samuel Paty, n’était autre qu’Abdelhakim Sefrioui, président du collectif « Cheikh Yassine ». Actuellement objet d’une enquête pour « complicité d’assassinat terroriste » en lien avec l’assassinat du professeur à Conflans-Sainte-Honorine, cet homme n’est pas inconnu des services de renseignement, car visé par une fiche S depuis plusieurs années.

Abdelhakim Sefrioui, le leader du collectif pro-Palestine "Cheikh Yassine", interpellé par la gendarmerie à Paris en 2012 © MIGUEL MEDINA / AFP.
Abdelhakim Sefrioui, le leader du collectif pro-Palestine “Cheikh Yassine”, interpellé par la gendarmerie à Paris en 2012 © MIGUEL MEDINA / AFP.

Dès sa création en 2004, ce collectif s’est positionné en faveur de la branche armée du Hamas, inscrite sur la liste des organisations terroristes de l’Union européenne. C’est aussi grâce à ce collectif que son dirigeant a pu rencontrer de nombreux individus connus pour leur appartenance à des groupes islamistes radicaux, pour leur participation à des projets d’attentats terroristes ou encore à des filières d’acheminement de djihadistes en zone irako-syrienne. Plus encore, le dirigeant du collectif est entré en contact à de nombreuses reprises, dont en dernier lieu au printemps 2020, avec la veuve de l’un des deux auteurs de l’attentat perpétré contre le journal Charlie Hebdo.

Une semaine après la dissolution du Collectif « Cheikh Yassine », l’association Barakacity fut dissoute par un décret du 28 octobre 2020. Dans le viseur du gouvernement, son fondateur Driss Yemmou, dit Idriss Sihamedi, est soupçonné d’avoir lancé des campagnes de cyberharcèlement contre une ex-journaliste de Charlie Hebdo et une chroniqueuse de RMC, toutes deux engagées dans la lutte contre l’islamisme, et s’est aussi rendu personnellement en Syrie, en zone occupée par l’État islamique en septembre 2018.

Le CCIF accusé d’être une «officine islamiste œuvrant contre la République»

La dissolution du Collectif « Cheikh Yassine » est fondée sur les nombreuses relations que cette association entretient au sein de la mouvance islamiste radicale et soutient par l’intermédiaire de ses publications des référents religieux connus pour leur légitimation du djihad armé et leur ralliement à l’idéologie d’Al-Qaeda. Plus encore, le président de cette association entretient des relations avec d’autres associations appartenant à la mouvance islamiste radicale, qu’il s’agisse de structures islamistes en Europe ou de groupes djihadistes, et avec d’ex-membres d’associations aujourd’hui dissoutes pour leur implication dans cette mouvance (comme le président de l’association elle aussi dissoute Sanabil).

A lire aussi, notre entretien, Aurélien Taché: « Faut-il renvoyer les parents de l’assassin de Samuel Paty à cause de ce qu’a fait leur fils? »

Cette association a aussi bénéficié de dons de personnes impliquées dans des faits de terrorisme, dont notamment l’auteur de l’attentat contre deux policiers à Magnanville commis le 13 juin 2016.

Enfin, le gouvernement a engagé la dissolution du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), le 2 décembre 2020, accusé d’être une « officine islamiste œuvrant contre la République ». Cette association a préféré s’auto-dissoudre pour éviter de subir une telle mesure, en prenant bien soin de transférer ses actifs à l’étranger« à des associations partenaires qui se chargeront de prendre le relais de la lutte contre l’islamophobie à l’échelle européenne ». C’est la raison pour laquelle l’État a voulu aller plus loin, en dissolvant le collectif en tant que groupement de fait, puisque cette auto-dissolution est « intervenue pour faire échec au projet de dissolution envisagé par le gouvernement, n’est que de pure façade, l’association continuant désormais ses agissements sous la forme d’un groupement de fait qu’il y a lieu de dissoudre pour les mêmes motifs »[tooltips content=”Décret du 2 décembre 2020 portant dissolution d’un groupement de fait.”](2)[/tooltips].

L’État de droit, un paravent pour d’autres objectifs ?

L’État de droit permet aux associations visées de défendre leur point de vue en affichant officiellement une position de promotion des droits et libertés et de lutte contre l’islamophobie. Mais dans la pratique, il en va différemment.

Pour exemple, l’association Barakacity, a pour objet officiel « la création, la…

>>> Lire la fin de l’article sur le site de la revue Conflits <<<


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Hidalgo, un petit vélo dans la tête
Next article Vous tutoyez tout le monde?

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération